Adapter les récits du Dr Seuss n’est pas une tâche facile. Il suffit de regarder les différents films issus de ses livres qui, lmalgré quelques succès, ont de sévères problèmes de narration. Pour pallier à cette tendance, Illumination, qui avait buté sur ce genre de caillou avec Le Lorax, a mis dans son équipe quelques noms qui peuvent faire la différence !

Chaque année à Noël, les Chous viennent perturber la tranquillité solitaire du Grinch avec des célébrations toujours plus grandioses, brillantes et bruyantes. Quand les Chous déclarent qu’ils vont célébrer Noël trois fois plus fort cette année, le Grinch réalise qu’il n’a plus qu’une solution pour retrouver la paix et la tranquillité: il doit voler Noël.

1 Sylvain Deboissy : L’artiste français derrière le character design de longs métrages tels que Les Rois de la Glisse, Drôles de Dindes ou encore Les Pirates! Bons à rien, mauvais en tout et aussi plus récemment Yéti et Compagnie, a travaillé sur Le Grinch en tant que character Designer et Artiste sur le développement, contribuant à donner au métrage son aspect final aux cotés de Ludovic Gavillet sur cette production qui fut un défi pour Illumination. A noter que Sylvain Deboissy avait collaboré auparavant avec Illumination sur Les Minions. 

2 Danny Elfman : Un joker sorti de la manche ! L’éternel bras droit de Tim Burton, leader de Oingo Boingo et voix de Jack Skellington a mis son talent au service de la musique du film, avec la thématique hivernale en sus. Une fois n’est pas coutume puisque Heitor Pereira a été de son coté faire la musique de la dernière production du WAG ! La bande originale composée par Danny Elfman est déjà disponible à l’écoute sur Spotify mais je ne saurai trop vous conseiller de voir le film avant de vous y plonger.

Colin Stimpson : Le directeur artistique du film a été en charge de créer et de superviser l’esthétique de cette nouvelle adaptation du récit du Dr Seuss, et avait déjà fait ses armes sur un précédent film du studio puisqu’il avait travaillé sur Le Lorax. Son CV portant aussi Gnoméo & Juliette ainsi que de nombreux classiques Disney jusqu’à Kuzko L’empereur Mégalo, vous pouvez déjà miser sur un boulot du tonnerre qui vous en mettra plein les mirettes.  

4 Pharrell Williams : un collaborateur incontournable d’Illumination, l’artiste ayant travaillé avec le studio depuis le premier Moi, Moche et Méchant aux côtés d’Heitor Pereira pour sa bande originale. Une trilogie plus tard, Pharrell récupère ici le rôle de la voix du narrateur du film, rôle crucial s’il en est dans cet univers,

5 Laurent Lafitte : l’acteur et sociétaire de la Comédie Française a su montrer avec Au revoir là-haut qu’il avait tout à fait les épaules pour jouer les méchants qui se délectent d’en être un. Une fois n’est pas coutume, je ne râlerai pas sur le casting de voix choisi pour notre pays, le choix étant ici parfait à mes yeux, d’autres films ayant auparavant fait le même genre de choix avec un résultat réjouissant (Les Boxtrolls, par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *