En septembre, c’est le Cartoon Forum de Toulouse qui nous apporte un lot de projets de séries venant trouver des partenaires afin d’arriver sur nos écrans ! Parmi cette multitude se trouve un projet qui a retenu mon attention : Tempo et les animaux musicaux ! Pitché hier à l’assemblée toulousaine par son réalisateur Éloïc Gimenez (L’horizon de Bene, co-réalisé avec Jumi Yoon), co-écrite avec Claire Sichez (Iâhmès et la Grande Dévoreuse, Miru Miru), cette série d’animation musicale preschool a du potentiel !

Chaque matin, Tempo le lionceau  s’éveille à la lumière et au son d’un aube magique qui lui apporte un nouvel instrument magique. Alors qu’il apprend comment en jouer, i lest amené à rencontrer d’autres animaux musiciens habitant cette savane riche en couleurs et en mélodies. Que l’extravagance musicale commence !

Dessinée par la talentueuse Olesya Shchukina (Le Noël des animaux, présenté à Cartoon Movie 2018) avec une musique d’Alexis Pecharman, produit par Christophe Camoirano, Tempo et les animaux musicaux est un projet de série de 26 épisodes de 5 minutes, développé par Girelle Production, en collaboration avec Les Astronautes. Soutenu par le FAIA du CNC – Centre national du cinéma et de l’image animée, l’association Beaumarchais-SACD, le Ciclic-Région Centre-Val de Loire, Ciclic Animation, La Drôme, le Département, et Valence Romans Agglo. C’est Dandelooo, qui ont le nez creux pour ce genre de projets, qui en assureront la distribution.

Tempo et les animaux musicaux

Eloïc Gimenez et Claire Sichez ont eu la gentillesse de répondre à mes questions, avant le grand exercice du pitch pour Eloïc et une partie de l’équipe à Toulouse :

Comment est né le projet ?

Éloïc : Le projet est né il y a 3 ans, avec l’envie de mettre en scène un personnage entièrement musical au sein d’une savane très colorée et aérée. Le projet a ensuite été présenté à l’association Beaumarchais qui lui a décerné le prix du projet série TV, ce qui m’a encouragé à continuer dans cette voix.

Cependant je ne suis ni graphiste ni scénariste, et Christophe Camoirano, producteur du projet chez Girelle production m’a permis de m’associer avec Olesya Shchukina (auteur graphique) et Claire Sichez (scénariste, devenue également co-autrice de la bible littéraire). Ce sont ces rencontres qui ont permis de faire naître Tempo, nouveau titre du projet (anciennement intitulé Lionceau et les lucioles).

Nos échanges ont permis de renforcer l’idée de départ, de l’améliorer, parfois de la transformer mais toujours dans le but de respecter les intentions de départ, tout en s’efforçant de s’adapter aux contraintes de fabrication d’une série pour la télé. Nous travaillons maintenant avec l’auteur compositeur Alexis Pecharman, avec qui nous avons éclairci les enjeux musicaux du projet. Aujourd’hui nous avons abouti à la fabrication d’un teaser et d’un extrait d’un épisode pilote. Cette semaine, nous le présentons au Cartoon Forum 2019 dans l’espoir que ça plaise… surtout à une chaîne.

Y a-t-il des comédies musicales ou des références cinématographiques qui ont motivé la création de ce projet ?

Éloïc : Fred Astaire, Bill Robinson (dans Symphonie magique avec Lena Horne) dansent en boucle dans ma tête quand j’écris les premières lignes de ce projet. Après?… ça évolue. Maintenant je citerai sans surprise La petite taupe de Zdenek Miler, qui relate l’histoire d’une petite taupe découvrant le monde qui l’entoure, en toute simplicité, sans paroles et en musique.

Claire, tu avais déjà travaillé sur du format 5 minutes avec Miru Miru, est-ce que le procédé d’écriture a changé avec l’ajout de la notion de musique ? Si oui, quelles ont sont les spécificités d’écriture sur Tempo ? 

