Ravinder Kundi, concept artist ayant travaillé sur Rock Dog et actuellement du côté de chez Paramount Animation, a dévoilé sur son site personnel une foultitude d’informations concernant le projet de DreamWorks Animation auparavant connu sous le titre Mumbai Musical, annulé en même temps que B.O.O. suite à la restructuration de 2015. Si B.O.O. avait tout du film en péril car n’ayant jamais réussi à avoir une histoire satisfaisante, on découvre ici que le travail  fait sur cet autre projet le destinait plus à être un film de prestige ayant une forme respectueuse des tradition indiennes.

Bollywood Superstar Monkey, puisque c’est son titre de travail plus officiel, possède du coup un résumé, des visuels et nous savons enfin qui travaillait dessus : inspiré par le Ramayana,  l’un des textes fondamentaux de l’hindouisme et de la mythologie hindoue, mais réécrit selon le point de vue des singes, plus particulièrement un duo, qui deviennent des héros pour stopper un démon ancien et l’empêcher de conquérir le monde.

Le film était entre les mains du réalisateur Kevin Lima, connu pour Tarzan, Dingo et Max ou encore Il était une fois avec une histoire écrite par Stephen Schwartz (PocahontasLe Bossu de Notre-Dame et Il était une fois), la musique revenant au très célèbre compositeur indien A. R. Rahman.

Lima a raconté sa déception à Den of geek il y a un an :

“On était très prêt de le faire. Nous venions tout juste d’entrer en production, nous avions commencé l’animation. cela faisait deux ans et demi que je travaillais dessus. Toutes les chansons étaient écrites avaient été écrites par Stephen Schwartz et A. R. Rahman. Nous étions prêt à commencer. Je dois dire que c’est l’une des plus grandes déceptions de ma carrière de ne pas voir vu ce film se faire. Ca n’avait rien à voir avec le film, mais tout à voir avec la politique derrière la vente du studio. Sept d’entres nous ont perdu leur film à ce moment-là. »

Lima évoque bien sûr B.O.O. ainsi que Larrikins de Tim Minchin (qui a toutefois été recyclé dans le court Bilby l’année dernière). Mais le côté prestige du film, qui le destinait a rassembler un budget conséquent, n’a pas séduit le projet lorsqu’il a été présenté à d’autres studios.

“J’ai essayé, vraiment. Stephen Schwartz et moi l’avons montré un peu partout,mais lorsque le budget était annoncé, tous le monde avait le souffle coupé. Nous n’avons pas réussi à trouver un acheteur”

De son côté, Ravinder a aidé à concevoir des rendus 3D de dix-sept démons musicaux, des décors de temples et d’autres décors à l’aide de Maya et Photoshop, inspirés par des croquis conceptuels de Kei Acedera Jayee Borcar, Kirsten Henshen-Kawamura et Ron Kurniawan. Il aura mis une semaine et demie pour designer, modeler et texturer chaque personnage, dont le son qu’ils auraient émis prenait son origine dans les instruments indiens de la musique composée par Rahman.

Vous trouverez sur le site de Ravinder Kundi encore plus de choses formidables, comme des vidéos 360° en HD de ses rendus, des modélisations de décors et d’autres personnages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *