Cartoon Movie 2022, Jour 2 : héroïnes et réalisatrices à l’honneur

Cartoon Movie 2022, Jour 2 : héroïnes et réalisatrices à l’honneur

Deuxième jour de pitch à Bordeaux, et l’une des remarques que j’aurai pu faire dans mon compte-rendu du premier jour est que les projets famille/jeune public sont bien moins nombreux que ceux visant un public ado/adulte. Preuve d’une prise de conscience de la part des producteurs de la viabilité de ces projets ? Il sera intéressant de voir le nombre de films qui naitront de cette impulsion. Ma sélection de ce deuxième jour met en relief les projets de réalisatrices, ainsi que des portraits d’héroïnes fortes.

Suzanne

Commençons avec Suzanne, projet en développement coréalisé par Anaïs Caura (Eugene, l’adaptation en long-métrage de sa série The Man-Woman Case, également pitché cette année) et Joëlle Oost­er­linck, et coproduit par Anoki et Vivement Lundi ! qui retrace la vie de Suzanne Noël, pionnière de la chirurgie esthétique. On suit son parcours depuis la réparation des gueules cassées de la grande guerre aux prémisses de la chirurgie esthétique telle qu’on la connait aujourd’hui auprès de star comme Sarah Bernhardt.

On accompagnera le point de vue de Suzanne, tandis que les marqueurs historiques seront évoqués tout en abstraction. Ce projet est particulièrement remarquable car il replace les choix et les envies corporelles dans le regard féminin, la pop culture les ayant bien trop longtemps laissé aux hommes (Nip/Tuck, La mort vous va si bien). Arte est déjà partenaire du long métrage, budgété à 2 millions d’euros.

Starseed

Après The Island, la réalisatrice Anca Damian revient avec Starseed où elle raconte l’histoire de Loveness, une jeune fille albinos qui tente de survivre dans un quartier ironiquement appelé Los Angeles au Zimbabwe. Elle est accompagnée au scénario par l’autrice Novi­o­let Bulawayo (Glory, Il nous faut de nouveaux noms).

Anca Damian a mis en avant le réalisme magique et la volonté de faire vibrer les textures des éléments naturels dans un mélange live action et 3D. Cette présentation a suscité mon intérêt et le projet est en recherche de tous les partenaires possibles.

Flow

Pour faire suite à Ailleurs, Gints Zinbalodis sort de l’aventure solitaire accompagné de Dream Well et de Sacrebleu productions pour son nouveau projet de long métrage, Flow. On y suit un chat noir qui va affronter sa peur de l’eau au cours d’un long voyage où il va croiser la route d’un chien, d’un oiseau et même d’un capybara. Ces derniers auront un character design réaliste et une ligne narrative pour chacun d’entre eux. On retrouve le goût du réalisateur pour les grands espaces avec la traversée de lieux mythiques envahis par une nature foisonnante. La mise en scène appuiera l’aspect immersif du voyage avec des mouvements de caméra amples. Ce film évalué à 3.5 millions est déjà soutenu par Charades et UFO distribution.

In Waves

Adapté du roman graphique d’AJ Dungo et édité chez Casterman, In Waves réalisé par Phuong Mai Nguyen (Culottées) s’est dévoilé au travers d’images sentant l’iode et l’amour tragique. La réalisatrice travaille avec Samuel Doux et Fanny Burdino à l’adaptation en long métrage de cette puissante bande dessinée.

La direction artistique s’habillera de couleurs bleutées pour refléter les émotions d’AJ le protagoniste, tandis que les moments sur le surf seront dans une stylisation de gravure sur bois. Produit par Silex Films et estimé à 8 millions d’euros, ce pitch est l’un des plus prometteurs de cette édition.

