Critique – Budori, l’étrange voyage


Moitié récit de vie, moitié aventure fantastique, Budori, l’étrange voyage suit les pérégrinations de Gusuko Budori, jeune homme qui perd sa famille durant un hiver particulièrement rigoureux et naviguant en parallèle dans un monde fantasmé où sa sœur aurait été kidnappé par un sinistre personnage.

Suite à une succession d’étranges phénomènes naturels, Budori le chat doit quitter sa forêt pour retrouver Neri, sa petite sœur mystérieusement disparue.

L’enchaînement des séquences, entre rêve et réalité, créé un décalage très appuyé qui fait se poser la question de ce que vit Gusuko. Cache-t-il son traumatisme de la mort de sa famille derrière ce personnage qui a kidnappé sa sœur, ou bien ce monde onirique et mystique est-il plus tangible, plus valide que sa perception de la réalité ?

La question ne trouve aucune réponse, laissant le spectateur décider de la finalité de la vie et des actes de Gusuko. Le mystère se dilue peu à peu dans le quotidien steampunk de cette réalité à l’esthétique très léchée, qui s’oppose à celle, très stylisée, du monde onirique.

La forme pose donc un certain nombre de questions sur les thématiques qui habitent le film. Le rythme, très lent, suit Budori dans l’évolution de sa vie. Il trouve un travail qui le relie intimement à son drame personnel, la mort étant reliée à la magie et à un symbolisme taoïste très appuyé.

Cet étrange voyage se perd donc quelque peu, se dilue entre ses deux univers et rend un peu difficile l’empathie pour son personnage principal. Malgré le mystère de la disparition de sa sœur, l’enjeu métaphorique finit par se diluer au cours des séquences. Ce qui est d’autant plus dommageable étant donné la technique impeccable dont le film fait preuve, de la qualité de l’animation traditionnelle à l’intégration des images de synthèse, le film est irréprochable.

En définitif, Budori, l’étrange voyage est un film à voir plus pour son esthétique que son histoire, aux tenants et aboutissants un peu trop faibles pour supporter la durée du métrage.



Dernières publications

  • Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Le 11 janvier 2023 au CGR de Blagnac, TAT Productions et Apollo Films ont présenté en avant-première toulousaine leur dernier long-métrage : Pattie et la colère de Poséidon, réalisé par David Alaux et produit par les frères Tosti. Le film sort en salles le 25 janvier et cible les familles désireuses d’aventures ! Des familles […]

  • Critique – Le secret des Perlims

    Critique – Le secret des Perlims

    Passé par le festival du film d’animation d’Annecy, Le secret des Perlims, deuxième long métrage d’Alê Abreu, est en salles depuis le 18 janvier via Ufo distribution : Claé et Bruô sont deux agents secrets de royaumes rivaux, ceux du Soleil et de la Lune, qui se partagent la Forêt Magique. Lorsque les Géants menacent […]

  • Critique – Gudetama : une aventure œuforique

    Critique – Gudetama : une aventure œuforique

    Depuis le 13 décembre, Gudetama : une aventure œuforique, showrunnée par Motonori Sakakibara, est disponible sur Netflix : L’œuf paresseux Gudetama se lance malgré lui dans une aventure incroyable au côté de Shakipiyo, un jeune poussin bien décidé à retrouver leur mère. Il s’agit de la seconde fois que Netflix s’implique dans l’adaptation de mascottes […]