[Critique] Little Witch Academia : Akko à l’école des sorcières.


Little Witch Academia est un moyen métrage réalisé par Yoh Yoshinari et animé au studio Trigger (Kill la Kill, Gurren Lagann) à l’occasion de l’Anime Mirai 2013, un programme financé par le gouvernement japonais et qui permet à de jeunes animateurs de montrer leurs talents. On y rencontre Akko et ses amies apprenties sorcières dans un cadre que n’aurait pas renié J.K.Rowling…

[message] Pleine d’admiration pour Shiny Chariot, une célèbre sorcière renommée pour ses sortilèges enchanteurs et peu orthodoxes, Kagari Akko, une jeune fille ordinaire, rejoint l’Académie des Sorcières dans l’espoir aussi spectaculaire que son idole un jour. L’histoire commence quand Akko et ses deux meilleures amies, Lotte Yansson et Sucy Manbavaran, suivent leurs premiers cours de sorcellerie. Akko est alors furieuse d’apprendre que Shiny Chariot n’est pas aussi populaire qu’elle ne le pensait après des sorcières. [/message]

Entre Harry Potter et Amandine Malabul

Quand l’action se déroule dans une école de sorcellerie aux allures de château, il est dorénavant impossible de ne pas penser à Harry Potter. D’ailleurs, les ressemblances ne s’arrêtent pas là : Akko est entourée de deux amies fidèles, elle a des difficultés à restée concentrée en classe et garde un œil neuf sur l’univers de la magie, car elle n’y a pas grandi.

La scène du premier cours de vol en balai ne manquera pas de faire penser aux premiers essais de Neville Londubat dans Harry Potter à l’école des sorciers. En effet, Akko a bien du mal à maîtriser son balai, et la magie en général, ce qui la rend aussi comique que l’était Amandine Malabul dans The Worst Witch. Sa meilleure ennemie, l’élève parfaite Diana Cavendish, ne manque d’ailleurs pas de se moquer d’elle comme de Shiny Chariot…

Magical girl ou la touche japonaise

Heureusement, Little Witch Academia possède son propre univers et ses propres lois magiques. Les sorcières y exercent la magie grâce à des baguettes – qui ressemblent fortement à des pics à fondue, soyons francs – qui tirent leur énergie d’un artefact unique : la Pierre des Sorcières, un cristal géant qui irradie de magie. Ici, quand on lance un sort, il est matérialisé visuellement par un flux de lumière, qui peut prendre différentes formes.

Ainsi, les animateurs nous régalent dès la scène d’introduction où Shiny Chariot donne un spectacle devant un public émerveillé (comme je l’ai été). Sa magie prend la forme d’une rose, donne naissance à des arches et fait pleuvoir des êtres féeriques de toutes les couleurs tandis qu’elle combat, armée d’un bâton magique transformable en arc et vêtue dans un style magical girl, un monstre géant. Après cela, on comprend aisément la fascination d’Akko !

Le pouvoir des trois (et plus si affinité)

La force de Little Witch Academia réside dans sa capacité à s’approprier les codes de différents univers et de les conjuguer adroitement, tout en ajoutant quelques idées originales. D’abord, vous retrouverez des codes propres aux teen movies, où l’héroïne et ses amies sont stigmatisées et on pour ennemie une reine des abeilles parfaite et ses lieutenants. Le trio principal répond également aux codes de l’anime en reprenant certains archétypes : l’héroïne pleine d’énergie qui oublie de réfléchir, l’amie un peu effrayante qui a des passions bizarres et l’amie à la personnalité calme et extrêmement discrète qui tempère le tout.

Enfin, on retrouve les codes des univers magiques avec chapeaux pointus, baguettes, épreuves de sorcellerie, et créatures maléfiques de plus en plus puissantes, jusqu’au « boss » final. MAIS : les enseignantes travaillent avec des tableaux qui sont un mélange entre tablette numérique géante et parchemin enflammé et les démons se font dissoudre à l’acide ou explosent en feux d’artifices. Un régal.


Un mélange des genres réussi, bien animé, drôle et prenant ! Si vous avez 30 minutes devant vous, n’hésitez pas plus longtemps et penchez vous sur Little Witch Academia. D’ailleurs, le moyen métrage a eu un tél succès qu’un second opus nommé Little Witch Academia : The Enchanted Parade, qui a été produit via kickstarter, sortira le mois prochain au Japon. Suite au prochain épisode donc !



Dernières publications

  • Critique – Maurice le chat fabuleux

    Critique – Maurice le chat fabuleux

    Si les adaptations de livres en films sont légion, peu d’entre elles savent réellement tordre le matériau de départ pour en faire une œuvre satisfaisante. Si l’on circonscrit cet état de fait aux adaptations des livres de Terry Pratchett, l’on approche du néant malgré quelques belles tentatives, comme Good Omen. Ce n’est pourtant pas ce […]

  • Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Le 11 janvier 2023 au CGR de Blagnac, TAT Productions et Apollo Films ont présenté en avant-première toulousaine leur dernier long-métrage : Pattie et la colère de Poséidon, réalisé par David Alaux et produit par les frères Tosti. Le film sort en salles le 25 janvier et cible les familles désireuses d’aventures ! Des familles […]

  • Critique – Le secret des Perlims

    Critique – Le secret des Perlims

    Passé par le festival du film d’animation d’Annecy, Le secret des Perlims, deuxième long métrage d’Alê Abreu, est en salles depuis le 18 janvier via Ufo distribution : Claé et Bruô sont deux agents secrets de royaumes rivaux, ceux du Soleil et de la Lune, qui se partagent la Forêt Magique. Lorsque les Géants menacent […]