Découvrez « Luca », le Pixar de l’été 2021

Changement drastique de ton après Soul ! Luca, le premier long-métrage d’Enrico Casarosa, a dévoilé une très jolie bande annonce. Scénarisé par Jesse Andrews (Margot vs. Lily) et Mike Jones (Soul) d’après un sujet du réalisateur, le film nous plonge dans une Italie de carte postale où nos deux héros vont passer des vacances d’été pleines d’aventures.

Un jeune garçon, Luca, vit un été inoubliable, ponctué de délicieux gelato, de savoureuses pasta et de longues balades en scooter. Luca partage ses aventures avec son nouveau meilleur ami, mais ce bonheur est menacé par un secret bien gardé : ce dernier n’est autre qu’un monstre marin venu d’un autre monde, situé juste au-dessous de la surface de l’eau…

Les premières images de Luca nous dévoilent un film solaire aux couleurs vibrantes et au design des personnages très ronds et doux qui évoquent autant la bande dessinée européenne que Snoopy. Si l’idée de l’été plein d’aventures est séduisante, il faudra voir où va nous conduire les différents personnages, le concept d’identité cachée et espérer que le film sache prendre une voie un peu plus non-conventionnelle afin de dépasser l’unique différence de forme par rapport aux autres films du studio. Pour ça, il faudra attendre le mois de juin !

A propos de Luca avec Enrico Casarosa

Casarosa a été interviewé par Angelo Carotenuto dans les pages du magazine Il Venerdi et a donné beaucoup d’informations dignes d’intérêt, traduites ci-dessous.

Comment avez-vous convaincu l’Amérique que l’Italie n’est pas seulement la triangulaire Naples-Rome-Sicile ?

Et même pas Venise. Chez Pixar, ils croient aux films personnels et aux expériences individuelles. Je leur ai montré des photos. J’ai dessiné une bande dessinée il y a 20 ans sur ce fond. Amalfi et Positano ont aussi des goûts similaires mais c’est dans les Cinque Terre qu’il aime aller courir et se promener. Quand je lui ai proposé, je lui ai parlé de ces petits villages qui semblent être sortis de l’eau et avoir grimpé sur les rochers. Un monde qui se situe entre la terre et la mer. Le monde parfait pour Luca.

Pourquoi le titre Luca ?

Lorsqu’on cherche un titre pour un film, ça peut prendre des mois. C’est une histoire profondément personnelle, inspirée de ce que j’ai vécu avec mon meilleur ami d’enfance, Alberto, mais je ne pouvais certainement pas mettre mon nom dans le titre. Luca oui, j’ai toujours aimé ça. C’est simple. Il se prononce bien en anglais aussi, il y a beaucoup de Lucas ici aussi et beaucoup ne sont pas italiens. C’est pragmatique.

Les amitiés d’été ont quelque chose de spécial, le charme de la découverte et de l’aventure, mais aussi quelque chose de mélancolique. Elles sont destinées à s’interrompre. Y a-t-il tout cela dans le film ?

Ce sont des amitiés auxquelles, par définition, on doit dire au adieu. Se séparer pour prendre son propre chemin. La nostalgie de l’enfance est une grande partie du film, la nostalgie de ces amitiés dans lesquelles on se découvre différent et qui nous emmènent là où on ne s’y attend pas. J’étais un enfant timide, avec une famille qui m’était proche. Alberto avait plus de liberté que moi et une famille moins présente. Il semblait pouvoir faire ce qu’il voulait.

Il m’a donc laissé sortir de la boîte dans laquelle je vivais. Il m’a appris à pêcher. Un jour, il a acheté un python et l’a emmené à l’école. Il m’a fait grandir d’une manière différente. En Ligurie, il y a peu de sable et beaucoup de rochers. Il y a une scène où, d’un sommet, on se pousse dans l’eau, on met ses baskets et on saute. C’est la métaphore parfaite de ces rencontres qui vous font grandir, qui vous changent et que vous gardez avec vous bien après l’au revoir.

A-t-il été difficile de dire au revoir à ses amis quand on a quitté l’Italie à 20 ans ?

