C’est la polémique de la semaine, la nouvelle princesse Disney n’est pas, aux yeux de la communauté latino-américaine (16% de la population tout de même) assez latine, justement ! Sofia est pourtant la première princesse (de dessin animé) Disney à représenter la communauté latine, mais elle est loin d’être aussi « typée » que l’étaient Jasmine, Mulan, Pocahontas ou Tiana…

Tout d’abord, présentations ! Sofia the First (Princesse Sofia chez nous) est un nouveau dessin animé de Disney, destiné à la télévision. Le personnage de Sofia, une enfant, sera introduit dans le long-métrage Sofia the First : Once Upon A Princess (Princesse Sofia : Il était une fois une princesse) qui sera diffusé sur Disney Channel le 18 novembre prochain aux USA (et bientôt en France ?). Le film sera suivi d’une série animée à l’été 2013, où les autres princesses Disney devraient faire des apparitions de temps en temps !

[message]Princesse Sofia est un conte provenant du l’univers des princesses classiques de Disney et présente Sofia, une petite fille qui menait une vie normale avant que sa mère n’épouse le Roi et qu’elle devienne membre de la royauté. Sofia se retrouve donc propulsée au château, où elle apprend à devenir une vraie princesse par des leçons de vie lui faisant découvrir la gentillesse, le pardon, la générosité, le courage et le respect de soi. Avec l’aide des trois marraines fées en charge de la Formation Académique Royale – Flora, Pâquerette et Pimprenelle, du classique de la Belle au bois dormant de Disney, Sofia apprend que ressembler à une princesse n’est pas si difficile, mais que de se comporter comme l’une d’entre elles doit venir du cœur. (depuis Disneyjunior.ca)[/message]

Dans ce synopsis, aucune indication sur les origines latines de la petite fille. Mais il se trouve que sa mère, qui a d’ailleurs la peau mate, est originaire d’un pays imaginaire aux influences hispaniques. Pourquoi une telle polémique alors ? Parce que son physique ne reflète pas ces origines pardi ! Cheveux roux (ce que j’ai lu partout, j’aurai dit châtain clair mais bon, je ne suis pas coiffeuse j’y connais rien en couleur de cheveux), teint pâle et grands yeux bleus, elle ne serait pas assez « typée ». Une blogueuse a écrit « Si Disney voulait vraiment sauter le pas et satisfaire la communauté latino, Sofia aurait été aussi latino que Tiana est noire ou que Pocahontas est indienne », et sur Twitter une jeune fille disait «C’est moi ou la première princesse latina de Disney est… blanche ? ». En somme, internautes et militants estiment de manière générale que Disney aurait pu faire plus d’efforts pour la différencier d’une princesse « WASP » (White Anglo Saxon Protestant : l’archétype des américains blancs qui descendent des Européens).

Sur les réseaux sociaux, Craig Gerber (co-producteur de Sofia the First) essaie de faire retomber la polémique. Il explique que Sofia a été élevée dans un monde de diversité, par des parents originaires de royaumes inspirés de l’Espagne et de la Scandinavie. Elle serait donc le reflet de « la situation de beaucoup d’enfants d’aujourd’hui ». Arguments recevables, mais insuffisants. D’un autre côté, Sofia n’a pas été faite pour représenter la culture latine comme Mulan représentait la culture asiatique, mais comme une petite fille à laquelle toutes les autres pourraient s’identifier. La preuve ? Disney n’a pas fait de publicité sur cette particularité de Sofia, alors qu’ils avaient beaucoup communiqué pour Tiana ou Jasmine ! Du coup, l’entreprise aux grandes oreilles se retrouve au cœur d’un débat qu’ils auraient surement préféré éviter…

En même temps, ils n’y mettent pas du leur ! Le vice-président de Disney Junior a en effet déclaré que ne pas mettre en avant les origines de Sofia était volontaire, avant d’ajouter « Quand on va dans les écoles pour présenter le film, ce qui est fascinant, c’est de voir que toutes les filles peuvent s’identifier à Sofia». Ou comment rajouter de l’huile sur le feu… D’ailleurs, un Tweet illustre très bien les réactions que de telles déclarations peuvent engendrer : «Il existe des latinas à la peau claire… Le vrai problème, c’est que Disney dise qu’ils l’ont faite blanche pour que les enfants puissent s’identifier à elle».

Le mot de la fin, je le laisse à Lisa Navarrete, porte-parole du National Council de La Raza (NCLR : une organisation de défense des droits civiques) : « Les petites filles ont envie de se voir représentées par ces personnages. Si elles ne se reconnaissent pas, cela fait une différence. Ce serait bien de voir Disney encourager la création d’une princesse hispanique, que ce soit Princesse Sofia ou pas. »

Et vous, à votre avis ? Ce qui est sur, c’est que ça fait une publicité du tonnerre à la toute nouvelle licence ! D’ailleurs, vous pouvez voir un extrait (en VF) ci-dessous !

8 Comments

  1. De manière cynique, on pourrait dire au passage que si Disney n’a pas voulu cette polémique ni rien fait pour la provoquer, leur maladresse l’entretient et que c’est très utile à la notoriété du film… bref, ils y gagnent, en fin de compte, on parle d’eux.

    Par contre j’avoue que si j’avais représenté une princesse hispanique, elle aurait le temps plus sombre, les cheveux et les yeux noirs, et là c’est clairement pas le cas, alors c’est un peu hypocrite de dire que les gamines s’y identifient, parce qu’en fait, ce sont les gamines blanches qui le font, et dans une société aussi multiculturelle que les USA, c’est une grave erreur de faire l’impasse sur la diversité (afro et hispano américains, asiatiques, est-européens ou descendants de, et donc plutôt blonds…).

    Conclusion, je trouve que Disney, en tant que société, non seulement fait l’erreur de ne pas proposer de matériel original (les fées et Cendrillon là hein…), mais également se révèle toujours aussi conservateur et peu enclin à l’évolution qu’on pourrait le croire.
    En plus, c’est pas une princesse de naissance, et j’avais déjà pas aimé ça avec Tiana, dont le film est à chier. Et puis, elle est châtain, pas rousse. Il manquerait les taches de rousseur et l’aura divine. *fanderousses*

    1. Oui c’est ce que je sous-entendais en disant que du coup, ça leur fait beaucoup de pub !
      Je penses qu’ils disent que les petites en général s’y identifient, la communauté latine représente « seulement » 16% de leur pop, ça laisse pas mal de % aux petites filles WASP je pense. Ou simplement aux petites filles dont les parents ont des origines différentes. Ici ils se sont peut-être viandés avec une jeune fille latina qui n’en a pas l’air même de loin, mais peut-être qu’ils gardent le « concept » pour un futur classique du cinéma, sait-on jamais.
      Aha je suis pas d’accord, l’une de mes multi-personnalités est une gamine de 8 ans, et elle est ravie de voir les princesses Disney de temps en temps dans un dessin animé :p. Pour le côté conservateur, je ne sais pas si il faut le prendre comme ça, après tout un personnage devrait être créé en fonction de l’idée que son créateur s’en fait, et non pas en fonction de chiffres ou de pressions…
      C’est justement pas une princesse de naissance pour que les enfants, si naïves, puissent s’imaginer à sa place, devenant princesse du jour au lendemain. Si elle était rousse, il manquerait le bûcher aussi ! XD

      Lalie
  2. Pingback: Elena of Avalor : une princesse latina chez Disney - Little Big Animation

  3. Pingback: Disney, Barneys, Minnie et l’anorexie - Little Big Animation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *