Critique – Le mystère des pingouins

On entend souvent parler de la « jeune garde » de l’animation japonaise appelée à succéder les maîtres incontestés du médium, le tout présenté dans un jeu médiatique assez usant où se succèdent pêle-mêle Keichii Hara, Mamoru Hosoda, ou n’importe quel réalisateur ayant le malheur d’avoir une …