Ce film est la synthèse d’une trilogie de court-métrages composée d’Everything will be ok et I am very proud of you et du court-métrage éponyme. On y suivait déjà les aventures intérieures de Bill face à un quotidien qui l’est sans doute un peu trop pour lui.

Bill lutte pour garder entière sa psyché brisée.

Les différents métrages sont à l’origine l’adaptation d’un webcomic, Temporary Anesthetics et ici les aventures de Bill sont illustrées par une animation sommaire en bâtons pour les personnages et les décors. Les extraits vidéos sont une représentation de ses souvenirs et une projection de ses délires intérieurs.

Les images sont bercées par la voix de Don Herzfeld, réalisateur et interprète vocal de Bill. La narration se retrouve parfois teintée d’humour noir. Attisée par la curiosité, j’ai assisté à cette séance et me suis retrouvée face à un objet filmique pour le moins éclectique. Il m’a fallu un bon quart d’heure pour m’imprégner de l’ambiance du métrage et pour me rendre compte que le public qui m’accompagnait avait déjà fait connaissance sur internet avec le personnage et son univers.

C’est une expérience particulière, comme assister à un barbecue auquel on n’est pas invité. J’ai néanmoins pu apprécier le film sur certains aspects. J’ai trouvé les incrustations de vidéos colorées représentant la folie grandissante de Bill intéressantes et captivantes, le travail fait autour de l’introspection est surprenant. On y retrouve même du théâtre d’objet, ce qui contraste avec l’animation des personnages et apporte de la profondeur au discours du héros.

Cependant, à certains moments, je me suis sentie perdue face à des images proches de l’abstraction, surtout lorsque Bill fait certaines blagues
que je ne saisissais pas. Elles devaient faire références aux précédents court-métrages évoqués au début de cette critique.

A mon avis, ce film est à appréhender et à vivre comme une expérience. Pour les plus curieux, je vous incite à voir Everything will be OK et I am very proud of you pour mieux apprécier la vision du long métrage, qui les reprend dans un nouveau montage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *