Révélée ce lundi, la sélection officielle des longs métrages en compétition du Festival international du film d’animation d’Annecy en ligne. Comme chaque année, Muriel et moi vous commentons cette liste attendue.

La guerre de 7 jours

Réalisé par Yuta Murano

D’après le roman éponyme pour jeunes adultes, cette histoire d’aventure estivale met en scène l’escapade de Mamoru et ses camarades ainsi que leur amitié, qui est mise à l’épreuve quand des adultes se lancent à leur poursuite.

Premier long-métrage, première bonne nouvelle puisqu’Eurozoom a déjà acquis les droits de cette guerre de 7 jours. Réalisé par Yuta Murano, scénarisé par Ichirou Okouchi, chara designé par Hiroshi Shimizu (Megalobox), cette adaptation du roman Bokura no Nanokan Sensô de Osamu Sôda, premier d’une série et datant de plus de trente ans a été animée au studio Ajia-do (la perle de 2010 You Are Umasou) avait déjà été adapté en live action en 1988 ! Une belle résonance pour une oeuvre sur la résistance adolescente, dont le message sociétal est toujours d’actualité, au Japon comme en France.

Nicolas

Bigfoot Family

Réalisé par Ben Stassen et Jérémie Degruson

Bigfoot, le père d’Adam, souhaite profiter de sa renommée pour sauver l’environnement. La protection d’une réserve naturelle en Alaska en proie à une compagnie de pétrole semble être la cause idéale ! Lorsque Bigfoot disparaît sans laisser de traces, son fils Adam et ses amis animaux sont prêts à tout pour le retrouver et sauver la réserve naturelle.

Suite du film Bigfoot Junior (distribué à l’époque par StudioCanal) de Jeremy Degruson et Ben Stassen en 2017, et plus gros succès du studio nWave depuis le diptyque Le Voyage extraordinaire de Samy/Sammy 2, Bigfoot Family semble défier et survivre à la vague de films d’animation de yétis que le public a affronté pendant un an et demi pour nous offrir un deuxième épisode qui se tourne vers le militantisme écologique, une des thématiques principales des films du studio belge. Apollo Films a acquis Bigfoot Family pour une sortie dans les salles françaises prévue le 21 octobre 2020.

Nicolas

Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary

Réalisé par Rémi Chayé

1863, un convoi dans l’Ouest américain. Martha Jane doit apprendre à s’occuper des chevaux pour conduire le chariot familial. Sauf qu’elle finit par mettre un pantalon et se couper les cheveux. Le scandale provoqué par son caractère bien trempé va l’obliger à affronter tous les dangers dans un monde gigantesque et sauvage où tout est possible.

J’ai eu la chance de voir les vingt premières minutes du film au dernier Cartoon Movie et la sensation d’aventure est bien présente au travers du point de vue de la jeune Martha Jane. On se laisse emporter par les grands espaces de l’Ouest américain. Camille est particulièrement impatiente à la découverte du nouveau long métrage de Remi Chayé, ainsi que le reste de l’équipe. On sera là ! Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary est pour le moment prévu le 14 octobre 2020 via Gebeka.

Muriel

Ginger’s Tale

Réalisé par Konstantin Shchekin

Potter, un garçon gentil et pauvre, trouve un objet magique appelé la Pierre de Feu, qui le rend riche et cruel. La méchante Reine décide de tuer Potter pour s’accaparer la Pierre de Feu. Seule une fille dénommée Ginger est en capacité de le sauver, grâce à son dévouement.

Sur le principe du conte autour de l’avarice, la jeune Ginger au look très Fifi Brindacier va devoir remettre dans le droit chargement Potter qui se transforme petit à petit en Capitaine Krabs sous l’emprise de son cher pognon. Il sera intéressant de voir comment la figure de l’héroïne ultra enthousiaste évolue et a été modernisée au sein de la narration. Même si l’animation traditionnelle promet beaucoup d’expressivité, on peut craindre un film cousu de fil blanc prenant peu de risques avec les tropes de la fantasy.

Muriel

Jungle Beat: The Movie

Réalisé par Brent Dawes

D’après la série à succès, “Jungle Beat: The Movie” raconte, à l’attention d’un public familial, une histoire charmante qui prend des proportions épiques. Un extraterrestre du nom de Fneep arrive dans la jungle et confère aux animaux la faculté de parler. Il est supposé s’atteler à conquérir la planète, mais tandis que Munki et Trunk, son ami l’éléphant, l’aident à retourner au vaisseau dans lequel il s’est crashé, Fneep découvre que la plus grande force dans l’univers, c’est l’amitié.

Adapté de la série du même nom et seul autre long-métrage en 3D de la sélection officielle, Jungle Beat: The Movie est également le premier film d’animation 3D produit sur l’île Maurice. Pour garantir son succès, un budget de 5 millions de dollars a été mobilisé, ainsi que le retour de Brent Dawes, le créateur de la série originale, Jungle en délire. Le pari de Maybe Movies est finalement assez similaire à ceux fait par le Studio 100 avec Maya l’abeille ou Vic le Viking, à ceci près que Jungle Beat: The Movie prendra son envol en vod dans le monde entier dès le 26 juin après son passage annécien.

Nicolas

Kill It and Leave this Town

Réalisé par Mariusz Wilczynski

Le personnage principal ayant perdu ceux qui comptaient le plus pour lui, il tente d’échapper au désespoir en se cachant dans un endroit sûr et rempli de souvenirs. Au fil des ans, une grande ville se forme dans son imagination. Des héros issus de la littérature et des dessins animés de son enfance viennent la peupler sans y avoir été invités. Quand le protagoniste découvre qu’ils sont tous devenus vieux et que la jeunesse éternelle n’existe pas, il décide de retourner à la réalité.

La bande annonce nous plonge dans un univers proche de la bande dessinée indépendante teintée d’humour noir et de rupture de tons. Avec ses différentes techniques d’animation de papier découpé au côté traditionnel, j’ai bien envie de tenter ce long métrage qui m’évoque la pertinence de l’univers de Don Hertzfeldt. A suivre avec intérêt.

Muriel

Lupin III The First

Réalisé par Takashi Yamazaki

Le fameux Lupin et sa fine équipe s’associent à la jeune Laeticia afin de dérober le Journal de Bresson, un trésor que même son grand-père le célèbre Arsène Lupin n’a jamais réussi à voler.

“Lupin Trois” (à prononcer avec une intonation sixties) ou Edgar de la Cambriole a connu différentes sensibilités et visages, depuis Hayao Miyazaki jusqu’à Takeshi Koike. Ce fringuant quinquagénaire qui a aussi croisé le non moins célèbre Détective Conan se pare d’une animation 3D impressionnante dans les scènes d’action et une volonté forte de respecter le chara design original de feu Monkey Punch. Il sera intéressant de voir comment Takashi Yamazaki (Stand by me Doraemon, Dragon Quest : Your Story) inscrit “Rupan sensei” dans une vibe contemporaine pour attirer un nouveau public tout en préservant les fans les plus anciens. On espère très fort le découvrir dans nos salles grâce à Eurozoom.

Muriel

Nahuel and the Magic Book

Réalisé par German Acuña

Nahuel vit avec son père dans une ville de pêcheurs, pourtant la mer lui inspire une peur profonde. Un jour, il trouve un livre magique qui semble être la solution à son problème. Mais un vilain sorcier, à la recherche de l’ouvrage, capture son père. Pour Nahuel, c’est le début d’une aventure au cours de laquelle il va devoir délivrer son père et surmonter ses craintes.

Les longs-métrages d’Amérique latine sont toujours prometteurs, et Nahuel and the Magic Book n’échappe à la règle. Cette production chilienne montre à nouveau la vitalité du courant de l’animation traditionnelle qui traverse le continent sud-américain, depuis les voisins brésiliens de Filme de Papel à ceux mexicains de Fotosintesis media, il y a une soif de mettre en scène des récits maisons auquel German Acuña et son équipe ont répondu. Nahuel and the Magic Book provoquera-t-il la surprise ? Je l’espère !

Nicolas

Petit Vampire

Réalisé par Joann Sfar

Petit Vampire vit dans une maison hantée avec une joyeuse bande de monstres, mais il s’ennuie terriblement ! Une nuit, accompagné par Fantomate, son fidèle bouledogue, Petit Vampire s’échappe du manoir, bien décidé à rencontrer d’autres enfants…

Après 52 épisodes de série télévisée basée sur la bande-dessinée éponyme de Joann Sfar, Petit Vampire prend la forme d’un long-métrage, toujours sous l’égide du dessinateur qui revient à l’animation après La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil. Récompensé du prix de la fondation Gan l’année dernière au terme de la présentation de son work in progress, Petit Vampire est prévu pour une sortie le 21 octobre chez StudioCanal. Connaîtra-t-il le même destin que Le Chat du rabbin en 2011, à savoir repartir avec le Cristal du long métrage ? Il faudra patienter pour le découvrir !

Nicolas

The Nose or the Conspiracy of Mavericks

Réalisé par Andrey Khrzhanovsky

Pendant la première moitié du XXe siècle, Staline fit régner la terreur en Russie. Le film décrit cela en combinant des paysages, des biographies et des chefs-d’oeuvre de peintres, de compositeurs et d’écrivains russes qui faisaient figure, durant cette période de totalitarisme, d’artistes d’avant-garde.

Ce film sur le discours de l’histoire se rapproche du documentaire 1917, the real october présenté à Annecy en 2017. On y retrouve cette maîtrise du papier découpé avec un apport de matière plus gouachée dans la bande annonce. Il sera pertinent d’observer la dépiction de la figure stalinienne et l’élaboration des points de vue sur cette période de l’histoire russe.

Muriel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *