Affiche de l'exposition Walt Disney, le mouvement par nature

Le Musée Art Ludique continue de dévoiler l’art des studios d’animation avec une exposition consacrée à Walt Disney Animation et intitulée “Le mouvement par nature”. Des origines au dernier né du studio, Vaiana, ce sont près de 400 oeuvres qui sont exposées, dont plus de 350 originaux. Vous pourrez les admirer du 14 octobre 2016 au 5 mars 2017.

L’exposition est construite de manière chronologique, et commence donc logiquement avec Walt Disney lui-même, à la fin des années 20. On découvre, dans une ambiance feutrée où la lumière met en valeur les œuvres exposées, des dessins d’animation de Mickey, Minnie, Pluto et les autres. C’est l’émergence de l’art de l’animation à la Disney, les débuts du studio et des révolutions artistiques et techniques. On poursuit avec les premiers longs-métrages : Blanche-Neige et les sept nains, Pinocchio, Fantasia et Dumbo. Des documents originaux, tous prêtés par The Walt Disney Animation Research Library, nous font découvrir des études préliminaires de Blanche-Neige ou des recherches d’expression pour un bébé Dumbo (mignon à croquer).

L’exposition porte un intérêt tout particulier à l’étude du mouvement, Walt Disney ayant toujours poussé ses animateurs à étudier animaux et humains pour rendre leurs animations plus réalistes et fluides. On apprend ainsi que les animateurs de Fantasia se sont inspirés du mouvement et de la texture de gouttes de lait pour animer la lave de la séquence du printemps. Les dessins d’étude d’un faon, réalisés pour Bambi et projetés en grand sur un mur blanc, captivent le regard.

[scroller] [/scroller]

On passe Saludos Amigos et on arrive dans les années 50, avec leur tournant artistique. La stylisation des formes est très à la mode, de l’architecture aux livres pour enfants, et les long-métrages Disney s’y essaient également. On pense immédiatement à La belle au bois dormant, dont on découvre de superbes concept art signés Eyvind Earle, ou au film Les 101 dalmatiens. Mais vous retrouverez aussi des œuvres d’Alice au pays des merveilles, de La belle et le clochard et du Livre de la jungle.

Et nous voilà arrivés à la fin des années 80, “le nouveau souffle artistique” du studio. La petite sirène et La belle et la bête, parmi les premiers à utiliser des scènes peintes et/ou animées à l’ordinateur, sont deux superbes espaces aux nombreuses œuvres. Le Roi lion, Pocahontas, Mulan et Tarzan illustrent les murs d’une grande salle toute en longueur, mais semblent plus pauvres malgré des ambiances visuelles toujours personnalisées.

Enfin, l’exposition Disney nous amène à explorer des mythologies contemporaines, avec les films plus récents que sont Raiponce, Les mondes de Ralph, La reine des Neiges, Zootopie, Les nouveaux héros et… Vaiana, la légende du bout du monde, qui ne sortira en salle que fin novembre ! Ici, plus d’originaux, mais de nombreuses peintures numériques, à vous faire pâlir d’envie. Il y a également une maquette de Candy Hollow, dans Les mondes de Ralph, faite en bonbons, biscuits et chocolats !

[scroller] [/scroller]

J’ai fait le tour de l’exposition deux fois, pour ne rien louper des explications ou des œuvres exposées. Quelques panneaux instruisent sur l’univers Disney, des Nine old men au procédé Xérox, mais je recommande l’utilisation de l’audioguide, toujours une mine d’informations. Et, comme beaucoup, je suis restée un moment devant les images inédites de Vaiana, qui donnent vraiment envie de voir le film (si les bandes annonces ne vous avaient pas déjà séduites).

En revanche, l’exposition m’a paru moins riche et ludique que celle d’Aardman Animation l’an dernier. En même temps, difficile d’exposer un bateau pirate géant quand on ne travaille pas en stop-motion, et Walt Disney, le mouvement par nature reste une exposition intéressante à voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *