Regardez « Ugly » et « Fest », les chefs-d’œuvre glitchés de Nikita Diakur !


Alors que la société Autour de Minuit vient d’annoncer tout récemment que Nikita Diakur lui a confié la distribution française de ses deux courts métrages, Ugly et Fest, ces deux derniers sont visibles en ligne sur la plate-forme Vimeo.

Pour les personnes ne connaissant pas encore cet artiste, que j’ai de mon côté découvert via l’excellent magazine pour noctambules qu’est Tracks sur Arte, Nikita Diakur est un cinéaste d’origine Russe établi en Allemagne. Son projet de 2017, Ugly, a fait le tour des festivals,suivi cette année par Fest qui a entamé sa tournée par Oberhausen, Zagreb puis Annecy. Sa signature technique, qu’il utilise dans ses films est la simulation dynamique par ordinateur, qui s’attache à la spontanéité, l’imprévu et l’erreur, ainsi qu’une grande inspiration pour les histoires qui se transmettent par internet. Diakur est aussi spécuialiste de la réutilisation d’éléments d’une œuvre à l’autre, faisant autant de son style « Ugly » une identité visuelle qu’un courant esthétique en lui-même.

L’artiste l’a expliqué au mieux dans la note d’intention d’Ugly :

« L’animation traditionnelle par ordinateur est alinéaire. L’animateur corrige et ajuste tout par allers et retours entre différent états de l’animation. Ainsi, il est maître de l’issue de son travail. Alors qu’au contraire, lorsqu’il lance une simulation, l’animateur perd le contrôle en délocalisant certaines de ses tâches à l’ordinateur. Celui-ci exécute ces tâches basées sur des calculs et produit en résultat une simulation linéaire. L’animateur interagit avec l’ordinateur mais n’est qu’en contrôle réduit. Animer de cette manière ressemble plus aux méthode de filmage en live : comme un acteur, l’ordinateur suit les actions demandées (par l’animateur) et produit des résultats qui sont imprévisibles et personnels. Le focus passe donc de l’issue au processus même. L’animateur fait face au défi de trouver le bon équilibre entre rester en contrôle et laisser de la place à l’imprévisible. » Quant à l’histoire d’Ugly ? Elle est assez simple :

Un chat moche lutte pour coexister dans un monde fragmenté et brisé, finissant par vraiment trouver une âme sœur dans un chef mystique. Inspiré par l’histoire « Ugly the Cat » sur internet.

Ugly

Fest


A lire dans le même genre

Dernières publications

  • Annecy 2024 – Découvrez notre programme à voir des films en sélection

    Annecy 2024 – Découvrez notre programme à voir des films en sélection

    Le Festival d’Annecy propose cette année quelques nouveautés qui devront faciliter la navigation et l’organisation des festivaliers, comme la présence d’œuvres sélectionnées sur quatre salles supplémentaires au Pathé Annecy, ainsi que des horaires de séances dès 8h30, ce qui va rendre quelques débuts de matinées difficiles pour les habitués des multiples soirées et les aficionados des…

  • On en sait plus sur le troisième film d’animation « Astérix »

    On en sait plus sur le troisième film d’animation « Astérix »

    En direct de Cannes, le distributeur français SND Films a révélé de nouvelles informations sur le troisième long métrage d’animation Astérix, désormais titré Astérix et le Royaume de Nubie. Comme pour le précédent, ce sera donc un film avec une histoire originale ou tout au plus vaguement adaptée d’un album existant. Pour rappel, nous savons…

  • Critique Vidéo – The First Slam Dunk

    Critique Vidéo – The First Slam Dunk

    Après un passage au festival d’Annecy et en salles, The First Slam Dunk, réalisé par Takehiko Inoue, est disponible en DVD, Blu-Ray et VOD à partir du 1er mai grâce à Wild Side : Le meneur de jeu de Shohoku, Ryota Miyagi, joue toujours intelligemment et à la vitesse de l’éclair, contournant ses adversaires tout…