J’espère que vous avez un bon cardio parce que les dinosaures de Jurassic Park et Jurassic World ont fait des petits ! DreamWorks Animation travaille en effet sur Jurassic World : Camp Cretaceous, une série animée mêlant action et aventure attendue sur Netflix en 2020. Découvrez le premier trailer et quelques détails de l’intrigue dans notre article ! Accessoires nécessaires à l’ambiance : gelée verte, talons hauts, fusée de détresse et, pour qui peut se l’offrir, Chris Pratt.

Aux rênes de Jurassic World : Camp Cretaceous on trouve Scott Kreamer (Pinky Malinky) et Lane Lueras (Kung Fu Panda : The Paws of Destiny), à la fois showrunners et producteurs exécutifs. La série est également produite par Steven Spielberg (so surprising), Frank Marshall et Colin Trevorrow. Zack Stentz (Thor, Rim of the world) fait office de producteur consultant, et a écrit certains épisodes

Jurassic World : Camp Cretaceous suit un groupe de six adolescents choisis pour vivre une expérience unique dans un nouveau camp d’aventures situé de l’autre côté d’Isla Nublar. Mais lorsque les dinosaures sèment le chaos sur l’île, les campeurs se retrouvent bloqués. Incapables de contacter le monde extérieur, ils devront passer d’étrangers à amis, puis d’amis à famille, pour survivre.

Camp Cretaceous, les derniers dinosaures

La série se déroule donc pendant, et après, les événements du premier film Jurassic World sorti en 2015. Avec des héros adolescents on peut espérer que Jurassic World : Camp Cretaceous penche davantage du côté des adultes, ou jeunes adultes, que du traditionnel public des garçon de 8-12 ans associés aux projets estampillés animation+action/aventure. Il y a d’ailleurs – au moins – deux demoiselles dans le groupe, et ça fait plaisir.

Reste à voir si elles auront un vrai rôle ou ne serviront que de prétextes à péripéties et quotas publicitaires. Oui je suis défaitiste. Mais en même temps… le rôle féminin lead du film était moyennement cool, débutant sur le cliché de la femme accomplie mais froide pour finir en tante prête à tout risquer par amour pour ses neveux MAIS jamais sans ses talons hauts. Comme quoi le ridicule ne tue pas, même pas de mort par T-Rex.

Comme ça, avec ces quelques lignes d’intrigue, je m’imagine un survival adolescent aux accents de Dinotopia – pour le côté coexistence avec les dinosaures et apprivoisement des herbivores. Chacun sait qu’un diplodocus avec une bonne nacelle est un excellent moyen de transport, ou de cueillette des fruits. En parallèle, je vois déjà des scènes de course-poursuite et d’attaques de carnivores féroces dans la jungle, avec effet de caméra tremblante comme dans un film d’horreur.

J’en tremble d’avance, et vous aussi peut-être, quand vous aurez vu le trailer ci-dessous. Au programme ? Un vélociraptor qui traque sa proie… DreamWorks Animation TV et Netflix ont choisi de garder un rendu réaliste pour les dinosaures et leur environnement, plaçant Jurassic World : Camp Cretaceous dans la lignée graphique des films. Les personnages, eux, ont seulement été dévoilés de dos, dans une superbe illustration. Difficile de savoir s’ils seront aussi humains que nous, ou plus cartoonesques, dans la série. Quelle serait votre préférence ?

Jurassic VS Crétacée, Ross Geller s’arrache les cheveux

Je tenais juste à faire une petite note pour dire que, quand même, “Jurassic World : Camp Cretaceous” c’est un peu con comme titre. Le jurassique et le crétacée, c’est pas vraiment la même période… Ah si, ok. Le premier précède le second, et la transition se fait à environ -145 millions d’années. On va pas être chiches, disons que le nom de la série rend hommage à cette année charnière pour la planète Terre. Voilà, next.

Netflix, DreamWorks Animation, qui fait quoi ?

Netflix et DreamWorks Animation TV n’en sont pas à leur première collaboration : on a notamment adoré Voltron et She-Ra, la princesse du pouvoir. Avec l’acquisition du studio d’animation par NBC Universal, c’est tout un nouveau catalogue qui s’offre à eux pour poursuivre leurs relations fructueuses, qui a commencé avec l’annonce d’une série fast & Furious. D’ailleurs je suggère au passage, juste comme ça, dans le domaine série animation pour ados et plus qui frôle avec l’horreur… d’adapter La Momie. La Madame Irma en moi y voit beaucoup de potentiel. De rien pour l’idée, Internet !

Je suis de plus en plus impressionnée par Netflix et leur catalogue d’animation. Entre les classiques Totally Spies (on ne s’en lasse jamais), la japanime par dizaines (oui j’ai bingewatché Sawako comme la moitié de Twitter), et les originaux (The Dragon Prince et l’accent écossais de Rayla <3), c’est la fête tous les jours. Une teuf royale même, quand on connaît leurs projets d’animation pour les deux ans à venir !

Jurassic World : Camp Cretaceous
Premier aperçu des portes du parc Jurassic World : Camp Cretaceous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *