Suicide Mouse : l’épisode maudit.


Il existerait une animation de Mickey Mouse dessinée par Walt Disney lui-même dans les années 30. Une animation de quelques minutes, où Mickey marche simplement, dans la rue. Mais cette séquence, inédite à la vente, aurait poussé un employé de Disney au suicide…

Il y a quelques années, l’entreprise Disney a lancé une grande campagne de numérisation de ses fonds, avec pour objectif, entre autres, la compilation DVD pour la vente. Un seul n’est jamais sorti…

Il s’agirait d’un loop, une séquence en boucle, où Mickey marche devant des immeubles, avant de disparaître en laissant place à un fond noir. Animée en noir et blanc et accompagnée d’un fond sonore étrange, comme des notes enchaînées aléatoirement au piano, la vidéo de 3 minutes a intrigué l’équipe chargée de numériser et choisir les cartoons qui sortiraient en DVD. En effet, dans cette séquence, Mickey n’a rien de son air habituel. Il ne danse pas, ne sourit pas, mais marche droit devant lui, avec un air triste.

On a toujours cru que la séquence se terminait ainsi, une fois que Mickey disparaissait et que l’écran devenait noir. Jusqu’à ce que Leonard Marlin, historien de l’animation et producteur américain chargé de regarder ces cartoons, décide de conserver une copie digitale de la séquence pour les archives, le film n’ayant pas la qualité pour une sortie DVD. C’est alors qu’il remarqua une chose des plus étranges : la vidéo affichait une durée de plus de 9 minutes et 4 secondes…

La suite aurait été rapportée par un assistant d’un des plus hauts dirigeants de Disney, présent à cette époque :

[quote author= » » bar= »true » align= »left » width= »860px »] »Après que l’image soit devenue noire, elle le restait jusqu’à la 6ème minute, et la séquence vidéo recommençait.

Mais la musique était différente cette fois. C’était une sorte de murmure. Ce n’étaient pas des mots, mais plutôt une sorte de gargouillement ou de pleurs. Au fur et à mesure, le son devenait de plus en plus indéfinissable, et à la minute suivante, l’image commençait à devenir étrange. Mickey marchait en ondulant, faisant avec son corps des mouvements physiquement impossibles. Ensuite son regard triste laissait lentement place à une sorte de sourire narquois. A la 7ème minute, le murmure se transformait en un cri à glacer le sang (le genre de cri qui fait mal à entendre) et l’image devenait plus sombre. Des couleurs apparaissaient sur l’image, ce qui n’était pas censé être possible à l’époque.

Le visage de Mickey commençait à se déformer. Ses yeux se retrouvaient en dessous de son menton et son sourire narquois à l’envers sur la partie gauche de son visage. Les bâtiments se déformaient et commençaient à flotter dans l’air.

M. Maltin s’est levé pendant la projection de la vidéo et a quitté la salle, avec l’air troublé, envoyant un employé visionner le reste de la vidéo et noter tout ce qui se passait jusqu’à la dernière seconde, puis mettre le disque dans la chambre forte. Le cri n’a pas cessé jusqu’à la 8ème minute environ, avant de laisser place brutalement au visage de Mickey présent dans les crédits de tous les épisodes de Mickey Mouse, avec un son de boîte à musique défectueuse. Ceci pendant environ 30 secondes. Et quoi qu’il ait pu se passer pendant les 30 dernières, je n’ai jamais réussi à avoir d’informations là-dessus. Un agent de sécurité qui faisait sa ronde devant la salle de projection m’a rapporté qu’immédiatement après que la vidéo se soit terminée, l’employé est sorti brusquement de la salle, pris de panique, le visage pâle en répétant « Je ne peux pas voir ce qui n’a pas pu être vu » 7 fois avant de prendre le pistolet de l’agent et de se tirer une balle dans la tête.

Ce que j’ai pu obtenir de Leonard Maltin, c’est que la dernière image du film était un extrait de texte en russe qui disait grossièrement : « les spectacles de l’enfer y ramènent ceux qui les regardent ». Que je sache, personne d’autre ne l’a vue, mais beaucoup ont essayé de la récupérer sur Internet par le biais des employés de Disney, qui ont démissionné immédiatement après. On dit qu’elle circulerait sur Internet et si les rumeurs sont justes, elle y serait sous le nom de « suicidemouse.avi ». Si un jour vous trouvez une vidéo ayant ce nom, je veux que vous ne la regardiez pas et que vous m’appeliez immédiatement, peu importe l’heure qu’il est. Quand les raisons de la mort d’une personne sont aussi bien cachées, c’est qu’elle cache quelque chose d’important.

Bien à vous,

TR. “[/quote]

A part cet employé à qui la vidéo a fait perdre la raison, personne n’a vu cette séquence en entier depuis. Il semblerait même que les employés de Disney qui auraient essayé de se la procurer aient perdu leurs emplois… Une chose est sure, suicidemouse.avi est connue pour pousser au suicides ceux qui la voient. Alors, si vous trouvez cette vidéo sur les méandres du net, et surtout ces dernières secondes jamais réapparues, ne tentez pas le diable, passez votre chemin.

Vous êtes prévenus, ne regardez Suicide Mouse que si vous êtes bien sûrs de vous.



Dernières publications

  • Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Pattie et la colère de Poséidon, la dernière née de TAT Productions

    Le 11 janvier 2023 au CGR de Blagnac, TAT Productions et Apollo Films ont présenté en avant-première toulousaine leur dernier long-métrage : Pattie et la colère de Poséidon, réalisé par David Alaux et produit par les frères Tosti. Le film sort en salles le 25 janvier et cible les familles désireuses d’aventures ! Des familles […]

  • Critique – Le secret des Perlims

    Critique – Le secret des Perlims

    Passé par le festival du film d’animation d’Annecy, Le secret des Perlims, deuxième long métrage d’Alê Abreu, est en salles depuis le 18 janvier via Ufo distribution : Claé et Bruô sont deux agents secrets de royaumes rivaux, ceux du Soleil et de la Lune, qui se partagent la Forêt Magique. Lorsque les Géants menacent […]

  • Critique – Gudetama : une aventure œuforique

    Critique – Gudetama : une aventure œuforique

    Depuis le 13 décembre, Gudetama : une aventure œuforique, showrunnée par Motonori Sakakibara, est disponible sur Netflix : L’œuf paresseux Gudetama se lance malgré lui dans une aventure incroyable au côté de Shakipiyo, un jeune poussin bien décidé à retrouver leur mère. Il s’agit de la seconde fois que Netflix s’implique dans l’adaptation de mascottes […]