Critique – Budori, l’étrange voyage

Moitié récit de vie, moitié aventure fantastique, Budori, l’étrange voyage suit les pérégrinations de Gusuko Budori, jeune homme qui perd sa famille durant un hiver particulièrement rigoureux et naviguant en parallèle dans un monde fantasmé où sa sœur aurait été kidnappé par un sinistre personnage.

Suite à une succession d’étranges phénomènes naturels, Budori le chat doit quitter sa forêt pour retrouver Neri, sa petite sœur mystérieusement disparue.

L’enchaînement des séquences, entre rêve et réalité, créé un décalage très appuyé qui fait se poser la question de ce que vit Gusuko. Cache-t-il son traumatisme de la mort de sa famille derrière ce personnage qui a kidnappé sa sœur, ou bien ce monde onirique et mystique est-il plus tangible, plus valide que sa perception de la réalité ?

La question ne trouve aucune réponse, laissant le spectateur décider de la finalité de la vie et des actes de Gusuko. Le mystère se dilue peu à peu dans le quotidien steampunk de cette réalité à l’esthétique très léchée, qui s’oppose à celle, très stylisée, du monde onirique.

La forme pose donc un certain nombre de questions sur les thématiques qui habitent le film. Le rythme, très lent, suit Budori dans l’évolution de sa vie. Il trouve un travail qui le relie intimement à son drame personnel, la mort étant reliée à la magie et à un symbolisme taoïste très appuyé.

Cet étrange voyage se perd donc quelque peu, se dilue entre ses deux univers et rend un peu difficile l’empathie pour son personnage principal. Malgré le mystère de la disparition de sa sœur, l’enjeu métaphorique finit par se diluer au cours des séquences. Ce qui est d’autant plus dommageable étant donné la technique impeccable dont le film fait preuve, de la qualité de l’animation traditionnelle à l’intégration des images de synthèse, le film est irréprochable.

En définitif, Budori, l’étrange voyage est un film à voir plus pour son esthétique que son histoire, aux tenants et aboutissants un peu trop faibles pour supporter la durée du métrage.



Dernières publications

  • Moonlight : création d’un label d’animation adulte chez Illumination

    Moonlight : création d’un label d’animation adulte chez Illumination

    Mike Moon, vétéran de Netflix, Sony et Disney, lance son propre label d’animation pour adultes chez Illumination Entertainment. Moon sera le président de la nouvelle division, intitulée Moonlight, et servira de conseiller créatif pour le studio qui a créé la franchise Moi, Moche et Méchant. Moon, qui a quitté Netflix en juillet où il était […]

  • Première bande-annonce pour « Gudetama : Une aventure œuforique »

    Première bande-annonce pour « Gudetama : Une aventure œuforique »

    Après deux saisons pour la mascotte Rilakkuma et cinq pour Aggretsuko, voici venir la série Gudetama, dont la première bande-annonce a été dévoilée à l’occasion de l’événement Netflix Tudum. Un road-movie tranquille et empreint d’empathie sur la découverte de soi et de ses origines, parfait pour chiller ! Résigné à l’idée de finir dans une […]

  • Découvrez le clip « Star Walkin' », hymne du Mondial League of Legends

    Découvrez le clip « Star Walkin’ », hymne du Mondial League of Legends

    Comme chaque année, Riot Games dévoile un de leurs clips animés à l’occasion du championnat du monde e-sport de League of Legends. Place donc à Star Walkin’ ! Différents studios se sont auparavant attelés à la création de clips pour le géant du jeu vidéo, depuis Fortiche (désormais occupé par Arcane et d’autres projets pour […]