Après deux jours de pitchs, voici l’ultime jour du cartoon 360. En raison de la grève générale du 5 décembre, nous avons dû quitter l’événement plus tôt que prévu, et n’avons pas pu voir les pitchs de Women in war, One for the road et Studio Killers, mais nous vous en parlerons plus tard, le temps de prendre contact avec les différentes productions.

Laser Infinity

Sautez dans le train intergalactique Laser Express avec Luna, Sunny et la Team Evolution alors qu’ils embarquent dans le plus grand défi de Laser Game jamais créé pour sauver la galaxie Red Dust d’une catastrophe écologie imminente ! D’une planète à l’autre, il devront maîtriser tout les Labyrena pour saisir le destin de la  galaxie et protéger l’environnement des générations futures ! Bienvenu dans le premier western intergalactique écologique western… avec des lasers !

Pour la Chouette Compagnie (Imago, Goal Force, Droners), Antoine Maurel et Guillaume Johera ont dévoilé le monde de Laser Infinity, un projet de série TV au fort potentiel toyetique, ce qui est naturel vu que le projet se fait en collaboration avec Laser Game Evolution. Il est agréable de découvrir que nos héros sont menés par Luna, une héroïne déterminée à gagner toutes les arènes. Toutes proportions gardées, le message derrière se voudrait écologique, ce qui à l’avenir pourrait rentrer en confrontation avec le fait de vendre des jouets où le plastique règne en maître. Cependant, on ne reste pas indifférent au charisme de cet équipe avec une mention spéciale pour Mao, le chat fantôme aux grosses moustaches.

Les experts ont soulevé le point intéressant que Luna ne pourrait pas hélas pas attirer un public masculin dans le cadre de la production de merchandising. En effet, les industriels ne s’intéressent qu’à la composition des équipes et non à la narration de la série. C’est encore un signe de la nécessité d’évoluer sur le sujet et de laisser vivre les héroïnes auprès du public avant de décider pour lui qu’ils ne les aiment pas La proposition de Laser Infinty retient l’attention et nous souhaitons que l’aventure se poursuive. Pew pew pew !

Starting with hope

La plus petite des lumières peut percer la plus profonde des obscurités… Starting with hope est un recueil de témoignages personnels sur comment les gens se battent contre la dépression, sous forme d’une série animée TV pour le web ou une plate forme digitale. Celle-ci pourra donner de l’espoir à celleux qui n’ont plus, la dépression pouvant atteindre n’importe groupe ou classe sociale. Ce projet accompagnera celleux qui sont seuls et peut-être donner des indices  à leur entourage. Il permettra d’atteindre ce qui ne peut l’être via la viralité de l’internet. Se concentrant sur des moments qui ont aidé les gens à conquérir cette maladie, notre travail alternant les différentes histories montreront que la vie après la dépression est possible à imaginer.

Kèota Dengmanara et Diana Hentulescuot, de Moukda Productions, nous ont présenté leur projet de série de treize épisodes de quatre minutes autour du sujet délicat qu’est la dépression. Le but est de représenter de manière imagée les différentes itérations de la dépression et nous avons pu voir l’épisode de David et « son géant », symbolisme de sa lutte avec son surpoids et son mal être, et aussi Nathalia et sa boite claustrante en métal luttant contre ses insomnies chroniques. D’autres épisodes sont en préparation afin d’avoir des représentations les plus larges possibles.

Dans le cadre du 360, elles souhaiteraient mettre en place des espaces de partage sur le net avec le soutien d’associations (comme France Dépression) et aussi la création de ciné échange, comme ce qui s’est fait avec le long-métrage J’ai choisi de vivre. Cet angle dans le réel n’est pas à négliger car bon nombre de gens n’ont pas un accès confortable à internet et la vision 360 comprend une prise directe avec le public, motivant une première prise de contact avec les personnes adaptées. Beaucoup de travail pour un beau projet que nous suivrons avec intérêt.

Beardy Bodo

Beardy Bodo est une série web taquine qui apprends aux enfants à lire. Le jeune public  sera emmené dans un voyage depuis la reconnaissance des lettres jusqu’à des exercices de lecture impliquant les éléments les plus complexes de la langue, présenté par l’hilarant Bodo, un personnage bougon avec une longue barbe qui ne sait pas lire et finit toujours par tout mélanger, alors que c’est lui qui doit donner les consignes de lecture. En résolvant des séries de tâches et de puzzles, en jouant à des jeux et stoppant Bodo de cacher les lettres, les enfants apprennent l’alphabet et améliorent leurs capacité à lire.

Les productrices Anna Mysskaya et Dessislava Medkova nous ont présenté leur collaboration russo-allemande au travers du personnage de Beardy Bodo dans une série destiné aux tout petits. Beardy Bodo n’a de professeur que le titre, il râle, grogne et ne connait rien à rien, ce sont donc les enfants qui le reprennent et lui expliquent les différents éléments pédagogiques des épisodes. Cette démarche est particulièrement intéressante car elle permet aux enfants de se réapproprier le savoir et ainsi de retrouver confiance en leurs propres capacités.

Basée principalement sur le pouvoir des mots, les productions FunGameMedia et Rikki Group souhaiteraient développer ces formats dans différents avec des traductions et adaptations en accord avec les différentes cultures européennes. Il est aussi question de mettre en place une nouvelle saison où Bodo voyagera et découvrira les pays du monde. Ce pitch était particulièrement drôle et réussi, il y de de fortes chances que l’on voit débarquer Bodo sur nos écrans dans l’avenir (pourquoi pas Okoo ?).

Dog and daggers

L’histoire commence au milieu d’une guerre entre trois factions majeures : les crocodiles, l’alliance loyale des chiens et le royaume des grenouilles. L’alliance des chiens fut un jour engagée le royaume des grenouilles pour se débarrasser des crocodiles et récupérer leur marais,  mais après leur victoire, ils furent trahi par le royaume des grenouilles. Shiba le chien, qui place la valeur de la loyauté au-dessus de tout, jure vengeance pour ses camarades tombés au combat. Pour Slip la grenouille, le marais est au-dessus de tout, et se débarrasser de ces chiens envahissants serait le meilleur moyen d’y rétablir l’ordre. Slip voit alors son frère assassiné par Shiba devant lui. Sa réponse, la vengeance. Poursuivant l’assassin,il recherche la meilleure occasion de frapper…

Les producteurs Coen Balkestein, et Florian Walraven du studio hollandais Knisper nous ont introduit avec une certaine tendresse cet univers marqué par le jeu de rôle et la fantasy. Le principe même du shiba vengeur est très attractif, de plus que le look rugueux de ses compagnons d’infortune. Il va s’en dire que nous attendons avec une certaine impatience que les créateurs proposent une histoire plus construite et élaborée autour de ces personnages.

Déjà issu d’un comic book, ils souhaiteraient faire une mini série de trois épisodes de trois minutes qui pourrait se muer en pilote pour un format plus long, et un jeu de plateau. Comme pour Sidequest, les experts ont convenu d’un public masculin cible, sauf que les mentalités ont changé en ouvrant l’univers d’heroïc fantasy à un public plus féminin. Il est selon moi important de prendre cela en compte dans la conception de cet univers qui possède déjà une forte identité. Hâte de voir grandir ce projet de chien vengeur, une fusion tellement John Wick !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *