Critique – Histoires extraordinaires

Longtemps annoncée, véritable arlésienne du film de genre animé, Histoires extraordinaires passe par Annecy pour se dévoiler au public dans son intégralité. Vois aimiez Les Contes de la Crypte et Creepshow ? Vous voila servis !

L’esprit de Poe, incarné en sa plus fameuse création, « Le Corbeau », fait face à la Mort alors qu’il se rend sur la tombe de sa femme bien-aimée Virginia Clemm. Le temps est venu pour la Mort de réclamer l’âme du poète, mais Poe doit s’attarder un peu dans le monde des vivants. Il entame avec la Mort un sordide jeu d’histoires macabres…

Presque dix ans ! C’est le temps qu’il aura fallu à Raúl Garcia pour terminer cette anthologie de récits adaptés d’Edgar Allan Poe. Depuis “La Chute de la maison Usher” au “Masque de la Mort Rouge”, ce sont cinq histoires des plus connues du répertoire de l’écrivain qui sont présentées ici sous différentes esthétiques, plaçant le métrage dans le territoire plus que glissant des films à sketch.

Contrairement à l’adaptation du Prophète, qui a vu les grands de l’animation s’occuper des différents segments, c’est ici le travail du studio 352 et de l’unique supervision de Garcia qui ont donné naissance à l’ensemble. Le liant est un échange entre la mort et l’âme de Poe, représentée évidemment sous la forme d’un corbeau, qui racontent ses histoires afin de le convaincre de partir en paix, ayant laissé au monde de tels récits.

La première histoire, “La Chute de la maison Usher”, provoque d’entrée un pincement au cœur puisqu’elle est narrée par nul autre que Christopher Lee, qui venait de nous quitter juste avant le festival. D’une esthétique 3D très léchée, dont on aura presque l’impression que les protagonistes sont des marionnettes destinées à la stop motion, elle reprend avec ce qu’il faut de stylisation gothique l’intrigue originale et rend la fin encore plus glaçante.

Puis vient “The Tell-Tale Heart” dont la narration est assurée par un vieil enregistrement de Bela Lugosi. Entre sa voix si particulière et l’esthétique tout en noir et blanc qui fait penser à Alberto Breccia et qui souligne la folie du narrateur, l’expérience est d’autant plus intense. Un joli bijou !

“The Facts in the Case of Mr Valdemaar” est le court qui fait le plus référence aux films à sketches de notre jeunesse, puisque son esthétique héritée des EC Comics fait indubitablement penser à l’excellent Creepshow, sans parler de l’apparence du personnage principal, qui ressemble trait pour trait à ce cher Vincent Price. Hélas le rythme est un peu plus lâche et aussi plat que le rendu formel. Vite lassant et malgré les efforts de Julian Sands pour garder le public en éveil, on suit l’histoire avec indolence jusqu’au sursaut final.

L’expérimentation esthétique de “Mask of the Red Death”, l’une de mes histoires préférées de Poe, donne une saveur toute particulière à la narration ici privée de voix off, laissant place à une émulation de 3D et de peinture à l’huile. Si la tentative est plus réussie que pour le précédent court, “Mask of the Red Death” reste encore perfectible dans son exécution et dans la gestion de sa durée, qui aurait pu être un peu moins élevée.

Le court final, narré par le réalisateur Guillermo Del Toro, reprend “The Pit and the Pendulum”, sur l’histoire du prisonnier de guerre durant l’inquisition, qui va vivre la torture en vigueur à cette époque. Plus viscérale et étouffante que jamais, la 3D et l’image désaturée évoquant les anciennes photographies donne un cachet à cette ultime histoire horrifique qui clôture cette anthologie avec une note plus positive.

En conclusion, et comme toutes anthologies ou films à sketches, Histoires extraordinaires possède des segments qui brillent plus que d’autres,mais reste toutefois un bel hommage et bénéficie de tentatives esthétiques très intéressantes qui prouvent qu’avec une bonne direction artistique, la 3D possède d’innombrables possibilités.

https://www.youtube.com/watch?v=amniFA0UEKc



Dernières publications

  • Moonlight : création d’un label d’animation adulte chez Illumination

    Moonlight : création d’un label d’animation adulte chez Illumination

    Mike Moon, vétéran de Netflix, Sony et Disney, lance son propre label d’animation pour adultes chez Illumination Entertainment. Moon sera le président de la nouvelle division, intitulée Moonlight, et servira de conseiller créatif pour le studio qui a créé la franchise Moi, Moche et Méchant. Moon, qui a quitté Netflix en juillet où il était […]

  • Première bande-annonce pour « Gudetama : Une aventure œuforique »

    Première bande-annonce pour « Gudetama : Une aventure œuforique »

    Après deux saisons pour la mascotte Rilakkuma et cinq pour Aggretsuko, voici venir la série Gudetama, dont la première bande-annonce a été dévoilée à l’occasion de l’événement Netflix Tudum. Un road-movie tranquille et empreint d’empathie sur la découverte de soi et de ses origines, parfait pour chiller ! Résigné à l’idée de finir dans une […]

  • Découvrez le clip « Star Walkin' », hymne du Mondial League of Legends

    Découvrez le clip « Star Walkin’ », hymne du Mondial League of Legends

    Comme chaque année, Riot Games dévoile un de leurs clips animés à l’occasion du championnat du monde e-sport de League of Legends. Place donc à Star Walkin’ ! Différents studios se sont auparavant attelés à la création de clips pour le géant du jeu vidéo, depuis Fortiche (désormais occupé par Arcane et d’autres projets pour […]