Claire : Le travail d’écriture sur Tempo est en effet très spécifique ! Il y a un petit moment d’aventure, de dramaturgie, pendant lequel Tempo et les petits animaux musicaux vont vivre un événement qui les empêche de jouer de la musique mais la série est plutôt orientée sur la découverte musicale. Il y a donc une bonne partie de l’épisode qui laisse place à la découverte d’un instrument, à la façon dont on en joue, aux différentes sonorités que l’on peut faire avec. C’est une série qui prend le temps de découvrir, à hauteur d’enfant, la musique. Il y a une progression dans les compositions que créée Tempo et c’est sur cet aspect là que nous voulons captiver les jeunes spectateurs ! Leurs faire ouvrir grand les oreilles ! Les entraîner dans le show de Tempo !

Tempo et les animaux musicauxComment imaginez-vous la coordination entre l’écriture, la création graphique et la composition musicale ? 

Éloïc : Sur le plan graphique la série reste dans un schéma « classique » de création et de fabrication. Les recherches graphiques ont été faites pendant l’écriture des premières versions du projet. Ensuite, ça se complique un peu. A mes yeux c’est le point innovant du projet : la musique fait partie de l’écriture d’un épisode. En ce sens, l’auteur compositeur à son mot à dire lorsque, avec Claire, nous commençons à écrire un épisode.

Quel type d’instrument Tempo découvre dans l’épisode? Percussif, à vent, à cordes? Comment peut-il tenir cet instrument et surtout quels sons peut-il faire avec? Tout l’enjeu de ces échanges est de trouver un instrument et une mise en scène suffisamment riche pour décider d’un épisode. Habituellement, un auteur compositeur intervient lorsque l’histoire est déjà écrite, voire lorsque l’animation est finie, c’est à dire en fin de production. Pour Tempo, c’est l’inverse, composition musicale et écriture se nourrissent mutuellement.

Vous êtes vous partagé les tâches avec Éloïc ou la création de la série fut-elle un aller-retour entre vous des écrits afin d’arriver à des versions finales ?

Claire : Il avait également créée autour de ce personnage un environnement qu’il voulait très simple et épuré pour que le petit spectateur puisse se focaliser sur l’aspect sonore et musical de la série. Ensemble, nous avons élargi l’univers de façon à pouvoir écrire 26 épisodes. J’ai amené l’idée d’avoir d’autres personnages autour de Tempo : des petits animaux qui font de la musique avec leur corps et j’ai également un peu plus structuré le déroulé des épisodes. Au fil de nos discussions et des différents retours que nous avons eu sur la bible, notamment de Christelle Gonnard et Antoine Lanciaux, nous avons continué a renforcer notre concept.Claire : Éloïc a écrit une première version du projet seul. Il a réuni autour de lui une belle équipe : Olesya Shchukina qui a fait la création graphique, Christophe Camoirano qui est le producteur et puis il m’a demandé de travailler avec lui sur l’écriture. Ensemble, il a s’agit d’ouvrir l’univers qu’il avait posé. Éloïc avait une idée très précise du personnage de Tempo qu’il voulait plein d’énergie, fanfaron et musicien dans l’âme !

Pour répondre à la question, il y a donc à la fois des idées qui nous sont venues chacun de notre côté ou grâce aux retours d’autres personnes. Et puis, il y a des idées qui nous sont venues au fur et à mesure de nos discussions par skype. Pour la rédaction finale des épisodes, généralement, je fais un premier jet et Éloïc intervient dessus. Pour l’épisode pilote, l’animatique qu’a réalisé Éloïc nous a également permis de reprendre le scénario. La série est très visuelle, il y a une seconde écriture très importante à l’image !

Tous mes remerciements à Claire Sichez et Éloïc Gimenez pour leur disponibilité. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *