« Genesis Noir » : une expérience audio-visuelle de l’espace temps

« Genesis Noir » : une expérience audio-visuelle de l’espace temps

Aujourd’hui j’ai pu tester  la démo du jeu Genesis Noir, un point and click poétique aux allures de roman noir et à l’ambiance jazz d’une nuit new-yorkaise un peu gloomy grâce à Steam. La plate-forme a lancé depuis le 3 février jusqu’au 9 février 2021 un festival de jeux donnant un accès à des nouveautés de tout types via des démos, des diffusions en direct et même des discussions avec les développeurs ! Bref, l’occasion de tester et d’accéder à un catalogue de jeux ultra variés !

On doit cette création à Feral Cat Den, édité par Fellow Traveller, réputé pour ses choix esthétiques originaux. Mention spéciale à Skillbard, qui par leur travail musical, signe une identité indissociable dorénavant de ce jeu. Le scénario se revendique inspiré du roman d’Italo Calvino Cosmicomiques : Récits anciens et nouveaux dont la narration prend successivement place lors de congrès scientifiques cosmologiques où quelqu’un, du nom imprononçable de Qfwfq, intervient avec sa propre subjectivité du fait prouvé. L’idée est là, intervenir dans l’espace-temps cosmique. Ajoutez une subjectivité émotionnelle tangible : la musique, et vous obtenez un parcours scénarisé immersif et ludique.

Tout commence avec Le Big Bang et ses ondes collaboratrices : le fond diffus cosmologique. Fréquence après fréquence, vous trouvez et travaillez votre son pour avancer dans l’histoire de ce personnage No Man à la recherche d’un amour impossible. Le résumé décrit Genesis Noir comme « Une aventure noire à travers le temps et l’espace. Lorsqu’un triangle amoureux entre des êtres cosmiques se change en conflit amer, un dieu jaloux tire un coup de feu : le Big Bang. Plongez dans l’univers en expansion et trouvez un moyen de détruire la création et sauver votre amour. » C’est l’histoire d’un amour passionné qui conduit au drame, et ce drame irrévocable ne l’est peut-être pas si l’on passe par les chemins alternatifs… que ce soit dans le temps ou l’espace.

Dans ce début de jeu que l’on vous offre, vous traversez la ville, comme une nappe sonore indistincte et vous partez à la rencontre d’un univers musical qui dépend entièrement de votre interprétation. Les lignes blanches sur fond noir sont autant d’étoiles dans la nuit noire, et vos pas sont des blanches et des noires d’un clavier ludique.

Une immersion que je recommande avec casque sur les oreilles, et cœur grand ouvert sur le cosmos, à découvrir ici.



Dernières publications

  • Critique – Buzz l’éclair

    Critique – Buzz l’éclair

    Qui aurait pu dire en 1995 que l’un des personnages phares du premier long-métrage de Pixar, l’inventif et inégalé Toy Story, deviendrait le héros d’un film de science-fiction aussi peu inspiré que ce vingt-sixième film du studio ? Voici donc le spin-off Buzz l’éclair, réalisé par Angus MacLane, sortant en salles cette semaine, un privilège […]

  • WIP – A propos de « Garden of Remembrance » avec Naoko Yamada

    WIP – A propos de « Garden of Remembrance » avec Naoko Yamada

    Après sa très belle série The Heike Story, Naoko Yamada, accompagnée en distanciel par sa productrice Eunyoung Choi, a présenté Garden of Remembrance, son prochain court métrage, dans la salle Pierre Lamy lors d’un Work in Progress du Festival du film d’animation d’Annecy. Une chambre en désordre. Des canettes de bière vides, des cadavres de […]

  • Regardez le court-métrage Overwatch 2 « The Wastelander » !

    Regardez le court-métrage Overwatch 2 « The Wastelander » !

    Avec l’arrivée à l’automne de Overwatch 2 et la prochaine période de bêta-test projetée au 28 juin, Blizzard nous présente via un nouveau court-métrage l’un des nouveaux personnages du jeu : Odessa ‘Dez’ Stone, la Reine des Junkers. Le court-métrage explore le passé de l’héroïne et son accession au trône du Laminoir, après un ban […]