LeBron James devient un toon dans « Space Jam : Nouvelle Ère »

La nouvelle bande annonce de Space Jam : Nouvelle Ère, réalisé par Malcolm D. Lee (Girls Trip, Scary Movie 5), se dévoile avec des surprises et apporte des réflexions sur notre rapport à la pop culture.

Alors que le basketteur LeBron James visite les studios Warner avec son fils Dom , ils se retrouvent accidentellement piégés dans une dimension parallèle où tout l’univers Warner Brothers est contrôlé par le tout puissant AI G, une intelligence artificielle. Avec l’aide des Looney Tunes, la star de la NBA va tout tenter pour retrouver son fils disparu et battre les Goons, l’équipe de l’IA, composée des meilleurs basketteurs du monde.

Avec sa base d’intrigue assez classique, LeBron James va partir en quête de son fils disparu alors qu’il essayait de le convaincre de s’impliquer d’avantage dans le basketball. Ce voyage au cœur des différents univers de la Warner Bros va pousser le sportif à s’ouvrir aux autres et ainsi mieux comprendre son fils en constituant son équipe de Toons. Cette équipe d’outsiders le mènera jusqu’au match décisif face aux menaçants Goons et la relation père-fils contrariée servira de support émotionnel à la déferlante comique propre aux célèbres personnages animés. Le scénario porté par Ryan Coogler (Creed), Sev Ohanian (Searching : Portée Disparue) et Terence Nance (Random Acts of Flyness) peut aussi nous prendre à revers au vu des plumes convoquées à l’écriture de ce blockbuster estival.

La bande annonce déploie tout son arsenal de séduction en usant de nombreuses références à l’intention du public adulte et souvent parent afin qu’il se sente dans son élément. On est surpris par l’incursion de l’animation traditionnelle, James lui-même devenant un personnage cartoon, tout en étant accompagné des Looney Toons originaux tels que Bip Bip et le Coyote, ce que l’on devine grâce aux décors désertiques où le héros s’écrase. On est ensuite porté par une trépidation de citations, depuis Game of Thrones à Orange Mécanique en passant par l’incontournable Magicien d’Oz, dont les personnages emblématiques prennent la place du public pour cet ultime affrontement.

Space Jam : Nouvelle Ère

L’effervescence des réseaux sociaux a en ricochet fait ressortir Ready Player One, mais l’adaptation de Spielberg n’a pas le monopole de la pop culture. Dans cette démarche comique assumée, on peut facilement citer La Grande Aventure Lego (2014) qui transportait déjà ses protagonistes dans une constellation de références aussi fun que pertinentes. Disney a suivi le mouvement avec Ralph 2.0 et son réseau foisonnant de repères devenus iconiques. Il ne faut pas perdre de vue que l’essence même de Space Jam tend plus à un grand huit cartoonesque qu’à une leçon encyclopédique de nerditude et c’est ce que l’on espère pour le film final.

L’utilisation du Géant de Fer fait elle aussi débat, cependant elle n’est que le résultat du plébiscite autour de ce film devenu un monument de la pop culture animée. Avec la vigilance de Warner Bros sur l’attachement du public à ses différentes licences, vous ne manquerez pas de fer pour encore de nombreuses années. On assiste simplement au revers de la médaille de cette reconnaissance culturelle avec la liberté d’utiliser le personnage au sein d’univers globaux, ce qui est désormais une émanation bien ancrée dans le mainstream de ce jeu du perpétuel croisement des franchises issue des fandoms, repris par les corporations qui les possèdent… Il suffit de regarder le nombre de skins disponibles dans le jeu Fortnite ou dans Mortal Kombat 11 pour comprendre la manne que ca représente.

Cette bande annonce de Space Jam : Nouvelle Ère laisse présager l’amusement nécessaire pour cet été (sous réserve d’ouverture des salles). Laissons une chance à ce nouvel opus, un peu de lâcher prise et de rires ne feront de mal à personne !

Image par défaut
Muriel
Créatrice et rédactrice en chef de Little Big Animation, amatrice de curiosités et bizarreries animées. Vous pouvez aussi m'entendre faire grawr sur Grawr.fr !
Publications: 284