Critique – We Bare Bears, le film


On vous l’avait annoncé il y a quelques temps, le long-métrage tiré de l’excellente série We Bare Bears arrive ce mercredi sur Cartoon Network France pour clôturer les aventures douces et touchantes des héros créés par Daniel Chong.

Après avoir fait une bêtise de trop, les trois ours sont rejetés par leurs concitoyens et Trout, un agent de police zélé, veut les enfermer dans une réserve d’animaux. Ils réussissent à prendre la fuite mais Trout les poursuit, et le chemin est semé d’embûches avant d’arriver au Canada, le pays où ils pensent trouver refuge.

La création de longs-métrages dérivés de séries animées maison est loin d’être un phénomène isolé pour Cartoon Network, et ce depuis l’échec complètement immérité du film des Super-nanas au cinéma en 2002. ce qui a changé depuis, c’est que ce type de format est proposé directement en vidéo après une diffusion sur les chaines linéaires, et un mode de production monté en parallèle de celui de la série, ce qui donne assez souvent la fâcheuse impression de regarder un agrégat d’épisodes, ce qui était hélas arrivé pour Regular Show. We Bare Bears, le film est-il touché par le même problème ?

We Bare Bears, le film
Le prix pour être le premier à goûter de la Poutine à emporter sera élevé

Après un énième catastrophe qu’ils ont provoqué les trois ours se retrouvent obligé de fuir San Francisco, traqués par l’agent Trout, véritable cinglé dont l’autorité est facilité par la perte momentanée de nos héros, qui ont perdu le soutien public malgré tout le bien qu’ils ont fait autour d’eux. Grizz, leader naturel du trio, traverse également une crise de confiance intérieure comme extérieure, lui à qui ses deux cadets ont toujours laissé la prise de décision… quand bien même fussent-elles les pires !

La fuite vers le Canada permet au film de véritablement prendre son envol après vingt premières minutes plus traditionnelles faisant nombre de clins d’œil. Ce  road-trip écrit par Kris Mukai et Mikey Heller permet aux frères de se retrouver un moment tout en célébrant un genre au moins aussi emblématique des USA que de posséder des monuments tout à fait farfelus, avant de changer de cap et de faire échouer le trio dans une rave party constituée d’animaux influenceurs, l’occasion d’aborder la chasse à la célébrité et les défauts rémanents de Panda, celui qui semble le plus affecté par ce départ précipité de leur vie d’avant.

Le troisième acte brise le cœur et cristallise Trout en méchant, et c’est une chance d’avoir vu ce film après le résultat des élections américaines tant les évocations thématiques et visuelles éclatent au grand jour, apportant à cette dernière aventure un sens de l’à propos qui a toujours été un élément important tout au long de la série.

We Bare Bears, le film
Grizz tente le tout pour le tout pour passer un barrage routier

Esthétiquement, We Bare Bears, le film reste dans la lignée de la série : joliment animé en Corée du sud chez Rough Draft, il possède de beaux moments de bravoure, toutefois très discrets, comme la course qui ouvre l’histoire ou certaines séquences du dernier acte. Le tout reste emballé dans cette esthétique ronde et douce qui caractérise la série depuis ses débuts, et même les bébés ours font leur apparitions lors de moments plus personnels.

Les nouveaux personnages, dont la galerie d’animaux influenceurs, sont dans la même ligne esthétique et le character design de Trout, très anguleux, pourrait presque ressembler à une caricature de méchant faite par Panda dans ses périodes les plus weeaboo, ce qui ne le rend pas moins menaçant. Le reste de la direction artistique élargit le monde la série bien au-delà de San Francisco et fournit de beaux décors et des parodies tout à fait hilarantes de certains célèbres monuments des USA.

We Bare Bears, le film reste finalement le meilleur exemple d’un long-métrage réussi, et referme avec tendresse les quatre saisons passées avec ces trois ours, qui vont toutefois revenir dans une nouvelles série spin-off qui sur leur enfance, We Baby Bears, à l’esthétique bien différente et dont nous vous reparlerons dès que nous auront plus d’informations à son propos.



Dernières publications

  • Après Tad l’explorateur : « Sacrées Momies », en salles le 8 février

    Après Tad l’explorateur : « Sacrées Momies », en salles le 8 février

    Réalisé par Juan Jesús García Galocha, directeur artistique sur Tad l’explorateur : À la recherche de la Cité perdue et Tad et le secret du roi Midas, Sacrées Momies est produit par Jordi Gasull, également scénariste des aventures de deux épisodes de l’aventurier maladroit Tad l’explorateur, mais aussi d’Objectif Lune. Vous êtes-vous déjà demandé à […]

  • Critique – Maurice le chat fabuleux

    Critique – Maurice le chat fabuleux

    Si les adaptations de livres en films sont légion, peu d’entre elles savent réellement tordre le matériau de départ pour en faire une œuvre satisfaisante. Si l’on circonscrit cet état de fait aux adaptations des livres de Terry Pratchett, l’on approche du néant malgré quelques belles tentatives, comme Good Omen. Ce n’est pourtant pas ce […]

  • Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Le 11 janvier 2023 au CGR de Blagnac, TAT Productions et Apollo Films ont présenté en avant-première toulousaine leur dernier long-métrage : Pattie et la colère de Poséidon, réalisé par David Alaux et produit par les frères Tosti. Le film sort en salles le 25 janvier et cible les familles désireuses d’aventures ! Des familles […]