Critique – After School Midnighters

Les films de japanime en 3D ne courant pas les rues, After School Midnighters a dès sa sélection attisé ma curiosité, et la révélation qu’il soit en plus un film musical en a rajouté une couche au niveau des attentes !

Une légende raconte qu’à la nuit tombée, une prestigieuse école de Tokyo devient le royaume de fantômes et autres créatures invraisemblables, les « Midnighters ». Lors d’une journée portes ouvertes, trois petites chipies qui n’ont peur de rien pénètrent dans l’ancienne salle des sciences condamnée pour travaux et y rencontrent Monsieur Kunstlijk, l’écorché d’anatomie de l’école, et son ami Goth le squelette. Pas effrayées pour deux sous, elles vont relooker M. Kunstlijk façon Picasso pendant son « sommeil ». Après avoir vu le résultat le soir même, l’écorché les invite à l’école pour leur faire passer une nuit de terreur et envoie trois lapins frappadingues armés jusqu’aux dents pour les ramener! Et voilà les trois gamines entraînées dans une série d’aventures improbables, mais la bataille ne fait que commencer et n’est pas le plus monstrueux celui que l’on croit…

L’histoire mêle à la fois quête, délires fantastiques et humour. L’univers de l’école est très coloré, ce qui tire la tonalité fantastique vers le burlesque. Mako, Mi et Mu ont des caractères bien trempés qui résistent à toutes les tentatives d’intimidation de la part de Mr Naked et de son allié Goth le squelette.

La galerie de personnages développée à l’intérieur de l’école est totalement délirante, notamment le gang de lapins écorchés qui font régner leur loi. Les autres personnages font référence au bestiaire fantastique de la Hammer, le monstre de la piscine fait par exemple penser à la créature du Lac Noir. Le langage corporel des personnages masculins se traduit par des gestes maniérés et snobs très drôles lorsqu’ils se trouvent vexés face aux remarques des trois petites pestes.

Mr Naked, quant à lui, représente le méchant qui subit plus la situation qu’il ne la gère. Il devient de plus en plus cyclothymique et névrosé au fur et à mesure qu’il observe les gamines sortir victorieuses de ses pièges et cette situation le rend attachant.

L’action s’enchaîne rapidement, on n’a pas le temps de s’ennuyer et la gestion de l’espace est parfaitement gérée. En effet, à aucun moment on ne perd le fil malgré la multiplicité des personnages et des enjeux qui se succèdent. After School Midnighter est accrocheur et marquant.

Je le recommande pour passer un bon moment car on se laisse facilement embarquer par cet univers coloré et fun.



Dernières publications

  • Moonlight : création d’un label d’animation adulte chez Illumination

    Moonlight : création d’un label d’animation adulte chez Illumination

    Mike Moon, vétéran de Netflix, Sony et Disney, lance son propre label d’animation pour adultes chez Illumination Entertainment. Moon sera le président de la nouvelle division, intitulée Moonlight, et servira de conseiller créatif pour le studio qui a créé la franchise Moi, Moche et Méchant. Moon, qui a quitté Netflix en juillet où il était […]

  • Première bande-annonce pour « Gudetama : Une aventure œuforique »

    Première bande-annonce pour « Gudetama : Une aventure œuforique »

    Après deux saisons pour la mascotte Rilakkuma et cinq pour Aggretsuko, voici venir la série Gudetama, dont la première bande-annonce a été dévoilée à l’occasion de l’événement Netflix Tudum. Un road-movie tranquille et empreint d’empathie sur la découverte de soi et de ses origines, parfait pour chiller ! Résigné à l’idée de finir dans une […]

  • Découvrez le clip « Star Walkin' », hymne du Mondial League of Legends

    Découvrez le clip « Star Walkin’ », hymne du Mondial League of Legends

    Comme chaque année, Riot Games dévoile un de leurs clips animés à l’occasion du championnat du monde e-sport de League of Legends. Place donc à Star Walkin’ ! Différents studios se sont auparavant attelés à la création de clips pour le géant du jeu vidéo, depuis Fortiche (désormais occupé par Arcane et d’autres projets pour […]