Annecy 2024 – On a vu les vingt premières minutes de « Le Seigneur des Anneaux : La guerre des Rohirrim »


Retour à la grande salle de Bonlieu pour une séance événement du Seigneur des Anneaux : La guerre des Rohirrim, présentée par un Andy Serkis en sandales (il a tout compris) où Jason DeMarco (Vice président Action & Anime chez Warner Discovery), Philippa Boyens (co-scénariste de la trilogie originale, et ici productrice), Kenji Kamiyama (Ghost in the Shell : Stand Alone Complex) et Joseph Chou ont échangé sur la fabrication du film. Dans la salle se trouvaient un certain nombre de membres de l’équipe du film, parmi lesquels Phoebe Gittins et Arty Papageorgiou.

Ce que l’on a appris de plus sur Le Seigneur des Anneaux : La guerre des Rohirrim par rapport à 2023

  • Le film devait originellement faire dans les 90 minutes. Il dure désormais 2h30.
  • Une grande partie du travail de Jason DeMarco fut de concilier les deux côtés de ce projet et faire comprendre aux personnes du Seigneur des Anneaux les conventions de l’anime et celle de l’univers de Tolkien aux personnes chargée de la production de l’animation.
  • Andy Serkis estime que l’animation est un procédé « douloureusement lent » et reconnait l’incroyable talent du métier d’animateur. Un grand progrès vu les sorties il y a quelques années de l’acteur en lien avec la performance capture.
  • Peter Jackson et Fran Walsh sont producteurs exécutifs du film, une information non révélée jusqu’à présent car ils souhaitaient que le projecteur reste sur Kenji Kamiyama. Jason DeMarco a insisté sur le fait que la volonté n’était pas de chercher à faire un film d’animation à la Peter Jackson, mais plutôt un film de Kamiyama dans cet univers déjà établi et vaguement familier vu la distance de 200 ans par rapport à la trilogie de films.
  • La grande source d’inspiration de Kenji Kamiyama concernant le Seigneur des Anneaux ne sont pas les livres mais la trilogie de Peter Jackson, dont il a vu les films le jour de leur sortie à l’époque.

Le Seigneur des Anneaux : La guerre des Rohirrim, les vingt premières minutes

Le film débute sur la voix off d’Eowyn narrant le contexte de l’époque à laquelle se déroule l’action. La caméra survole une carte de la Terre du Milieu et après un travelling avant et un fondu, nous suivons désormais des aigles entre les montagnes avant d’accompagner Héra, princesse du Rohan, en pleine chevauchée. celle-ci finit par s’arrêter au sommet d’un monticule pour donner un énorme morceau de viandes aux Aigles, qui sont en fait des Grands Aigles. Héra tente d’interagir avec l’un d’entre eux et parvient presque à le toucher mais ce dernier la repousse et reprend son envol. La musique de Stephen Gallagher est très similaire à celle composée par Howard Shore et reprend le motif musical des Rohirrim (évidemment).

Quelques plans de transition d’Héra à cheval nous amène à Edoras, et la capitale du Rohan n’a jamais été aussi belle. Le bastion du roi est décoré d’ornements qui reflètent la lumière du soleil couchant, et un chant traditionnel accompagne la montée d’Héra jusqu’à celui-ci. Nous sommes dans une totale inversion de la présentation des Deux Tours, et ça fonctionne plutôt bien.

Les séquences suivantes nous introduisent le frère d’Héra, Hama, le cadet et jouant d’un instrument de musique, tandis qu’Haleth semble l’archétype du soldat prêt à se battre avec sa hache. Le personnage du page fait aussi son apparition et la mère d’Héra reproche à sa fille de ne pas être en tenue convenable pour recevoir la délégation du seigneur du pays de Dun, Freca.

Avant l’arrivée de cette délégation, Héra interagit avec le page à propos du blason des Damoiselles protectrices du Rohan, un symbole que le conseiller du Roi aimerait voir disparaître en raison de son inutilité (vu la tête de ce dernier, on est tout à fait en droit de l’imaginer comploter derrière le dos de son seigneur). Notez que cette séquence avait été montrée l’année dernière de manière très incomplète.

La première introduction de Helm Hammerhand dans la salle du trône de Meduseld donne une idée de l’envergure du personnage, et c’est entouré par ses trois enfants qu’il reçoit la délégation de Freca. Le seigneur de l’Ouesfolde possède des tatouages, des cheveux noirs et des traits qui sont ceux des Dunedains, provoque Hammerhand en invoquant l’idée que le Rohan est un vassal du Gondor, et pour prouver l’indépendance du pays, demande à ce qu’Héra épouse son fils, Wulf.

Quelques provocations plus tard et après le refus du Roi de céder la main de sa fille, les deux hommes s’affrontent à mains nues à l’extérieur de Meduseld et Freca mord la poussière après un seul coup de poing très violent de la part de souverain du Rohan ! Wulf jure alors de se venger…

Nous avons ensuite eu droit à un montage de plusieurs moments épiques de batailles et de confrontation, où Héra notamment prouve qu’elle est bien la damoiselle protectrice du Rohan.

Les trois images du film ont été dévoilées pendant la journée et l’une d’entre elles, celle présentant Helm et ses enfants, est tirée des vingt minutes qui nous ont été montrées.

Le Seigneur des Anneaux : La guerre des Rohirrim sortira en salles le 11 décembre 2024.


A lire dans le même genre

Dernières publications

  • Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    On l’attendait d’une impatience mêlée d’inquiétude, et voici donc les premières informations et une bande-annonce pour l’adaptation animée de L’Atelier des sorciers, l’un des meilleurs manga actuels, dévoilés durant un panel de l’Anime Expo. Coco, une jeune fille qui n’est pas née sorcière mais qui est passionnée par la magie depuis son enfance et travaillant…

  • Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Après un passage à la Quinzaine de Cannes et au festival d’Annecy, Anzu, chat-fantôme, réalisé par Yoko Kuno et Nobuhiro Yamashita, se dévoile dans une nouvelle bande annonce : Karin, 11 ans, est abandonnée par son père chez son grand-père, le moine d’une petite ville de la province japonaise. Celui-ci demande à Anzu, son chat-fantôme…

  • Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Après Coraline, la malchance autour du projet The Shadow King et un retour en bonne et due forme avec Wendell et Wild, le réalisateur Henry Selick a annoncé hier au Festival International du Film d’animation d’Annecy, en marge du panel talent auquel il participait, qu’il aimerait beaucoup adapter le roman de Neil Gaiman en long…