Trois questions à… Andreas Hykade, réalisateur de « Altötting »

Trois questions à… Andreas Hykade, réalisateur de « Altötting »

Après le remarqué Love and Theft, Andreas Hykade est présent dans la sélection officielle des court-métrage du festival d’Annecy avec Altötting, une co-production de l’ONF (aussi en course avec les courts Jean-François Lévesque et Theodore Ushev) Studio Film Bilder Gmbh et Ciclope Filmes :

Vous savez, quand j’étais enfant, je suis tombé amoureux de la Vierge Marie. C’est arrivé dans une petite ville bavaroise nommée Altötting.

Dans ce court, on suit l’enfance et le chemin personnel du réalisateur dans un environnement catholique à Altötting (un centre de pèlerinage marial depuis le IXᵉ siècle). Le tout dans une esthétique jouant du contraste entre noir et blanc avant que le ton ne change radicalement à l’arrivée de la Vierge Marie, baignée par une touche graphique dorée apportée par Regina Pessoa. Je suis sorti de ce court sans trop savoir comment me positionner vis-à-vis de son propos, peut-être ai-je perdu ma connexion avec la religion depuis trop longtemps pour y être sensible ?

Même si ce court m’a laissé à distance, il était opportun de poser trois questions à Andreas Hykade à l’occasion de ce festival d’Annecy. Le moins que l’on puisse dire c’est que ses réponses sont aussi brèves que son esthétique épurée.

Dans votre court-métrage Love and Theft, il existe un lien très fort entre les formes et les objets du désirs que sont les symboles du mondes de l’animation. Quelle démarche vous a poussé vers la thématique religieuse ?

Je ne pense pas avoir reproduit cette méthode. « Love & theft » est un film abstrait sur l’inspiration et l’expression. « Altötting » est une histoire d’amour personnelle sur la religion. Les deux films sont deux affaires totalement différentes.

La Vierge Marie est sortie de son aspect traditionnel pour aller vers le désir et la sensualité. Avez-vous eu l’impression de briser un tabou en l’approchant de cette manière ?

Non, je ne pense pas avoir brisé un tabou. En fait, je pense que « Altötting » est un film assez conservateur, du moins le film final l’est. Il y a eu quelques premières versions avec des éléments pornographiques, mais je les ai laissées tomber pour ne pas éclipser l’essence du film.

La création de ce court-métrage vous a-t-il permis d’avancer dans votre rapport à votre foi ou était-ce un moyen de faire un bilan avec vous même ?

Le film montre mon cheminement personnel d’une personne religieuse dévouée à une personne laïque. Je ne veux absolument pas aller de l’avant dans mon rapport à ma foi ». Je pense que le terme « foi », lorsqu’il est utilisé dans un contexte religieux, n’est qu’un terme de propagande.



Dernières publications

  • Critique – Buzz l’éclair

    Critique – Buzz l’éclair

    Qui aurait pu dire en 1995 que l’un des personnages phares du premier long-métrage de Pixar, l’inventif et inégalé Toy Story, deviendrait le héros d’un film de science-fiction aussi peu inspiré que ce vingt-sixième film du studio ? Voici donc le spin-off Buzz l’éclair, réalisé par Angus MacLane, sortant en salles cette semaine, un privilège […]

  • WIP – A propos de « Garden of Remembrance » avec Naoko Yamada

    WIP – A propos de « Garden of Remembrance » avec Naoko Yamada

    Après sa très belle série The Heike Story, Naoko Yamada, accompagnée en distanciel par sa productrice Eunyoung Choi, a présenté Garden of Remembrance, son prochain court métrage, dans la salle Pierre Lamy lors d’un Work in Progress du Festival du film d’animation d’Annecy. Une chambre en désordre. Des canettes de bière vides, des cadavres de […]

  • Regardez le court-métrage Overwatch 2 « The Wastelander » !

    Regardez le court-métrage Overwatch 2 « The Wastelander » !

    Avec l’arrivée à l’automne de Overwatch 2 et la prochaine période de bêta-test projetée au 28 juin, Blizzard nous présente via un nouveau court-métrage l’un des nouveaux personnages du jeu : Odessa ‘Dez’ Stone, la Reine des Junkers. Le court-métrage explore le passé de l’héroïne et son accession au trône du Laminoir, après un ban […]