L’histoire de Tante Hilda ! concentre principalement des enjeux environnementaux liés au grand capital. Ces derniers se tiennent et se développent tout au long du film à travers les interactions des personnages.

Tante Hilda, amoureuse de la nature, conserve dans son musée végétal des milliers de plantes du monde entier. Beaucoup sont en voie de disparition. Parallèlement, une nouvelle céréale, Attilem, mise au point par des industriels, se cultive avec si peu d’eau, sans engrais, et produit des rendements si prodigieux, qu’elle apparaît comme la solution miracle pour enrayer la faim dans le monde et prendre le relais du pétrole dont les réserves s’épuisent. Mais la catastrophe n’est pas loin…

Les enjeux ne sont pourtant jamais laissés de côté au profit de l’histoire personnelle des protagonistes. La lutte féroce entre les « OGN » et les fleurs met à mal leurs convictions. Les héros portés par la truculente Hilda, grande quadragénaire dynamique, évoluent en même temps que l’intrigue. Il est appréciable de les voir encaisser les aléas de la vie puis faire leur choix en fonction de leur expérience.

On distingue particulièrement les personnages féminins qui sont dotés d’une force de caractère jubilatoire, que ce soit Hilda ou la patronne de la Dolo. Elles tiennent la dragée haute à la gent masculine à l’inverse plus rêveuse, comme le scientifique russe amoureux transi d’Hilda.

Elles sont magistralement interprétées vocalement par Sabine Azéma et Josiane Balasko, deux fortes personnalités qui apprendront à se jauger au fil des événements. L’univers qui a été construit est quant à lui foisonnant de créations florales colorées pour le monde d’Hilda et à l’opposé inspiré du monde apicole pour les représentants de la Dolo.

Ces espaces ayant été conçus à l’aquarelle et à la main par les animateurs sous la houlette de Benoit Chieux, il fut facile de se laisser porter par ces couleurs et par la richesse si particulière d’une telle technique.

Je vous incite à voir ce film, il soulève à la fois des discussions sur le monde qui nous entoure tout en l’enrobant d’humour et d’une désinvolture bien agréable par ces temps où les dessins animés revendicatifs sont très sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *