Après La Grande Course au fromage et Dans la Forêt enchantée de Oukybouky, Rasmus Siversten revient en compagnie de ses héros Solan et Ludvig pour Le Voyage dans la lune. Vous pouvez retrouver les films en stop motion de Qvisten Animation dans le cadre du Little Festival lancé par Kmbo qui a lieu tout l’été dans vos cinémas.

Tous les pays du monde rêvent d’atteindre la Lune pour y planter leur drapeau. Solan et Ludvig décident de tenter leur chance à bord de la fusée construite par Féodor. Commence alors une incroyable odyssée spatiale !

Pour cette nouvelle et ultime aventure, Solan, Ludwig et Féodor vont se lancer un défi de taille : construire une fusée pour aller sur la lune. Le voyage sur la lune fait partie des récurrences de l’univers de la technique en stop motion et on se souvient avec beaucoup de tendresse du trip lunaire de Wallace et Gromit avec Une grande excursion et la quête de fromage du fameux binôme.

On retrouve ce traitement à la fois ludique et cosy dans la création de la fusée « La Pollo » créée par Féodor, avec la reproduction d’un intérieur norvégien avec même la présence de lits superposés en boiserie à l’ancienne : ce n’est pas pas parce que Solan et Ludwig vont dans l’espace qu’ils doivent oublier la chaleur du foyer !

Ce sens du détail se distingue aussi depuis les éléments mécaniques du tableau de bord jusqu’aux réacteurs et donne l’impression que les éléments de construction ont été chinés dans une brocante, ce qui apporte une touche steampunk à l’ensemble. La lune, quant à elle, n’est pas idéalisée mais dépeinte dans un monochrome de gris permettant ainsi de préserver la démarche artistique naturaliste des extérieurs établie par Qvisten dans les films précédents.

La conquête spatiale suscite des intérêts politiques aussi bien nationaux que mondiaux et le film offre une critique de cet aspect par le biais de nouveaux personnages : Stella Von Gnad, la maire du village et Vigfus Skonken, le haut fonctionnaire représentant de l’état norvégien. La première est obsédée par l’image et le rayonnement du village dans le monde et bien qu’elle ait un côté bourgeoise très caricatural, elle représente assez justement l’addiction très actuelle aux médias entretenue par le monde politique.

Le second est beaucoup plus sournois en laissant penser à Féodor qu’il agit dans un but noble. On notera au passage des blagues sur la politique américaine, russe et européenne, tout le monde en prend pour son grade et ça fonctionne à merveille. Personne n’est de taille face à la lune et ça, Ludwig le hérisson peureux l’a bien compris (il faut toujours écouter Ludwig !).

Cette insertion du politique est une nouveauté surprenante et rafraîchissante dans l’univers de l’univers de Solan et Ludwig, habituellement plus porté sur l’aventure. Ce parti-pris est encourageant pour les futures créations de Qvisten Animation, studio qui a montré jusqu’ici leur savoir faire avec une stop motion de qualité. Si vous aimez et connaissez l’univers de Solan et Ludwig, vous retrouverez des clins d’œil à la bande de M.Grigoux, antagoniste du précédent opus, et ces surprises sont à la hauteur de leur bouffonnerie.

Avec Le Voyage dans la lune, Rasmus Sivertsen conclut la trilogie de Solan et Ludwig en beauté en poussant le récit d’aventure vers la satire de la conquête spatial,e ce qui est bienvenu mais aussi un juste reflet de notre époque. Je vous le recommande sans détour lors de sa diffusion pour les 50 ans du Premier Pas de l’Homme sur la Lune, mais aussi lors de sa sortie nationale en salles le 6 novembre prochain !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *