Il y a des univers qu’il fait plaisir de découvrir tant ils ouvrent le champ des possibles et d’une modernité nouvelle dans l’animation ado-adulte. FJER, un pilote se déroulant dans l’univers Equinox Noir et développé au sein de la société de production Sønc, est de ceux-là.

Sous une lune rouge sang, Crane, une jeune femme oiseau se prépare à un rituel dans le bar du Bird’s Nest. Hawker, qui est pour elle comme un père, un leader et un amant, la met en garde : si elle échoue, elle devra mourir. Alors qu´elle accomplit la danse rituelle sous les yeux d’Hawker, une inconnue fait son entrée et entrave sa performance, l´empêchant d´accomplir le rituel. C´est ainsi que débute l´histoire initiatique de FJER; dans un unique mélange d’animé-nordique et de musique électro, la série explore le processus d’émancipation et la découverte de sa propre sexualité.

Derrière Sønc

Sønc a été fondé à Viborg en 2013 par la réalisatrice danoise Jeannette Nørgaard, ensuite rejointe par la productrice française Lorène Lescanne en 2015. La volonté de cette société de production danoise est de proposer une animation traditionnelle à destination d’un public adolescent et adulte. Les créatrices ont travaillé sur des clips, des publicités et des courts-métrages, « Freys Mørke (Frey’s darkness) » et « Charlies Sten (Charlie’s stone) », dans une volonté de mettre l´animation au service de spécialistes dans leur domaines comme les ONG ou les médecins, pour essayer de contribuer à améliorer la communication et aider les gens, ce qui se traduit dans l’utilisation de formes claires et colorées évoquant les différents troubles subis sans tomber dans le jugement. Sønc participe aussi au projet d’application de Folkekirkens Nødhjælp (une ONG de l’église danoise) qui consiste à apporter du réconfort (sous forme d’eau, de couvertures, de lieux de prière) pour soutenir les habitants de pays en crise.

Au-delà de ces projets, Sønc a dans l’objectif de mener des projets depuis le concept jusqu´à la post-production, et non pas à en créer l’animation, qui sera réalisée avec d’autres studios. L’aspect sensible et sensitif de leurs différents projets est à prendre à compte dès lors que vous tremperez le petit orteil dans l’univers de FJER.

Destination : FJER dans les profondeurs de l’univers Equinox Noir

J’ai eu le privilège de découvrir le pilote de FJER de l’univers d’Equinox Noir. Ces premières images en animation traditionnelle sont à la fois électriques et éclectiques qu’il me devait de partager mon ressenti avec vous.

On entre dans l’univers dans une clairière sur la quelle la lune rougeoie, où l’on découvre Crane, une jeune femme en pleine réflexion sur son avenir au sein du Bird’s Nest de Hawker. Ce dernier lui appose une ceinture, symbole de son entrée rituelle dans le Nid. Elle et lui sont semblables par leur silhouette androgyne et athlétique, dégageant une tension forte qui laisse imaginer la lutte de Crane pour arriver aussi haut dans la hiérarchie de ce nid. On ressent également la lutte intérieure de Crane via le plumage qui lui pousse dans la nuque.

Cette atmosphère se déploie autant au travers du prisme surnaturel des couleurs de la clairière que dans la dimension plus électrique du club, évoquant la photographie de Drive de Nicolas Winding Refn. La figure guerrière du personnage de Crane s’impose dans un contraste de courbes et de sensualité digne des formes pulpeuses des portraits de femmes de Mucha. Une impression aussi dégagée par l’endroit, avec ce même contraste que l’on retrouve avec la nature extérieure.

Ce pilote arrive à revêtir des détails très nineties comme les tenues des clubbers ou la lumière colorée et dynamique tout en installant des possibilités mythologiques et une animalité puissante avec cette image de l’oiseau. J’ai été impressionnée par le potentiel féministe, sexuel et futuriste de cette web-série et j’ai vraiment hâte d’en découvrir plus.

En attendant, restez connectés pour découvrir mon interview de Jeannette Nørgaard, réalisatrice, scénariste et directrice artistique de FJER

FJER – Pilote, extrait #1

FJER – Pilote, extrait #2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *