Hiromasa Yonebayashi est de retour avec un nouveau film, et un nouveau studio : il réalise Mary and the Witch’s Flower (Mary to Majo no Hana en VO) pour le studio Ponoc. Le film est prévu pour l’été 2017 au Japon et enthousiasme déjà les amoureux de Ghibli, qui y voient un phénix renaissant de ses cendres.

L’histoire suivra Mary, une jeune fille qui va devoir déménager dans l’Angleterre profonde, en campagne, là où vit sa grand-mère. Elle va se lier d’amitié avec un chat noir nommé Tib, qui va lui faire découvrir le monde secret et magique des sorcières.

Mary et la Fleur de la Sorcière

Après Arrietty le petit monde des chapardeurs (qui est dans mon top 3 personnel du studio Ghibli) et Souvenirs de Marnie, Hiromasa Yonebayashi plonge dans un univers de magie en adaptant un nouveau livre jeunesse. Celui de The Little Broomstick, écrit par Mary Stewart et publié en 1971, inédit en France. On y suit les aventures d’une petite fille qui découvre la magie et une école de sorcellerie où se déroulent d’horribles expériences sur les animaux. Elle décide de les libérer et s’enfuit sur son balais magique, mais sera poursuivie par la directrice de l’école et son collègue, deux personnages maléfiques…

C’est Riko Sakaguchi, scénariste sur Le Conte de la Princesse Kaguya, qui a la lourde tâche d’écrire le scénario de cette histoire avec fond de maltraitance sur les animaux. Nous retrouverons aussi Takatsugu Muramatsu, compositeur de Souvenirs de Marnie, une brochette d’animateurs venus de Ghibli, et le producteur Yoshiaki Nishimura qui a également collaboré avec le studio avant de fonder Ponoc. De là, on peut imaginer que Disney sera aussi de la partie, pour distribuer Mary and the Witch’s Flower à l’international, mais rien n’a été dit en ce sens pour le moment.

Studio Ponoc : Ghibli 2.0

Après l’annonce officielle, il y a deux ans, de la fermeture du département animation du studio Ghibli, le petit milieu du cinéma cherche la relève au sein de l’animation japonaise. Mamoru Hosoda, dont les long-métrages sont tous sortis en France, et Makoto Shinkai, dont le nouveau film Your Name explose tous les records au Japon (le 28 décembre au cinéma chez nous), partagent le titre de “nouveau Miyazaki”, qui leur est régulièrement attribué par la presse. Ce serait trop vite oublier que monsieur Miyazaki n’aime pas rester à la retraite trop longtemps et qu’il travaille actuellement sur les storyboards d’un nouveau long-métrage… Isao Takahata, l’autre pilier de Ghibli, aurait lui aussi un projet dans les cartons. Ils ne s’arrêtent jamais !

Mais dans la jeune génération, Hiromasa Yonebayashi et le studio Ponoc semblent être les héritiers respectifs de Miyazaki et Ghibli. Une légitimité que tout Internet leur accorde déjà. Il faut dire que Yonebashi a réalisé, avec Souvenirs de Marnie, le dernier film du studio à l’origine de Totoro, et réalise actuellement, avec Mary and the Witch’s Flower, le premier long-métrage d’animation “labellisé” Ponoc. Ceci avec l’aide de nombreux artistes qui travaillaient auparavant chez Ghibli.

D’ailleurs, une personne mal informée jurerait que Mary and the Witch’s Flower est un film Ghibli. Tout en porte la marque : le chara-design, les plans, la composition des décors et paysages; les créatures infernales qui gonflent et changent de forme… jusqu’à la police utilisée pour le titre du film. Les amateurs de théories pourront même envisager que Mary et Kiki la petite sorcière évoluent dans le même monde ! Mais Mary a les cheveux rouges, comme les plumes d’un phénix…

3 Comments

  1. Pingback: Critique - Mary et la fleur de la sorcière | Little Big Animation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *