A l’occasion de la journée mondiale de la santé mentale, l’ONF met à disposition le court métrage Shannon Amen, réalisé par Chris Dainty et rendant un vibrant hommage à son amie, l’artiste Shannon Jamieson :

Shannon Amen révèle les sentiments passionnés et parfois empreints de souffrance d’une jeune femme submergée par la culpabilité et l’anxiété, qui lutte pour concilier son identité sexuelle et sa foi religieuse. Une touchante élégie dédiée à une amie perdue à la suite d’un suicide.

Avec ce court métrage, le réalisateur retrace les moments passés avec son amie et explore les sentiments de Shannon, tiraillée entre son homosexualité et sa foi. L’utilisation du mix média (décors peints, live action, iceanimation) insuffle de la subtilité et donne ainsi corps aux différents talents artistiques de Shannon Jamieson. Les multiples techniques utilisées reflètent les strates émotionnelles de l’artiste, l’aspect pictural façon nature morte renvoie à son côté torturé tandis que la glace fortifie le sentiment de rejet de son homosexualité par l’église et son incompréhension face à une telle situation. Ses poèmes décalés rythment le métrage, ainsi que la musique rock folk composée par Jamieson elle-même.

Shannon Amen

« Pour vous, je suis un poisson avec un sourire au visage. Si élégante sur votre terre, mais échouée dans ce paysage. »

On apprécie la pudeur et la douceur présentes dans les moments de désir et d’exploration de la sexualité. Ces souvenirs sont reconstitués en live action, comme pour signifier et revendiquer leur existence à un réel photographique. On retrouve cette intention dans les moments quotidiens de Shannon, ce qui imprime dans l’esprit du spectateur un sentiment d’injustice encore plus appuyé.

Shannon Amen dresse un portrait complexe et touchant de l’artiste canadienne Shannon Jamieson que vous pouvez découvrir aujourd’hui sur Youtube et sur la plateforme de l’ONF. L’usage du mix média dans le cadre du témoignage documentaire permet de faire passer des notions intérieures et invisibles au public, comme nous l’avions déjà pu le voir dans Thanadoula, présenté dans la sélection du dernier OIAF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *