Regardez « Ugly » et « Fest », les chefs-d’œuvre glitchés de Nikita Diakur !

Regardez « Ugly » et « Fest », les chefs-d’œuvre glitchés de Nikita Diakur !

Alors que la société Autour de Minuit vient d’annoncer tout récemment que Nikita Diakur lui a confié la distribution française de ses deux courts métrages, Ugly et Fest, ces deux derniers sont visibles en ligne sur la plate-forme Vimeo.

Pour les personnes ne connaissant pas encore cet artiste, que j’ai de mon côté découvert via l’excellent magazine pour noctambules qu’est Tracks sur Arte, Nikita Diakur est un cinéaste d’origine Russe établi en Allemagne. Son projet de 2017, Ugly, a fait le tour des festivals,suivi cette année par Fest qui a entamé sa tournée par Oberhausen, Zagreb puis Annecy. Sa signature technique, qu’il utilise dans ses films est la simulation dynamique par ordinateur, qui s’attache à la spontanéité, l’imprévu et l’erreur, ainsi qu’une grande inspiration pour les histoires qui se transmettent par internet. Diakur est aussi spécuialiste de la réutilisation d’éléments d’une œuvre à l’autre, faisant autant de son style « Ugly » une identité visuelle qu’un courant esthétique en lui-même.

L’artiste l’a expliqué au mieux dans la note d’intention d’Ugly :

« L’animation traditionnelle par ordinateur est alinéaire. L’animateur corrige et ajuste tout par allers et retours entre différent états de l’animation. Ainsi, il est maître de l’issue de son travail. Alors qu’au contraire, lorsqu’il lance une simulation, l’animateur perd le contrôle en délocalisant certaines de ses tâches à l’ordinateur. Celui-ci exécute ces tâches basées sur des calculs et produit en résultat une simulation linéaire. L’animateur interagit avec l’ordinateur mais n’est qu’en contrôle réduit. Animer de cette manière ressemble plus aux méthode de filmage en live : comme un acteur, l’ordinateur suit les actions demandées (par l’animateur) et produit des résultats qui sont imprévisibles et personnels. Le focus passe donc de l’issue au processus même. L’animateur fait face au défi de trouver le bon équilibre entre rester en contrôle et laisser de la place à l’imprévisible. »

Quant à l’histoire d’Ugly ? Elle est assez simple :

Un chat moche lutte pour coexister dans un monde fragmenté et brisé, finissant par vraiment trouver une âme sœur dans un chef mystique. Inspiré par l’histoire « Ugly the Cat » sur internet.

Ugly

Fest



Dernières publications

  • Critique – Buzz l’éclair

    Critique – Buzz l’éclair

    Qui aurait pu dire en 1995 que l’un des personnages phares du premier long-métrage de Pixar, l’inventif et inégalé Toy Story, deviendrait le héros d’un film de science-fiction aussi peu inspiré que ce vingt-sixième film du studio ? Voici donc le spin-off Buzz l’éclair, réalisé par Angus MacLane, sortant en salles cette semaine, un privilège […]

  • WIP – A propos de « Garden of Remembrance » avec Naoko Yamada

    WIP – A propos de « Garden of Remembrance » avec Naoko Yamada

    Après sa très belle série The Heike Story, Naoko Yamada, accompagnée en distanciel par sa productrice Eunyoung Choi, a présenté Garden of Remembrance, son prochain court métrage, dans la salle Pierre Lamy lors d’un Work in Progress du Festival du film d’animation d’Annecy. Une chambre en désordre. Des canettes de bière vides, des cadavres de […]

  • Regardez le court-métrage Overwatch 2 « The Wastelander » !

    Regardez le court-métrage Overwatch 2 « The Wastelander » !

    Avec l’arrivée à l’automne de Overwatch 2 et la prochaine période de bêta-test projetée au 28 juin, Blizzard nous présente via un nouveau court-métrage l’un des nouveaux personnages du jeu : Odessa ‘Dez’ Stone, la Reine des Junkers. Le court-métrage explore le passé de l’héroïne et son accession au trône du Laminoir, après un ban […]