Critique – Souvenirs goutte à goutte


Souvenirs goutte à goutte (Omohide Poroporo en VO) est un film réalisé par Isao Takahata au sein du studio Ghibli. Sorti dans les cinémas japonais en 1991, le film est édité directement en DVD pour la France en 2007. Il n’a cependant pas été traduit pour l’occasion, le DVD ne propose donc que le film en VO et des sous-titres français.

Taeko, une jeune citadine de 27 ans, part en vacances à la campagne dans la famille de son beau-frère. Laissant derrière elle ses préoccupations professionnelles, elle se laisse submerger par ses souvenirs d’enfance, des anecdotes survenues en 1966 alors qu’elle n’avait que onze ans !

Ce film est l’adaptation d’un manga de Hoaru Okamato et Yûko Tone, Omohide Poroporo, publié au Japon en 1988 et jamais traduit en France. Les auteurs y racontent leurs souvenirs d’enfance. Takahata décide d’ajouter de situer le temps présent en 1982 afin de créer une transition entre les différents souvenirs de Taeko. C’est la plus grande liberté qu’il ait prise par rapport au manga.

C’est la tête plein de souvenirs que Taeko part en vacances à la campagne. Elle qui a toujours rêvé d’y aller, à la campagne, emporte avec elle celle qu’elle était à 11 ans et avec qui elle partage ce rêve. Les souvenirs se mêlent alors aux journées de travail, et trouvent écho dans sa vie présente, et inversement. Capricieuse étant petite, elle est mieux à même de conseiller l’adolescente de la famille. D’autres lui permettent de grandir, de s’interroger sur qui elle est maintenant. Et surtout sur qui elle veut être.

Parallèlement le film fait un travail documentaire sur la vie à la campagne et la réalité tokyoïte des années 60. C’est un film sur le quotidien, des bons moments à ceux qui heurtent, sans oublier ceux dont on a honte. Les deux Taeko déambulent, l’une à la campagne, l’autre à la ville, et aucune des deux ne sait ou elle va. A elles deux, elles vont enfin choisir leur voie.

Omohide Poroporo est une histoire « vraie » servie par une réalisation soigneuse. Celle d’une citadine hantée par son passé qui essaie de trouver la paix. La scène du générique, véritable conclusion du film, est un bijou. La Taeko du passé et tous ses camarades aident et encouragent la Taeko du présent à prendre sa vie en main, puis disparaissent pour mieux lui laisser envisager l’avenir. C’est un film doux et poétique.


A lire dans le même genre

Dernières publications

  • Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    On l’attendait d’une impatience mêlée d’inquiétude, et voici donc les premières informations et une bande-annonce pour l’adaptation animée de L’Atelier des sorciers, l’un des meilleurs manga actuels, dévoilés durant un panel de l’Anime Expo. Coco, une jeune fille qui n’est pas née sorcière mais qui est passionnée par la magie depuis son enfance et travaillant…

  • Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Après un passage à la Quinzaine de Cannes et au festival d’Annecy, Anzu, chat-fantôme, réalisé par Yoko Kuno et Nobuhiro Yamashita, se dévoile dans une nouvelle bande annonce : Karin, 11 ans, est abandonnée par son père chez son grand-père, le moine d’une petite ville de la province japonaise. Celui-ci demande à Anzu, son chat-fantôme…

  • Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Après Coraline, la malchance autour du projet The Shadow King et un retour en bonne et due forme avec Wendell et Wild, le réalisateur Henry Selick a annoncé hier au Festival International du Film d’animation d’Annecy, en marge du panel talent auquel il participait, qu’il aimerait beaucoup adapter le roman de Neil Gaiman en long…