Logo japonais du film Fireworks

Les feux d’artifices sont-ils plats ou bien ronds, lorsqu’on les observe de côté ? C’est la question que se posent les héros d’un triangle amoureux dans Fireworks, un film d’animation japonais réalisé par Nobuyuki Takeuchi (animateur clé sur Le voyage de Chihiro) et bientôt distribué par Eurozoom en France. Une nouvelle acquisition qui prouve l’intérêt toujours renouvelé de la part du distributeur français après l’annonce récente de la sortie de Mazinger Z le 22 novembre prochain.

[message]En cette belle journée d’été, Nazuna, discrète collégienne, décide de défier ses deux amis Norimichi et Yusuke lors d’une course de natation. Le vainqueur assistera à ses cotés au feu d’artifice de la soirée. C’est Yusuke qui remporte la course mais entre temps, Norimichi découvre le secret de Nazuna. Obligée de déménager en raison du divorce de ses parents , la jeune fille cherche à fuir. Et si Norimichi pouvait changer le destin de cette journée ?/message]

Voilà un synopsis… bien plat. Qui ne prend de l’épaisseur que si on se penche sur le synopsis du moyen-métrage Uchiage Hanabi shita kara Miru ka? Yoko kara Miru ka? (Fireworks, Should We See it from the Side or the Bottom?) sorti en 1993 à la télévison japonaise, puis remonté pour une sortie cinéma en 1995, et dont Fireworks est une adaptation. Il avait été réalisé par Shunj Iwai, le réalisateur du plus récent film d’animation Hana et Alice mènent l’enquête, qui était un de mes coups de cœur à Annecy en 2015.

[message]Ce sont bientôt les vacances d’été et un feu d’artifice a lieu ce soir. Norimichi, Yusuke et leurs amis se posent une question existentielle : est-ce que les feux d’artifice sont plats si on les regarde par le côté ? Ils se donnent rendez-vous après l’école pour aller vérifier ça depuis le haut d’un phare. Entre temps, Norimichi et Yusuke, de corvée de nettoyage de la piscine, en profitent pour faire une course avec pour arbitre leur camarade de classe Nazuna. Ils ne savent pas encore que celle-ci doit déménager suite au divorce de ses parents et qu’elle a décidé intérieurement d’inviter le gagnant pour sa dernière soirée ici. Comment cela se passera-t-il si c’est Yusuke qui nage le plus vite ? Et si c’est Norimichi ? – Source : Nautiljon[/message]

Je n’ai pas vu le moyen-métrage d’origine, mais à lire ce nouveau synospis, j’imagine un film qui se scinde en deux avec une temporalité où Nazuna part avec l’un des garçons, et une temporalité où elle part avec l’autre. En tous cas, les ingrédients pour un succès japonais sont présents : romance scolaire, triangle amoureux, possible multiplication temporelle, drame. La preuve, Fireworks y a fait 130 000 entrées le 18 août dernier, jour de sa sortie.

Personnellement, je me suis laissée séduire par ces dernière bande-annonce, où différents rythmes se mélangent, du contemplatif classique à l’empressement… de la jeunesse ? de l’amour ? Cela me semble très joli et je suis préssée de découvrir la scène où Nazuna semble se noyer et qui dégage déjà quelque chose de particulier dans ces images. J’espère donc que ce nouveau film, qui reprendra l’histoire écrite par Shunji Iwai (sur un nouveau scénario de Hitoshi Ohne) mais avec la force d’animation du studio Shaft, sera une réussite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *