Créée par Raphael Bob-Waksberg et Kate Purdy, tout deux vétérans de Bojack Horseman, Undone ne ressemble à aucune autre série d’animation sortie ces dernières années. Visible dès aujourd’hui sur Prime Vidéo, la série est le fruit d’une technique bien spécifique : la rotoscopie.

Undone explore la nature élastique de la réalité par son personnage principal, Alma, vingt-huit ans, qui habite à San Antonio, au Texas. Après avoir frôlé la mort dans un accident de voiture, Alma découvre un nouveau rapport au temps. Elle développe cette capacité pour découvrir la vérité sur la mort de son père.

Si il y a un mot qui polarise la communauté de l’animation, c’est bien “rotoscope. Cette méthode aussi vieille que le cinéma, qui consiste à retracer ou insérer des personnes filmées et/ou des décors a pourtant été largement utilisée depuis plus de cent ans, à des fins créatives aussi différentes les uns que les autres, depuis les longs métrages de Ralph Bakshi jusqu’à A Scanner Darkly de Richard Linklater. Si cette technique est considérée comme de la triche par de nombreuses personnes de l’animation, il ne faut pas la confondre avec le fait d’utiliser des plans de référence pour animer un personnage (une méprise encore souvent faite actuellement, surtout par des profanes) elle peut, comme tout autre technique, être utilisée de manière créative

Car après que les artistes aient une première fois enregistré le texte, et qu’un storyboard ait été créé sur ces dialogues chez Submarine (dont le travail a pu être aperçu sur Bunuel après l’âge d’or), le tournage eu lieu à Los Angeles dans une boite noire avec des accessoires faits de carton avant de passer à l’étape de rotoscopage chez la société texane Minnow Mountain avant de repartir à Amesterdam chez Submarine où une équipe de 85 personnes ont travaillé à peindre le résultat final.

L’artiste Hisko Hulsing (Junkyard, Kurt Cobain: Montage of Heck) qui a choisi l’utilisation de la rotoscopie pour illustrer au mieux le déchirement de la réalité que subit Alma durant la série, transportée dans le temps et l’espace au risque d’y perdre l’esprit, a formé lui-même neuf artistes trois mois durant pour obtenir les 800 décors selon le style désiré.

Tommy Pallotta, producteur exécutif de la série (mais aussi producteur de A Scanner Darkly et réalisateur de Last Hijack, vu à Annecy en 2014) dit de la rotoscopie « qu’elle fait de la réalité quelque chose de à la fois étrangement familière et de bizarrement différent. » Pour lui la technique permet de capturer la spontanéité et les micro-expression involontaires des personnages, d’une manière que l’animation réalisée plus traditionnellement ne peut faire (ndr : elle le peut, mais cela demande des artistes talentueux, du temps et un budget le permettant). “Au bout du compte, de belles images ne suffisent pas à soutenir l’histoire, les émotions des personnages sont nécessaires pour lui donner vie. »

Undone, avec Rosa Salaz, Bob Odenkirk et Daveed Diggs, est disponible sur Prime Video.

Source des citations : NY Times

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *