Ce jeudi 29 novembre s’ouvrait l’exposition Manga ↔ Tokyo à la Grande Halle de la Villette, que j’ai eu la chance de découvrir en avance et dont je vais vous partager mes quelques impressions sur cet événement qui sera ouvert seulement jusqu’au 30 décembre, alors notez-le sur votre calendrier !

Le commissaire d’exposition, Monsieur Morikawa, est revenu sur le lien entre fiction et réalité au travers de l’urbanisme de la ville de Tokyo qui a su se réinventer après chaque catastrophe naturelle comme chaque guerre. Il a inscrit un parallèle entre Paris et la capitale nipponne avec la tour de Tokyo en hommage à la Tour Eiffel, mais aussi New-York où les super-héros agissent dans des villes fictives en miroir de la grosse pomme.

L’exposition s’ouvre sur une maquette monumentale de la ville de Tokyo autour de laquelle vous pouvez circuler afin de profiter de chaque détail. La suite de l’exposition se poursuit sur les balcons où vous pouvez suivre le fil de l’histoire japonaises hantée par ses constructions et reconstructions successives avec une multitude de planches et d’originaux en relation avec les œuvres de fictions marquantes. Chaque balcon est partagé en alcôve correspondant à différente époque et des installations contextuelles : l’ère Edo et ses incendies, l’après-guerre, la bombe atomique et même les mascottes.

Le point fort de l’exposition se situe dans le lien constant entre les grands événements et leurs répercussions pour les japonais au niveau de leur quotidien, on découvre ainsi les incendies de l’ère Edo au travers d’estampes de toute beauté, la reconstruction et la vie de tous jours, notamment illustrée par des croquis et des storyboards de Miss Hokusai qui a été distribué chez nous par Eurozoom. Ce lien fort entre moments historiques forts et le milieu urbain est maintenu tout au long de la visite où l’on croise mascottes, rames de métro tokyoïte et épiciers du coin (les fameux convinis).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne vous cache pas avoir passé un certain temps au secteur consacré à Godzilla, le rois des monstres atomiques qui hante la pop culture nationale depuis les années 50, et vous le découvrirez sous la forme d’une sculpture imposante, petites pattes en avant, prêt à marcher sur la ville.

Les planches originales et les estampes sont mises en valeur sur chaque mur avec une lumière ciblée permettant de profiter des traits de chaque artiste. Laissez-moi vous dire que j’ai pris entre autres un temps infini sur les storyboards de Tokyo Godfathers de Satoshi Kon, Astro Boy d’Osamu Tezuka et City Hunter aka ce fameux Nicky Larson qui ne craint personne. D’ailleurs, les références à la culture nipponne sont à la fois nombreuses et pertinentes, ce qui permet à chaque visiteur de trouver un point d’accroche afin de suivre le cours de l’exposition. Qu’on soit une enfant des années 90 comme moi, plus jeune ou plus vieux, vous trouverez de quoi attiser votre curiosité, depuis Goldodrak jusqu’au récent Your name.

Petit conseil : n’hésitez pas à prendre de la hauteur pour observer la maquette monumentale avec une paire de jumelles !

Pour profiter au mieux de l’exposition Manga ↔ Tokyo, il vous faudra compter sur deux bonnes heures et des chaussures confortables vu la quantité d’œuvres originales à observer.  Le prix de l’entrée se justifie pleinement de par la scénographie proposée : En effet, l’utilisation optimisée de l’espace, où chaque visiteur peut se régaler à chaque nouvelle installation. Les vacances de Noël arrivent à grand pas, c’est l’occasion idéale pour une sortie en famille.

Soyez au rendez-vous le 23 décembre, la mangaka Erica Sakurasawa (Angel, Crash !) fera une présentation de son travail ainsi qu’une démonstration de dessin en live, n’oubliez pas de réserver votre place.

Un grand merci à l’équipe de Game of Com pour l’invitation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *