Critique – Mimi & Lisa : les lumières de Noël


Deux ans après l’anthologie Mimi & Lisa déjà distribuée par Cinéma Public Films, les deux héroïnes éponymes reviennent avec quatre nouvelles aventures autour de la perception du monde de Mimi, jeune fille aveugle, au travers du développement de ses autres sens.

Timide et non-voyante, Mimi perçoit le monde différemment grâce à ses autres sens. Lisa, sa voisine délurée, est toujours prête à provoquer des situations amusantes.

Pour les néophytes de l’univers de Mimi & Lisa, Cinéma Public Films a pensé à vous en réintroduisant l’amitié et la relation entre les fillettes avec les épisodes La Grande Course et Le Gâteau à la vanille. Le premier nous montre leur capacité à trouver une solution solidaire et satisfaisante pour les deux amies dans leur envie de partager une course en trottinette, tandis que le second travaille sur le développement de l’odorat de Mimi dans la conception d’un gâteau fort appétissant. Ces épisodes sont un bon moyen de se (re)plonger dans leur quotidien finement dépeint dans une technique qui émule un effet en papier découpé intelligent et ludique. Les deux épisodes suivants sont centrés sur la thématique de Noël avec Le Pays des cadeaux et Les Lumières de Noël. On entre d’abord dans l’intimité des deux familles avec un moment de partage autour d’un sapin et des discussions sur les futurs cadeaux. Nos héroïnes vont rencontrer une bande de jouets en pleine révolte et se font prendre à partie par ces derniers. Déçus et vexés de ne pas être le centre d’attention de la soirée, les jouets devront être convaincus par les jeunes filles. Rassurez-vous, le réveillon sera porté par beaucoup de chaleur et un dénouement intéressant pour la jeune Mimi.

Le dernier épisode, Les Lumières de Noël, revêt un aspect particulier par son histoire plus longue rassemblant tous les habitants de l’immeuble de Mimi et Lisa. Alors que les deux jeunes filles veulent installer une guirlande électrique sur le sapin du hall de l’immeuble survient une panne, elles vont devoir enquêter et se plonger dans le passé des habitants pour connaître la cause de cette embûche qui se reproduit à chaque Noël. On remarque que la technique de papier découpé est poussée à un niveau supérieur avec l’élaboration d’une esthétique steampunk pour la machine en forme d’ampoule servant à voyager dans le temps. Cette précision des décors est accompagnée par une utilisation onirique des lumières dans le quartier et on se laisse volontiers porter par ces belles ambiances dont la morale finale est tout à fait dans le ton. Mimi & Lisa : les lumières de Noël est la transition positive et onirique adéquate pour vous emmener, vous et vos enfants, vers un mois de décembre riche en préparation des fêtes de fin d’année. Cette compilation vous apportera de belles histoires d’amitié et de partage portées par une technique d’animation en faux papier découpé lumineuse et chaleureuse. Fortement conseillée pour ponctuer vos ballades dans les différents marché de Noël !


A lire dans le même genre

Dernières publications

  • Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    On l’attendait d’une impatience mêlée d’inquiétude, et voici donc les premières informations et une bande-annonce pour l’adaptation animée de L’Atelier des sorciers, l’un des meilleurs manga actuels, dévoilés durant un panel de l’Anime Expo. Coco, une jeune fille qui n’est pas née sorcière mais qui est passionnée par la magie depuis son enfance et travaillant…

  • Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Après un passage à la Quinzaine de Cannes et au festival d’Annecy, Anzu, chat-fantôme, réalisé par Yoko Kuno et Nobuhiro Yamashita, se dévoile dans une nouvelle bande annonce : Karin, 11 ans, est abandonnée par son père chez son grand-père, le moine d’une petite ville de la province japonaise. Celui-ci demande à Anzu, son chat-fantôme…

  • Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Après Coraline, la malchance autour du projet The Shadow King et un retour en bonne et due forme avec Wendell et Wild, le réalisateur Henry Selick a annoncé hier au Festival International du Film d’animation d’Annecy, en marge du panel talent auquel il participait, qu’il aimerait beaucoup adapter le roman de Neil Gaiman en long…