On y est ! J’ai regardé les 13 épisodes de 23 minutes qui constituent la saison 1 de She-Ra et les princesses aux pouvoirs diffusée depuis le 13 novembre 2018 sur Netflix. Je peux déjà vous dire que c’était bien trop court ! J’avais déjà commencé à vous en parler ici, notamment sur ses annonces, son équipe de création et les promesses que j’avais cru entrevoir dans les images et teaser…

L’intrigue 

La Horde (Hordak et Ténébra « Shadow Weaver ») entraîne ses enfants-soldats à vaincre les violentes et incontrôlables princesses pour rétablir l’ordre et l’équilibre sur Etheria. Jusqu’au jour où Adora, promue Capitaine Force part en expédition interdite avec sa meilleure amie et rivale Catra. Elle chute de leur vaisseau et rentre en contact avec une épée, relique des Fondateurs. Elle recouvre le pouvoir d’une princesse guerrière nommée She-Ra, et souffre de nombreux flash-backs qui la bouleverse. Son nouveau destin lui apparaît aussi brutalement que la vérité sur les agissements de la Horde. Adora rejoint la princesse Scintilla « Glimmer » et Flèche d’or « Bow », pour reconstruire l’Alliance des princesses de la planète, seules capables de combattre la Horde.

Pour aller un peu plus loin :

À travers Adora c’est surtout une crise identitaire digne de l’adolescence où notre personnalité se déforme, se dédouble que la série met en scène… La quête de l’équilibre, de sa place dans l’univers, le rapport à l’amitié, à la rivalité, la complicité, la confiance.

Les Personnages

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À l’instar de l’équipe de production de la série, les personnages ont une majorité féminine, sans pour autant être niais ou fragilisés. L’exemple flagrant étant l’opposition des caractères de Flèche d’Or et Adora. Tandis que l’un aime les couleurs et la joie, Adora est plus brutale, avec des attributs de charisme héroïque : son apparition en effigie fantasmé par ses fans dans l’épisode de la rencontre avec Jasmine en est l’illustration flagrante.

Chacune des princesses tire son pouvoir d’une pierre de la planète, ou d’un artefact, ou d’un pouvoir inné, expliquant ainsi leur rôle primordial de gardienne. C’est avec le personnage de Ténébra que se dessine le plus de théories qui, on l’espère, trouveront des réponses dans la saison 2…

L’animation des dessins, due au studio sud-coréen NE4U (Les Croods – origines, DC Super Hero Girls -Héroine de l’année) laisse une grande place aux émotions exprimées par les visages. Elles sont nombreuses et ont des temps bien démarqués, qui séquencent les bouleversements et réflexions des personnages. Elles contrebalancent le rythme presque effréné des dialogues.

La transformation d’Adora en She-Ra était ma plus grande appréhension, et je ne fus pas déçue ! Rapide, simple et efficace avec une pointe de Magical Girl digne d’une Sailor Moon. Longue chevelure dorée mais poings serrés. C’est un refrain dans les épisodes dont on se lasse pas du tout !

Pour aller un peu plus loin :

  • Adora est présentée par ses attributs de combats, ceinture, bottes, queue de cheval et un punching-ball qu’elle frappe avidement, tout en se brossant les dents ! C’est un soldat entraîné et efficace. La lutte est son quotidien. Via le personnage de Ténébra, on nous rappelle qu’Adora est orpheline, élevée depuis toujours par la Horde qui l’a recueillie et qu’elle est la meilleure de tou.te.s. Elle est leader-né.
  • La relation Catra et Adora est une amitié compétitive, que l’on a d’habitude de voir avec des personnages masculins. C’est typiquement de l’ordre de la camaraderie des soldats, où la réussite et la loyauté s’entremêlent avec l’envie et l’estime de soi. La série met en avant le parallèle entre les évolutions des jeunes filles dans leur rapport au pouvoir, que ce soit émanant d’elle-même ou émanant des autres.
  • La Reine Angela et la princesse Scintilla nous permettent d’introduire une relation mère/fille, reine/sujet qui sera moteur de l’ambition de Scintilla. La pincée de taquinerie et de complicité apporté par le BFF Flèche d’or teinte les aventures d’une drôlerie maline.
  • [SPOILERS] On notera que dans les premières transformations, She-Ra est une guerrière sans émotions, sans paroles. Comme si le pouvoir s’emparait d’Adora, la laissant vide et manipulée… Ce n’est que lorsqu’Adora acceptera son nouveau destin qu’elle parlera et liera complètement sa personnalité à son identité de princesse.

L’univers

L’introduction de l’épisode « The Sword » ou « Princesse d’un jour » donne le ton, une petite musique tintinnabulante féerique qui se fond en de l’électro-pop. Dans le royaume d’Etheria, La Horde et le Château de Bright Moon sont séparés par la Forêt des murmures. C’est dans cette forêt mystérieuses où règne le doute et la confusion que se cache l’épée ancestral, ainsi que Madame Razz et d’autres énigmes… Il y a ensuite, plusieurs petits royaumes, régis par des princesses aux pouvoirs originaux et ancestraux. La fantasy lumineuse, colorée et diverse s’oppose à la technologie froide, sombre et glauque (oui glauque est une couleur !).

Bright Moon

Pour aller un peu plus loin :

C’est dans les mystérieuses ruines, grottes et reliques des Fondateurs (ou « First Ones ») que se trouve la réponse et l’harmonie entre cette science informatique et cette magie ultime… Révélant et appuyant davantage le rôle fondamental de She-Ra. Celui d’équilibrer l’univers, et de les lier ensemble.

Du passé faisons… quelques clins d’œil

She-Ra est de nouveau la princesse qui doit diriger les peuples vers leur libération. Mais là où la série originale la rendait maternelle, la nouvelle Adora apprend en même temps que les personnages. Elle rassemble les princesses tout en se forgeant une nouvelle mission et une nouvelle place dans l’univers.

Des personnages ont été gardés et adaptés comme les principales princesses et acolytes. Madame Razz est plus mystérieuse que loufoque. Fougor a un caractère plus engagé et plus nuancé. Pas de Broom ou de Lookee. Et une petite peluche dans la chambre de Scintilla nous rappellera une certaine petite créature pleine de sagesse qui virevoltait autour des amis d’Adora…

[SPOILERS] En digne prequel, la série a conservé les alliances d’origine, en les expliquant et les complexifiant, comme Entrapta rejoignant la Horde en fin de saison….

She-Ra

 

Mon avis perso, ultra perso : Cette série fait du bien. Maintenant et demain. Elle engage la réflexion sur le bien commun, la force de la diversité. Elle est drôle et bien rythmée. J’aurais aimé avoir ce genre de dessin animé plus petite, je suis contente de pouvoir les savourer plus grande ! Petit coup de cœur pour le générique que je nomme « Ready To Fight« , rapide, très catchy et girl power. Bref, j’ai beaucoup aimé et je recommande aux enfants et parents, et aux grands enfants et aux pas-parents ! Je vous laisse avec cette image qui en dit long sur les valeurs de la série… 😉

She-Ra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *