edito-lundi
Alors que Disney a lancé son offensive de masse pour son long-métrage de fin d’année, il est désormais acquis que le film sera un succès, d’autant plus qu’il sera le seul à chasser le public dans sa catégorie, n’ayant à faire qu’à une troupe de dinosaures, des tentatives de contre-programmation (coucou Torben et Sylvia, Le Père Frimas et L’Apprenti Père Noël et le flocon magique) ou des sorties limitées plus tardives (Le Manoir Magique, Albator – Corsaire de l’espace 3D), ce qui garantira une certaine quiétude à la souris sur le territoire.

Tout l’opposé de l’année dernière où Paramount Pictures France avait décidé de jouer le mois de décembre à couteaux tirés contre Disney, opposant maladroitement Les Cinq légendes aux Mondes de Ralph, bataille qui avait été perdue par les deux camps tant par les qualités des deux films que les critiques qu’ils ont essuyées à leur sortie. Bien que le prix du ticket de cinéma reste contre toute attente assez bas, le problème est plutôt dans la pratique même de ses séances de fin d’années, car ce même sésame est à multiplier par le nombre de membres de la famille et une séance qui va finir par revenir à une trentaine d’euros se révèle être un vrai poste de dépense.

D’où la difficulté du choix, bien que de nombreux parents n’hésiteront pas à emmener leurs enfants voir La Reine des Neiges, ne serait-ce que par sa filiation avec les autres adaptations de contes, Raiponce en tête. Et les grand-parents, soucieux de faire découvrir d’autres films à leurs descendances, se rabattent sur les rééditions ou ces mêmes contre-programmations déjà cités, à la grande joie des plus jeunes, qui peuvent voir autre chose que ce que le marketing de masse martèle à leurs parents fatigués.

Tout ça pour vous dire que j’espère que vous profiterez bien de ce mois de décembre tant le début d‘année 2014 s’annonce sanglant pour les films d’animation, le mois de février et ses vacances d’hiver voyant s’affronter pas moins d’une demi-douzaine de films dont, pour une partie d’entre eux, la cible sera tout à fait identique. Si Tante Hilda ! et Jack et la mécanique du cœur vont attirer les aficionados de Dionysos et les amateurs plus âgés, que va-t-il se passer pour L’île des Miam-nimaux : Tempête de boulettes géantes 2, M. Peabody et Sherman : Les Voyages dans le temps, La Grande Aventure Lego et Tarzan 3D ? Même si la pratique d’aller voir un film d’animation entre ados est aujourd’hui complètement acceptée, il est assez terrible que tous ces films qui visent la même tranche démographiques risquent d’être départagés par le public hors cible : nous, les « vieux ».

Car c’est encore la croix et la bannière, lors d’une sortie à plusieurs, de se résoudre à aller voir un « dessin animé » alors que tant de films pour tous sont sur les écrans et ce sont les communautés qui portent le bouche-à-oreille qui feront le succès ou l’échec de ces différentes tentatives, toutes honorables mais dont certaines ont vraiment besoin de vous. Alors profitez donc de ce répit de fin d’année, voire du consensus que le Disney de Noël va apporter pour allez voir une alternative et économisez votre encre, votre salive pour l’année prochaine, car si l’offre est multiple, nos euros, eux, ne se multiplient que par zéro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *