Critique – Jasmine


Jasmine se présente simplement comme un témoignage d’une histoire amoureuse au cœur de l’Histoire tumultueuse de l’Iran à la fin des années 70. Le réalisateur explique comment il associe son témoignage à son processus créatif et immerge le spectateur dans le film en créant de ses propres mains, face caméra, son personnage et celui de sa bien-aimée.

Du frémissement de la pâte modelée, surgit la plus incroyable des histoires mêlant l’amour et la Révolution. France, fin des années 70. Alain est réalisateur de film d’animation. Sa rencontre avec Jasmine, une iranienne, change le cours de sa vie.

Contrairement à O Apostolo qui utilisait une stop motion stylisé, ici le dispositif est plus dépouillé. Il s’agit de pâte à modeler bleue pour les iraniens, jaune pour le réalisateur, et de décors essentiellement constitués de cartons.

La force d’une esthétique aussi simple réside dans l’utilisation intelligente de la métaphore. En effet, à un moment de l’histoire, un massacre survient dans les rues et l’on voit le réalisateur écraser une grande quantité de personnages bleus, ce qui laisse imaginer le massacre au public.

L’action visible de la main du réalisateur sert aussi à signifier les marques de l’histoire sur les corps sculptés des personnages. On peut ainsi voir leurs visages se creuser et les hanches de Jasmine se marquer au fur et à mesure de l’histoire.

Ne courant pas après la voix-off dans les films, j’ai été bluffée par l’implication des acteurs qui font la lecture épistolaire de l’histoire du réalisateur. Jean-Pierre Darroussin et Fanzaneh Ramzi rendent le récit marquant et permettent de rester dans le fil de l’histoire. J’ai particulièrement apprécié la voix de l’actrice qui a été une découverte pour moi.

Les voix sont empreintes de l’émotion qu’a vécu le réalisateur, ce qui a dû exiger des acteurs une démarche émotionnelle autre que la simple lecture. Ne vous laissez pas décourager par son esthétique faussement simpliste et allez voir ce film. Il est important car il donne un point de vue original et sensible sur l’Histoire de l’Iran, comme a pu le faire Marjane Satrapi dans Persépolis.



Dernières publications

  • Critique – Le Royaume des Abysses

    Critique – Le Royaume des Abysses

    Après un passage au festival d’Annecy en 2023 avec seulement deux séances prises d’assaut par les festivaliers, Le Royaume des abysses, deuxième long métrage du réalisateur chinois Tian Xiaopeng, est présent dans nos salles depuis le 21 février grâce à KMBO : Shenxiu, une fillette de 10 ans, est aspirée dans les profondeurs marines durant…

  • Disney annonce son planning : vous reprendrez de la suite ?

    Disney annonce son planning : vous reprendrez de la suite ?

    Alors que Disney France est en pleine promotion des ressorties des films d’animation Pixar que sont Alerte Rouge et Luca, injustement envoyés sur Disney + lors de la pandémie, la maison mère a annoncé son planning des sorties cinéma 2024 et au-delà. Les informations révélées dévoilent une tendance pressentie après l’échec brutal au box office…

  • Wes Anderson à Annecy pour l’édition 2024 du Festival international du film d’animation !

    Wes Anderson à Annecy pour l’édition 2024 du Festival international du film d’animation !

    C’est une nouvelle inattendue et délicieusement surprenante : Le cinéaste américain Wes Anderson sera présent lors de la prochaine édition du du Festival international du film d’animation d’Annecy pour parler de sa relation au cinéma d’animation. Déjà auteur de deux films d’animation sur sa filmographie, depuis le classique qu’est devenu Fantastic Mr. Fox (lauréat du Cristal…