Porcelain Birds

Retour à l’adolescence avec le binôme Ru Kawahata et Max Porter, qui dans Porcelain Birds nous font suivre leur héroïne, Kayo, dans les années 90, lors de son échange étudiant. Elle se retrouve dans un lycée californien où elle va se faire des amies avec Jessica et Geo, mais aussi rencontrer Ostrich-san qui l’emmènera dans un monde imaginaire.

Le film soulèvera la question du décalage culturel en empruntant les codes expressifs des teen movies américains et aussi la retenue de l’acting du cinéma japonais. On a pu voir un extrait où Jessica, élevée dans la culture US, pousse la réservée Kayo à lâcher un gros FUCK YOU dans la ruelle derrière le lycée. L’emphase sera mis sur la positivité de l’amitié féminine. La stop motion mêlant plasticine et textures de porcelaines fonctionne très bien et donne envie d’en voir plus. Avec son budget de plus de 8 millions, on lui souhaite d’atteindre ses ambitions.

Nayola

Terminons avec la coproduction Nayola, réalisée par José Miguel Ribeiro, déjà évoquée en détails par Fanny dans le Work In Progress du festival d’Annecy, dont j’ai pu découvrir quelques extraits terminés. On y découvre la persévérance de Yara, la petite-fille, à faire circuler son rap alors que les forces de l’ordre l’en empêche. La discussion familiale entre Yara et Lelena, la grand-mère, est rythmée par le son entêtant des horloges. Aussi, on retrouve Nayola, en quête de son mari disparu. La musicalité s’intègre de façon naturelle à la narration et aux tensions intergénérationnelles. La direction artistique ocre dégage beaucoup de chaleur. Hâte d’en découvrir plus, peut-être en juin.


Pour conclure, l’actualité de la guerre Ukraine/Russie a ponctué chaque session de ce Cartoon Movie 2022, par des allusions obliques ou des projets directement liés aux questions du déplacement des populations. Cette édition a surtout permis de faire le point et de confirmer des projets attendus depuis plusieurs années, mais aussi à s’ouvrir à quelques découvertes qui ne demandent qu’à se développer en coup de cœur au fil du temps. Ce retour en présentiel a également donné la chance à de nouvelles rencontres lors des grandes tablées de la cantine de midi. A l’année prochaine Bordeaux !

Muriel

Créatrice et rédactrice en chef de Little Big Animation, amatrice de curiosités et bizarreries animées. Vous pouvez aussi m'entendre faire grawr sur Grawr.fr !


Dernières publications

  • Critique – L’anniversaire de Tommy

    Critique – L’anniversaire de Tommy

    Adapté de l’œuvre jeunesse de Rotraut Suzanne Berner, L’anniversaire de Tommy, réalisé par Michael Ekbladh (Molly Monster), arrive en salles dès le 8 juin distribué par Gebeka Films : Tommy, un jeune lapin, vit paisiblement avec sa famille dans une jolie maison, entouré de nombreux amis. Mais la naissance de sa petite sœur bouscule les […]

  • « Suzume no tojimari » de Makoto Shinkai sortira en France début 2023

    « Suzume no tojimari » de Makoto Shinkai sortira en France début 2023

    A l’occasion du Festival de Cannes, Crunchyroll a annoncé aujourd’hui avoir acquis auprès de TOHO les droits mondiaux de distribution et de marketing (hors Asie) du prochain film de Makoto Shinkai, Suzume no Tojimari. De l’autre côté de la porte, il y avait le temps dans son intégralité… Suzume no Tojimari est une histoire de […]

  • Annecy 2022 – La liste commentée des longs-métrages en compétition

    Annecy 2022 – La liste commentée des longs-métrages en compétition

    Révélée ce lundi dernier, la sélection officielle des longs métrages en compétition du Festival international du film d’animation d’Annecy 2022. Comme chaque année, nous vous commentons cette liste attendue et pleine de projet que nous suivions depuis quelques années maintenant. Annecy 2022 sera-t-elle l’année des confirmations ? « J’aimerais rappeler l’état d’esprit dans lequel nous avons […]