Édito : Quand le couperet tombe.


Ce couperet, tous les créateurs de séries américaines, qu’elles soient animées ou non, le redoutent. Lorsque la fin de la saison arrive et que la question du renouvellement se pose, arrive avec elle la peur de l’annulation, quand bien même la série est suivie par un public.

Souvent, ce même public est jugé trop peu nombreux, pas assez élargi pour satisfaire les vendeurs d’écrans publicitaires qui font tourner les grandes chaines.

C’est ce qui est arrivé à l’excellente série Young Justice, qui, comme d’autres séries (Tron La Révolte ?) sont très mal vendues à destination des ados/jeunes adultes alors même que leur programmation est erratique (la case DC Nation fut très malmenée en raison de la programmation anniversaire de Cartoon Network). Si ces raisons sont parfois avancées dans le monde de la série d’animation, elles ne sont pourtant pas le principal moteur d’une annulation, car il en est une autre qui pèse bien plus lourd : la vente de jouet et de produits dérivés.

Car nul n’est censé ignorer que le monde de la série d’animation a d’abord été déployé non pas pour divertir les têtes blondes  mais pour leur faire acheter des jouets : GI Joe, Transformers et plus récemment The Clone Wars sont autant de véhicules pour leur vendre des palettes de figurines et de produits dérivés.

Et c’est en partie cette raison qui a valu que le couperet tombe sur la série animée 3D Green Lantern. Bruce Timm, son superviseur, a délivré l’information lors de l’Emerald City Comic-Con : la série ne reviendrait pas, ses ventes de produits dérivés ne décollant pas et le coût de production étant plutôt élevé, la décision fut prise.

Ce qui est encore plus choquant est que si les jouets de cette série ne se vendaient pas c’est parce que ceux-ci n’avaient aucune place sur les étagères de magasins de jouets. En effet, ces derniers, échaudés par l’échec que fut le blockbuster de Warner Brothers, se retrouvèrent très vite encombrés  de nombreuses figurines non désirées et décidèrent de faire barrage : plus de jouets Green Lantern, même si ceux-ci proviennent d’un autre média.

La très bonne série animée Green Lantern aura donc été la dernière victime des effets du calamiteux film éponyme sorti en 2010, alors même que la série possède une bonne assiette d’audience et que Cartoon Network voit s’échapper de sa grille la très populaire The Clone Wars chez Disney.

Ce n’est pas la première fois que la chaîne prend des décisions malheureuses, la dernière série de Genndy Tartakovsky avait également été annulée au milieu de sa première saison au motif que la série ne vendrait pas de produits dérivés, bien qu’aucune étude de marché n’ait été faite !

Le couperet est donc tombé pour deux très bonnes séries.

Adieu Young Justice !
Adieu Green Lantern !

Puisse vos carrières vidéo montrer aux décideurs combien ils ont eu tort.



Dernières publications

  • Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Le 11 janvier 2023 au CGR de Blagnac, TAT Productions et Apollo Films ont présenté en avant-première toulousaine leur dernier long-métrage : Pattie et la colère de Poséidon, réalisé par David Alaux et produit par les frères Tosti. Le film sort en salles le 25 janvier et cible les familles désireuses d’aventures ! Des familles […]

  • Critique – Le secret des Perlims

    Critique – Le secret des Perlims

    Passé par le festival du film d’animation d’Annecy, Le secret des Perlims, deuxième long métrage d’Alê Abreu, est en salles depuis le 18 janvier via Ufo distribution : Claé et Bruô sont deux agents secrets de royaumes rivaux, ceux du Soleil et de la Lune, qui se partagent la Forêt Magique. Lorsque les Géants menacent […]

  • Critique – Gudetama : une aventure œuforique

    Critique – Gudetama : une aventure œuforique

    Depuis le 13 décembre, Gudetama : une aventure œuforique, showrunnée par Motonori Sakakibara, est disponible sur Netflix : L’œuf paresseux Gudetama se lance malgré lui dans une aventure incroyable au côté de Shakipiyo, un jeune poussin bien décidé à retrouver leur mère. Il s’agit de la seconde fois que Netflix s’implique dans l’adaptation de mascottes […]