A l’origine, The Life of Guskou Budori (Guskō Budori no Denki est le titre original) est un conte écrit par Kenji Miyazawa entre 1923 et 1933. Il a été traduit en français par La Biographie de Gusuko Budori, et publié dans le recueil de contes du même auteur Le Coquillage de feu (L’Harmattan, 2000). Kenji Miyazawa est également l’auteur de la nouvelle Gauche le violoncelliste, adaptée par Isao Takahata en 1981, et Train de nuit dans la voie lactée, adaptée par Gisaburo Sugii en 1985.

The Life of Guskou Budori a déjà été adaptée en long métrage d’animation par Ryutaro Nakamura en 1994. Cette fois-ci c’est Gisaburo Surgii qui adapte ce conte, et comme dans son adaptation de Train de nuit dans la voie lactée, les personnages deviennent des chats.

L’histoire originale raconte la vie d’un jeune homme nommé Budori qui vit à la campagne avec ses parents et sa petite sœur. Une suite de sécheresses et autres catastrophes naturelles sépare la famille, et Budori est forcé de quitter la maison et de trouver son chemin par lui-même. Conduit par un désire d’améliorer la qualité de vie de ses pauvres concitoyens, il rejoint finalement un groupe de scientifiques appelé le Département Volcanique Lihatov, et prend part aux projets scientifiques destinés à combattre les catastrophes naturelles qui l’ont conduit loin de chez lui.

Pour son film, Gisaburo Surgii adapte quelque peu le récit où, après un terrible climat froid qui a frappé la forêt, Budori se retrouve seul au monde. Mais il ne perd pas espoir et continue de rechercher sa petite sœur Neri. Il essaie alors de rejoindre et de travailler avec des scientifiques dans un laboratoire d’éruption volcanique artificielle. Mais la vague de froid revient et cette fois Budori décide de ne pas revivre la même expérience. Il quitte le laboratoire pour tenter de sauver les autres…

Le film sera distribué au Japon en juillet prochain, et si il n’y aucun indice qui tende à montrer qu’il sortira dans les salles françaises, je compte au moins sur une sortie DVD. Parce que la bande annonce ci-dessous est très sympathique !

One Comment

  1. Pingback: La liste des long-métrages hors-compétition du Festival d'Annecy 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *