Après l’excellent et justement récompensé Lou et l’île aux sirènes et le puissant et nihiliste Devilman Crybaby, Masaaki Yuasa a annoncé lors d’une masterclass lui étant dédié au 31ème Festival international du film de Tokyo ce dimanche son nouveau long métrage, Kimi to, Nami ni Noretara, que l’on peut traduire par « Surfons cette vague ensemble ».

Les deux protagonistes seront Minato Hinageshi, un jeune pompier de 21 ans, adroit et capable de tout, mais essayant toujours de donner le maximum, et Hinako Mukaimizu, une étudiante de 19 ans aimant surfer et très douée dans ce sport, ayant l’air insouciante et libre mais inquiète quant à son propre futur.

La Toho a dévoilé le synopsis suivant :

Entrant à l’université, Hinako Mukaimizu, une jeune fille de 19 ans, déménage dans une ville de la côte japonaise. Elle adore le surf et, bien que troublée par une certaine incertitude quant à son avenir, elle n’a plus peur de rien lorsqu’elle se trouve au milieu des vagues. Quand un incendie se produit dans la ville, Hinako rencontre Minato Hinageshi, un jeune pompier courageux de 21 ans. Alors qu’ils surfent et passent plus de temps ensemble, Hinako se sent attirée par Minato, qui est toujours prêt à aider les autres. Pour Minato, Hinako tient une place privilégié dans son cœur.

Yuasa a indiqué lors de l’annonce que les éléments du feu et de l’eau seraient très mis en avant lors de certaines séquences spectaculaires  pour raconter cette histoire romantique, une prolongation stylistique naturelle pour le réalisateur après l’eau de Lou et l’île aux sirènes et les flammes de Devilman Crybaby :

« Je n’avais pas conçu Lou et l’île aux sirènes comme une histoire d’amour, j’ai donc décidé d’en faire une avec ce film. Un certain élément de ce nouveau film le relie à l’histoire de Lou et l’île aux sirènes. Ce nouveau film va être plus accessible à des personnes plus âgées que la jeune Lou. Les deux personnages du film commencent à sortir ensemble mais ont beaucoup de secrets. Minato souhaite que sa vie soit un peu plus douce. »

Il est également revenu sur le symbolisme associé au surf, et à l’expression associée (« surfer sur la vague ») :

« Que ce soit dans le travail ou dans la vie, on a souvent l’impression de chevaucher une vague. Ça tient aux ‘ »bonnes conditions », mais les vagues s’en tiennent rarement à nos désirs. On choisit nos vagues et on essaie de les naviguer. De se laisser aller avec elles. On ne sait pas si la vague que l’on a pris va nous amener la où nous le désirons tant que nous n’avons pas fini de la chevaucher. Vous pouvez y penser aussi fort que vous voulez, mais vous ne le saurez pas avant d’essayer. Dans ce monde difficile, c’est surtout le sujet de prendre la bonne vague. Je voulais prendre des personnages purs et  les faire surfer. »

Kimi to, Nami ni Noretara sortira au Japon en début d’année 2019, le film étant en cours d’animation et dans les temps selon le réalisateur.

Source : Kimi-nami.com, ANN, Go Nagai World

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *