Si la Comic Con de Paris fait la part belle aux super-héros américains, cette seconde édition a également accueilli des justiciers français avec un panel dédié à la série Miraculous : Les aventures de Ladybug et Chat Noir. Nous avons donc pu assister à la projection d’un double épisode inédit sur les origines des deux héros et à une séance de questions-réponses avec le réalisateur Thomas Astruc, le storyboarder Morade Rahni et le directeur d’écriture de la série, Sébastien Thibaudeau.

Deux épisodes inédits, Miraculous : Les origines

Miraculous : Les origines raconte comment Marinette et Adrien ont respectivement obtenu leurs kwamis, et leurs pouvoirs. S’ils marquent le début chronologique des aventures de Ladybug et Chat Noir, il s’agit pourtant des derniers épisodes de la saison 1, signalés comme encore inédits en France alors qu’ils sont passés sur TF1 au moins deux fois ces derniers mois (mais encore fallait-il les attraper lors de leurs diffusions !). Thomas Astruc conseille d’ailleurs de regarder l’ensemble de la saison avant de lancer ces deux épisodes. C’est vrai que ça doit être sympathique de découvrir la première rencontre d’Adrien et Marinette, leurs premiers combats, une fois que l’on est bien attachés aux personnages.

D’ailleurs, la salle était pleine de jeunes gens fans de la série (une seule personne a avoué n’avoir jamais vu d’épisodes !), certains venus spécialement pour l’occasion déguisés en Ladybug ou Chat Noir. Un public déjà conquis, qui a découvert avec joie Miraculous : Les origines. De mon côté, j’y ai vu deux épisodes classiques et plutôt efficaces où se mettent en place un univers et une mythologie. Et toujours ce générique qui sait s’installer dans nos caboches !

Quelques anecdotes sur la série Miraculous

Sébastien Thibaudeau, directeur d’écriture, a partagé avec nous leur processus d’écriture sur la série : ils travaillent par séances de deux jours, les jeudi et vendredi, à 3 ou 4 scénaristes, pour développer l’histoire d’un épisode. Il a précisé qu’ils savent où ils vont, et que parallèlement à l’action des différents épisodes, l’histoire avance subtilement, mais sûrement. L’une de ces avancées majeures sera l’apparition de nouveaux kwamis, héros et vilains, pour une montée en puissance dans la saison deux !

Le réalisateur Thomas Astruc est ensuite revenu sur la genèse de la série, et sa première inspiration pour le personnage de Marinette. Il s’agissait d’une de ses collègues, qui portait un t-shirt avec une coccinelle semblable à celle du logo de Ladybug et des couettes à l’image du personnage, et avec qui il échangeait des doodles sur post-it. Jusqu’au jour où il l’a dessinée en super-héroïne et a eu le déclic, il a ensuite construit un univers autour de cette héroïne au costume de coccinelle.

Storyboard de Morade Rahni pour l’épisode The Gamer de Miraculous : Les aventures de Ladybug et Chat Noir

Nous avons également écouté Morade Rahni, storyboarder sur la série et notamment de l’épisode 15 intitulé The Gamer, nous parler de son métier. Miraculous : Les aventures de Ladybug et Chat Noir est sa première expérience dans le domaine, qu’il doit à “l’exigeant” Thomas Astruc, comme il le décrit. Il a expliqué qu’un storyboarder récupère les scripts et les traduit en vignettes, qui représentent l’essentiel des éléments de la scène et servent de prédécoupage aux épisodes.

Un public plein de questions

La salle était pleine de mains levées, et les trois hommes se sont volontiers prêtés au jeu des questions réponses. Attention si vous ne voulez rien savoir sur la saison 2, les réponses pouvant dévoiler le futur de personnages et des éléments d’intrigue.

Thomas Astruc nous a confirmé ce qui avait déjà été annoncé à la New York Comic Con, c’est à dire l’arrivée de nouveaux méchants dans les seconds rôles et la découverte de nouveaux miraculous / kwamis. Le panel new yorkais dévoilait en effet les vilains Style Queen et The collector, et les miraculous/kwamis abeille et renard, avec respectivement Chloé et Alya en costume du super-héroïnes. J’ai aussi lu que Nino hériterait du miraculous de la tortue, et que celui du paon serait en possession de la mère d’Adrien, mais ce ne sont que des rumeurs non confirmées pour le moment.

Il a également expliqué comment il est arrivé à la conception du personnage de Chat Noir, après s’être inspiré d’une collègue pour Ladybug. Il s’agit tout simplement d’un choix logique : Ladybug est une héroïne qui a le pouvoir de chance, souvent associé à la coccinelle, il lui fallait donc un acolyte qui contre-balance cela avec un pouvoir de malchance, lui-même associé au chat noir dans la culture populaire.

Face à une question sur le rôle en retrait que tient Chat Noir par rapport à Ladybug, le réalisateur a précisé qu’il s’agissait d’une question de perception. Pour lui, Chat Noir est tout aussi important, notamment parce qu’il peut faire des choses qu’elle ne peut pas, comme se sacrifier pour elle si elle devait être menacée d’akumatisation. Une piste sur les intrigues à venir ?

Si vous ne le saviez pas, une série de mini épisodes conçus pour le web est en préparation. Elle sera animée en 2D et devrait être disponible gratuitement et librement dans les mois qui viennent. Quant à la saison deux… les personnes présentes n’ont pas voulu s’avancer, la diffusion dépendant de la grille des programmes de TF1 et non d’eux. Pourtant, le producteur Jeremy Zag avait annoncé mai 2017 via son Instagram il y a quelques semaines… Pour les États-Unis ?

Il faudra donc encore un peu de patience pour les Miraculers !

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *