Deux courts-métrages qui prennent la forme de bandes-annonces sont apparu sur le web ces dernières semaines, chacun ayant leurs forces et leur faiblesses : parlons donc de « The Adventures of Indiana Jones » et « Zelda x Ghibli » !

The Adventures of Indiana Jones

Créé sur plusieurs années par Patrick Schoenmaker, animé sous TVPaint et ToonBoom Harmony, The Adventures of Indiana Jones est autant une lettre d’amour qu’une envie d’un nouveau film. Formellement, le design des personnages évoque autant la série animée Batman des années 90 que les bande-dessinées Delcourt éditées il y a quelques années. Le court-métrage est très charmant, mais contrairement à d’autres qui voudraient y voir la possibilité d’une série animée, ce n’est clairement pas quelque chose que je trouve souhaitable.

Je m’explique : Indiana Jones est déjà un « héros somme » de plusieurs courant cinématographiques tombés en désuétude, et même si les films possèdent cette vibrance des serials, une série animée sur le sujet ne ferait pas long feu, sauf à trahir tout le côté digest que possèdent les quatre films, surtout vu la continuité d’un univers Indiana Jones déjà bien encombrée (qui n’a pas encore été rebooté par Disney). Remarque personnelle : je n’attends pas spécialement de cinquième film non plus.

Tout de même, chapeau à Patrick Schoenmaker pour ce bel effort qui lui aura pris en cumul neuf mois de sa vie. Il ne désire pas réaliser un fan film d’aucune sorte, et son portfolio montre que cet artiste freelance possède plus d’un atout dans sa manche. Voyez ce The Adventures of Indiana Jones comme un joli coup de visibilité qui sait jouer sur les fantasmes du public.

Zelda x Ghibli

En parlant de fantasme ! Alors que Miyazaki trifouille sa barbe en se demandant s’il veut se lancer dans un nouveau long-métrage près avoir vu La Tortue Rouge et que Toshio Suzuki annonce partout que rien n’a bougé depuis la mise en hibernation du département d’animation, le nom du studio n’a jamais autant été murmuré à tous les coins de rue : que ce soit pour réaffirmer un mètre étalon ou dénoncer le fait que le vieux maître de l’animation était un arbre qui cachait la forêt, les fanarts Ghibli fleurissent et voici donc une étape supplémentaire : le fan trailer.

Matt Vince a tout de même poussé le vice plus loin, puisque c’est ici une autre franchise qui est mise à la sauce Ghibli : l’indéboulonnable Légende de Zelda, dont le prochain opus, Breath of the Wild, se fait attendre. La grande force de cette bande-annonce réside dans son ton. très doux, qui respecte bien l’univers d’Ocarina of Time tout en le mélangeant à de magnifiques décors qui rappellent de loin les productions du Disney de l’animation Japonaise.

Encore un fantasme à la peau dure (il y a peu, c’est une rumeur concernant une série Netflix qui avait fait enfler le net), qui voudrait que tout un chacun apprécie une adaptation de Zelda sur un autre médium que celui de départ. Pour ma part, la série éponyme des années 80 me file encore des cauchemars (Excuse me Princess ?). J’apprécie tout de même le fait de ne pas voir de près un Link « Ghiblisé », une esthétique qui ne colle pas à tous les personnages, un geste ssentiellement dû au fait qu’au départ, le projet était de faire des affiches sur le même thème.

Reste que l’hommage est sympathique, d’autant plus à l’heure où le tout 3D des jeux fait que l’on aime se tourner vers des alternatives visant l’ultra réalisme. Nintendo, plus encore que les autres entreprises (étant donné que la puissance de calcul de leurs console ne permet pas des prouesses), creuse ce sillon et a déjà prouvé se viabilité avec l’excellent The Wind Waker (qui esthétiquement aurait donné une superbe série d’animation).

Miyamoto a pour sa part déjà touché à l’animation avec les délicieux courts-métrages Pikmin, mais comme pour Indiana Jones, il vaut mieux que le fantasme en reste un, Ghibli et l’adaptation d’autres œuvres d’heroic fantasy n’ayant pas vraiment fait bon ménage jusqu’ici, l’existence Des Contes de Terremer en attestant. Matt Vince a d’autres cordes à son arc, et celles-ci ne nécessitent pas de « Et si… », fort heureusement.

En conclusion, le mieux que je puisse dire à propos de ces fan trailer, c’est de ne pas oublier ceux qui les ont fait. Ils ont mis de l’effort, de l’énergie aux services de marques qu’ils aiment et qui n’ont pas nécessairement besoin d’eux. Souvenez-vous d’eux, car peut-être qu’un jour ils ne seront plus « les personnes derrière le fan-quelque chose », à n’en pas douter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *