Critique – Les Ours Gloutons


Adapté de l’ouvrage jeunesse de Zbyněk Černík, les réalisatrices Alexandra Májová et Katerina Karhánková donnent vie aux Ours Gloutons grâce à la technique du papier découpé pour cette compilation de leurs aventures disponible depuis le 2 juin dans nos salles :

L’un des deux est bien en chair alors que l’autre est tout menu… Nico et Mika ne sont pas n’importe quels ours. Comme tout le monde le sait, les ours bruns ont tendance à être solitaires, mais ces deux-là sont très amis, vivant dans une confortable maison au milieu de la forêt. Ils partagent la même passion pour les bons petits plats et sont prêts à tout pour s’en procurer sans effort, quels qu’en soient les risques. Leurs plans sont parfois contrariés, mais chacune de leurs aventures se termine toujours bien.

L’univers de Nico et Mika se découvre par le biais de la nature dans ses couleurs et la diversité de ses motifs allant des baies à l’arborescence généreuse de la forêt. Cette touche graphique doucement chaotique démontre une précision et une maitrise esthétique hérité d’un riche passé, que l’on retrouve aussi actuellement dans les œuvres vidéoludiques de leur confrère de Amanita Design (Chuchel, Botanicula). Cette technique de papier découpé, portée par le studio d’animation tchèque Bionaut, apporte une texture originale à l’histoire d’amitié entre Nico et Mika. On se plonge facilement dans cet univers organique et coloré toujours à l’affut de bon petits plats à concocter.

La compilation Les Ours Gloutons se construit autour des différentes étapes d’amitié de nos protagonistes poilus : de la rencontre à la dispute, en passant par la préparation de Noël et le rassemblement annuel des ours.  La dynamique de Nico et Mika se passe principalement en cuisine (endroit de sitcom par excellence) et évoque instantanément le binôme devenu iconique de Joey et Chandler dans la série Friends, bien que motivé par un appétit digne de Winnie l’Ourson.  Ils se chamaillent souvent et s’aiment toujours. Le segment le plus représentatif de leur relation est selon moi La Dispute où la question de l’utilisation des œufs devient centrale : omelette aux champignons ou crêpes aux fraises ? La réponse fera rugir votre estomac, bien sûr. Cette construction narrative est aussi une manière d’inciter les petits garçons à s’intéresser à ce qu’ils mangent et par la même occasion à participer à la préparation des repas, le tout de manière ludique. D’une durée de quarante-cinq minutes, la compilation Les Ours Gloutons offre une pause charmante et gourmande idéale pour les tout petits mais sans lasser les plus grands. On vous conseille toutefois de prévoir un gouter ou un bon repas pour accompagner cette sortie, car difficile de penser à autre chose que la nourriture en sortant de cette séance.  


A lire dans le même genre

Dernières publications

  • Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    Plongez dans les premières images de l’anime « L’Atelier des sorciers »

    On l’attendait d’une impatience mêlée d’inquiétude, et voici donc les premières informations et une bande-annonce pour l’adaptation animée de L’Atelier des sorciers, l’un des meilleurs manga actuels, dévoilés durant un panel de l’Anime Expo. Coco, une jeune fille qui n’est pas née sorcière mais qui est passionnée par la magie depuis son enfance et travaillant…

  • Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Une nouvelle bande annonce pour « Anzu, chat-fantôme »

    Après un passage à la Quinzaine de Cannes et au festival d’Annecy, Anzu, chat-fantôme, réalisé par Yoko Kuno et Nobuhiro Yamashita, se dévoile dans une nouvelle bande annonce : Karin, 11 ans, est abandonnée par son père chez son grand-père, le moine d’une petite ville de la province japonaise. Celui-ci demande à Anzu, son chat-fantôme…

  • Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Henry Selick veut adapter « L’océan au bout du chemin »

    Après Coraline, la malchance autour du projet The Shadow King et un retour en bonne et due forme avec Wendell et Wild, le réalisateur Henry Selick a annoncé hier au Festival International du Film d’animation d’Annecy, en marge du panel talent auquel il participait, qu’il aimerait beaucoup adapter le roman de Neil Gaiman en long…