C’est un double sentiment. C’est aigre-doux. La tristesse d’une séparation d’une part – même de la famille – et d’autre part l’espoir joyeux d’avoir un avenir à poursuivre. C’était une bonne chose de partir. Je me suis dit : « Si tu veux faire un dessin, suis ce qui t’as attiré vers le dessin et l’animation ».

Trouvez-vous qu’aujourd’hui vous êtes amis d’une manière différente de celle d’alors ? Êtes-vous amis d’une manière différente, même en Italie et en Amérique ?

Quand j’avais 20 ans, je suis arrivé à New York et j’y suis resté pendant sept ans. New York est magnifique parce qu’elle est mixte. Vous avez des amis de toutes sortes, qui viennent du monde entier. Ce n’est pas une situation très différente de l’Italie. Aujourd’hui, j’ai une fille de 13 ans, il me semble percevoir certaines différences dans sa génération, comme un manque lien fort avec les amis. Cette année, c’était un désastre. Nos amis viennent dans notre jardin et doivent rester à distance.

Luca

Luca parle de croissance et de transformation. Comme Pinocchio. Quels modèles s’est-il donné ?

Si vous pensez à la croissance, Pinocchio est certainement magnifique. Je voulais exprimer à quel point on se sent différent. Quand on est enfant, il est facile de se sentir mal. C’est ainsi qu’est née l’idée des monstres marins, d’une relation qui naît du besoin de cacher sa véritable identité. Le film en parle de façon fantastique, mais il y a beaucoup de jeunes dans le monde qui se sentent différents. Un moment de croissance, c’est apprendre à se montrer. Se révéler. Avec les risques que cela comporte. L’amitié est une connexion. On se révèle, on ne peut pas se connecter.

Coco était explicite sur le concept de vie après la mort, mais déjà avec Monstres & Cie , déjà avec Wall-E , Pixar invitait les gens à réfléchir sur eux-mêmes en raisonnant sur le concept de diversité, de rencontres avec un autre monde. Est-ce la même chose pour Luca ?

Luca est la souris de la campagne qui se retrouve en ville. Son aventure dans les Cinque Terre inclut la nécessité de garder un secret. Son monde, si exposé, serait en danger. La rencontre avec l’autre est un danger. En 1700, les gens ne comprenait pas l’univers marin mais ont vu des choses et les ont dessinées comme des monstres. L’inconnu stimule l’imagination. La culture des pêcheurs ligures est pleine de bizarreries et celles-ci m’ont inspiré. À Tellaro, il y a la pieuvre secouant une cloche qui sort de l’eau pour alerter de l’arrivée des Sarrasins. À San Fruttuoso, il y a la légende du dragon de la baie. J’ai eu l’idée que ce sont les pêcheurs qui ont répandu ces rumeurs pour être seuls dans les étendues de mer poissonneuses. Pour nous, les Ligures, la mer est une fascination et un mystère. Elle attire comme elle effraie.

Quels livres y avait-il dans sa maison du jeune Enrico ?

Le plus important : Calvino. Mon court-métrage, La Luna, est inspiré de Cosmicomics. Calvino, vous le rencontrez à l’école mais il reste avec vous quand vous le relisez seul, plus tard. C’est un écrivain fantastique et surréaliste. Mais quand j’étais enfant, je lisais beaucoup de livres de Mickey, pour apprendre à dessiner. Aussi et surtout Donald Duck. Ce qui est drôle, c’est que nous, les enfants italiens, nous grandissons avec Disney, avec les manuels des Castor Juniors, bien plus que les Américains, qui sont à la place entourés de super-héros. J’ai regardé beaucoup de dessins animés japonais. Je les ai montré aux animateurs de Luca pour qu’ils s’en inspirent Conan, le fils du futur de Miyazaki ».

Votre premier dessin ?

Je ne sais pas, peut-être Snoopy, j’étais accro aux Peanuts. A 13 ans, j’ai eu une drôle d’idée. Que j’aimais les dessins animés mais pas le dessin. Alors je ne suis pas allé vers les Beaux-Arts mais vers sciences, puis l’ingénierie. J’avais pris le mauvais chemin. Je m’en suis rendu compte quand j’ai réalisé que je dessinais dans les marges de mes textes universitaires. Je suis arrivé à Milan, à l’Institut européen du design, je ne connaissais même pas la différence entre illustration et graphisme. Ils m’ont pris dans l’armée parce que j’avais suspendu mes examens et j’ai perdu une année. C’était frustrant. Tellement frustrant que je suis parti 4 jours après mon congé pour un atelier à Boston. Ceci est la preuve qu’il y a toujours du temps pour corriger ses mauvais choix.

