Après la découverte du générique (que vous pouvez retrouver en fin d’article) il y a quelques semaines, c’est le site américain Screenrant qui a eu la chance d’interviewer le producteur exécutif Glen Murakami et le co-créateur Mitch Watson à propos de leur future série Beware the Batman.

Nous nous sommes rendus compte que les séries animées Batman étaient solidement ancrées dans vos cœurs d’amateurs d’animation (une remarque qui m’était d’ailleurs venue lors d’un précédent édito du lundi) et bien que vous considériez que cette nouvelle série Batman a fort à faire pour être au niveau des précédentes, ce n’est pas ce qui chagrine le plus Glen Murakami et Mitch Watson, qui semblent plus concentrés sur le fait de poser les bonnes pierres à leur propre tentative d’une série Batman, tout en essayant d’éviter ni plus ni moins l’extinction des séries animées d’actions !

Ils ont justifié leur choix d’utiliser des ennemis moins connus de l’univers du chevalier noir et pourquoi ils n’ont pas peur de mettre au défi un jeune public, qu’est ce que change l’absence de Bruce Timm et Paul Dini, l’utlisation du CGI pour la première fois dans une série animée Batman et enfin pourquoi ils veulent que le public regardent la série et lui donne une chance.

Mitch Watson, à propos de lui et Murakami ayant créé leur propre Batman et pourquoi ils veulent une série exigeante pour leur public:

« Je pense que Glenn et moi avons une familiarité avec les différentes itérations de Batman, et à un moment il faut les mettre de côté et se dire “Ok, quels sont les composants majeurs du personnage, et ceux avec lesquels le public est le plus familier ? Gardons ceux-là et faisons-les nôtre. » Le choix qui a été le plus facile à faire sur le projet fut d’utiliser des méchants qui n’avait pas été trop employés auparavant et bizarrement, nous n’avons ressenti d’effets avant de voir les épisodes. Ça leur donne vraiment une tonalité différente car vous n’aviez jamais vu Batman interagir avec eux sous forme animée. Sur le fait d’écrire pour un jeune public, il n’était pas question de baisser le niveau, quand j’écris une histoire, honnêtement,  je la créé en me disant que je suis le public. Il ne faut surtout pas se dire que l’on peut faire ça par dessus la jambe parce qu’on écrit pour la jeunesse. je pense que les enfants d’aujourd’hui sont bien plus intelligent que ce que vous pensez et que si vous leur donnez un os à ronger, il sauront l’attraper. »

Très conscients des réactions intenses provoquées par les annulations de Young Justice et de Green Lantern, Murakami et Watson souhaitent que les fans de celles-ci et les fans en général donnent une chance à la série pour que le genre action ne subisse pas une nouvelle perte face à la vague de série comiques :

Watson : « Pour être franc, le genre action pour les séries animées est au bord de l’extinction, donc j’espère sincèrement que les gens qui ont aimé Young Justice et ceux qui ont aimé Green Lantern, ils doivent donner une chance à la série parce qu’honnêtement, s’ils ne se sentent pas attirés par cette série… vous savez quoi ? S’ils ne l’aiment pas, ils ne l’aiment pas, mais qu’ils essaient, car on a vraiment essayé de faire quelque chose qui plaise autant aux fans qu’aux nouveaux arrivants, et de ramener les déçus des arrêts de Green Lantern et de Young Justice. »Je pense que nous avons payé notre dû en termes de respect et de célébration des personnages, donc le public doit savoir qui s’il ne donne pas une chance à ce type de série, vous n’en verrez plus avant un certain temps. »

Murakami : « Sur chaque série sur lesquelles j’ai travaillé, dès que l’on commence la diffusion c’est toujours la même chose. Tout le monde dit qu’il va détester cette nouvelle série, et après leur fin ou une fois l’annonce de leur annulation faite, on a droit à la même question « Pourquoi la série est annulée ? Pourquoi ils s’en débarrassent ? Elle était bien ! »

Donc la seule chose que je peux rappeler aux gens c’est la suivante, quand en 2005 Teen Titans a commencé tout le monde disait qu’elle était nulle. Quand on a fait Batman Beyond tout le monde disait qu’il la détestait,vous savez ? Lorsqu’on a fait The Batman, même rengaine. Donc à chaque fois que l’on commence quelque chose de nouveau, le schéma est le même, tous le monde se plaint et que ça va être nul ou médiocre. »

Beware the Batman va-t-elle avoir plus de difficulté à faire son trou parce que Bruce Timm et Paul Dini n’y participent pas ? Watson et Murakami ne le pensent pas :

Watson : « Il n’y a que les fans hardcore qui connaissent Bruce Timm et Paul Dini. Un gamin qui débarque sur la série, absolument pas. Ce sont des noms attachés à une série datant d’il y a vingt ans, et on essaye pas de prendre la place de cette série. C’est une série incroyable et qui continue d’avoir une aura qu’elle possède encore aujourd’hui. Notre série est différente. »

Murakami : « J’ai travaillé sur ces séries. Certaines personnes travaillant sur Beware the Batman ont travaillé sur ces séries également, donc nous avons l’expérience nécessaire pour travailler sur celle-là. »

La différence la plus notable entre les anciennes séries Batman et Beware the Batman est l’utilisation du CGI. Mais alors que nombreux sont ceux qui se sont étouffé sur la nouvelle apparence de Batman, Murakami est enthousiaste:

« Je pense que c’est un défi. Un vrai défi de faire ce que personne n’a jamais vu en CGI. C’est un nouveau médium et je pense que même les fans qui sont habitués aux films live et ce genre de choses, ils attendent à ce que ça leur en mette plein la vue. Ce que je veux dire,c’est que j’ai voulu essayer et relever ce défi de faire une série en CGI. »

Beware the Batman commencera sur Cartoon Network USA à partir du 13 juillet.


Lien de la vidéo pour la version mobile du site.

Source : Screenrant.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *