Critique – Jasmine


Jasmine se présente simplement comme un témoignage d’une histoire amoureuse au cœur de l’Histoire tumultueuse de l’Iran à la fin des années 70. Le réalisateur explique comment il associe son témoignage à son processus créatif et immerge le spectateur dans le film en créant de ses propres mains, face caméra, son personnage et celui de sa bien-aimée.

Du frémissement de la pâte modelée, surgit la plus incroyable des histoires mêlant l’amour et la Révolution. France, fin des années 70. Alain est réalisateur de film d’animation. Sa rencontre avec Jasmine, une iranienne, change le cours de sa vie.

Contrairement à O Apostolo qui utilisait une stop motion stylisé, ici le dispositif est plus dépouillé. Il s’agit de pâte à modeler bleue pour les iraniens, jaune pour le réalisateur, et de décors essentiellement constitués de cartons.

La force d’une esthétique aussi simple réside dans l’utilisation intelligente de la métaphore. En effet, à un moment de l’histoire, un massacre survient dans les rues et l’on voit le réalisateur écraser une grande quantité de personnages bleus, ce qui laisse imaginer le massacre au public.

L’action visible de la main du réalisateur sert aussi à signifier les marques de l’histoire sur les corps sculptés des personnages. On peut ainsi voir leurs visages se creuser et les hanches de Jasmine se marquer au fur et à mesure de l’histoire.

Ne courant pas après la voix-off dans les films, j’ai été bluffée par l’implication des acteurs qui font la lecture épistolaire de l’histoire du réalisateur. Jean-Pierre Darroussin et Fanzaneh Ramzi rendent le récit marquant et permettent de rester dans le fil de l’histoire. J’ai particulièrement apprécié la voix de l’actrice qui a été une découverte pour moi.

Les voix sont empreintes de l’émotion qu’a vécu le réalisateur, ce qui a dû exiger des acteurs une démarche émotionnelle autre que la simple lecture. Ne vous laissez pas décourager par son esthétique faussement simpliste et allez voir ce film. Il est important car il donne un point de vue original et sensible sur l’Histoire de l’Iran, comme a pu le faire Marjane Satrapi dans Persépolis.



Dernières publications

  • Cartoon Movie 2024 – Les pitchs en concept qui ont retenu mon attention

    Cartoon Movie 2024 – Les pitchs en concept qui ont retenu mon attention

    Le Cartoon Movie propose deux sessions matinales de pitchs en concept où les créateurs.ices présentent leurs idées de long métrages à leurs premières étapes de développement. C’est l’occasion d’observer de nouvelles propositions dans le cadre de l’animation européenne : Rose et les marmottes réalisé par Alain Ughetto (Les Films du Tambour de soir/Graffiti Films/WeJustKids/Occidental Filmes)…

  • Infos et bande-annonce pour le nouveau film de Naoko Yamada !

    Infos et bande-annonce pour le nouveau film de Naoko Yamada !

    Après le très beau Garden of remembrance et Heike story, Naoko Yamada avait annoncé lors en 2022 lors du Festival international du film d’animation d’Annecy qu’elle travaillait sur un nouveau long métrage avec le studio Science Saru. On en sait désormais un peu plus puisque Kimi no Iro (que l’on peut traduire par Your colors)…

  • Critique – Super Mario Bros. – Le film

    Critique – Super Mario Bros. – Le film

    Trente ans après la catastrophe industrielle que fut le film live Super Mario Bros, le plombier moustachu de Nintendo est de retour sur les écrans de cinéma. Cette fois-ci, la firme de Kyoto a gardé un contrôle plus serré sur la production et s’est attaché les services du studio Illumination, dont les compétences pour concevoir…