Que pensaient vos parents de tout ça ?

Ma mère n’est pas une artiste, mais elle jouait du piano et avait de beaux livres de Degas. Je veux dire, elle me comprenait. Ils m’ont appris que la clé était d’apprendre l’anglais. Ils avaient raison. Je suis resté à Londres pendant 10 mois. J’étais serveur. Une expérience importante parce qu’elle vous donne envie de ne plus l’être. Mais à New York, j’en avais besoin, je m’en suis sorti. C’est une ville où vous pouvez toujours gagner deux dollars si vous avez besoin de subvenir à vos besoins.

En pensant aux Oscars gagnés par Mediterranea, La vie est belle, La grande bellezza. Quelle est vraiment la part d’Italie dans Luca qu’affectionnent les les Américains ?

Luca raconte l’Italie avec l’œil d’un enfant curieux, un poisson hors de l’eau qui ne connaît pas le concept de normalité. De Miyazaki, j’ai pris goût aux détails de la nature. J’ai essayé de reproduire le regard d’un extraterrestre, son émerveillement – comme on dit – l’étonnement. S’il y a un pastel Italie, c’est un pastel doré qui représente la première fois que Luca se trouve sur la place d’un petit village, la première fois qu’il voit le vent dans les feuilles d’un arbre ou la lumière filtrant à travers les branches. Il y a la spécificité d’un village, des vieilles dames qui mangent de la glace, un paysage qui n’est pas celui de la modernité. C’est peut-être une façon de montrer une Italie figée dans le temps. Dans Luca, il y a les années 50 et 60, c’est peut-être une Italie idéalisée mais c’est une belle Italie.

Soul a relancé un débat autour de la philosophie Pixar qui ne ferait plus, ou pas seulement, de films pour enfants. Est-ce une question que vous vous posez ?

Pas vraiment. Un film est lié au réalisateur et à l’histoire dont il veut parler. Chacun de nous offre des choses différentes. Quand j’ai vu Soul, je l’ai trouvé très différent de mon film et j’ai aimé qu’il soit si distant. Il pouvait encourager les enfants à parler de choses qu’ils auraient gardées en eux, ou une famille à leur parler de problèmes qu’ils n’auraient pas abordés. J’admire Pete Docter et ce qu’il a fait, mais Luca est très différent et le prochain film après lui sera également différent. Nous ne nous soucions pas de catégoriser les films – c’est pour les adultes, c’est pour les enfants. Le but est de trouver en chacun son originalité et la voix spécifique de l’auteur. Luca n’est pas existentiel, il n’est pas philosophique comme Soul. Mon film raconte à un adulte : Repensez à votre enfance et téléphonez à votre meilleur ami à qui vous n’avez pas parlé depuis quelques années. Demandez-lui comment il va.

Et comment va Alberto, que fait-il maintenant ?

Oh, Alberto vit à Rome. Il a fini dans l’armée de l’air. Il est devenu pilote, un « top gun », puis est devenu instructeur. Un vrai dur à cuire. Un colonel. Il a eu une vie plus passionnante que la mienne. Nous sommes restés en contact. On s’envoie des messages, je ne lui ai pas trop parlé du film, même s’il en sait sur le sujet. Lui parler au fil des ans m’a aidé à repenser l’amitié. Comment il est nécessaire de se séparer pour grandir de son côté.


Luca sort en juin 2021, et Disney prend bien soin de ne pas citer – pour le moment du moins – les écrans de cinéma.

Source de l’entretien (en italien) : Il venerdi

Image par défaut
Nicolas
Éditorialiste et contributeur occasionnel. Amateur de toutes formes d’animations. Adore fureter sur l’internet avec sa lampe frontale pour dénicher des raretés animées. Écrit ses autres lubies et obsessions pop-culturelles sur Grawr.fr.
Publications: 741