Publié il y a quelques jours via Medium, le billet intitulé My experiences of systemic racism and sexism at Pixar d’une personne s’étant nommée “muslim brown woman” et ayant travaillé chez Pixar dans les années 2010 a fait le tour des réseaux, éclairant sur la situation des personnes racisées et en minorité dans ce qui est vu de l’extérieur comme une machine à rêves. La fin en 2018 du patronat de Lasseter, qui rimait avec abus sexuels (étouffant au passage le scandale de l’entente des salaires de son collègue Ed Catmull ayant eu lieu l’année précédente)  comme de pouvoir laissait planer que Disney s’était emparé de l’affaire en essentialisant l’homme, comme si toutes les racines du mal ne pouvaient venir que de lui.

Une méthode couramment utilisée pour servir des opération de communication dites “mains propres” mais ce texte, traduit ci-dessous démontre bien le sexisme, le racisme comme le classisme systémique ayant lieu au studio, et autant de problème étouffé par des managers petits chef et des ressources humaines dont le but est, il faut toujours le rappeler, de protéger l’entreprise et non ses salariés (dernier épisode en date, l’affaire Ubisoft).

Mes expériences du racisme et du sexisme systémiques chez Pixar

Trigger Warning  : Santé mentale, SSPT, images de civils afghans morts
Je voulais écrire sur ce sujet depuis des années, mais ça reste difficile pour de nombreuses raisons. Être obligée de revivre les traumatismes et le besoin de guérir et de passer à autre chose. Le risque aussi d’un impact négatif sur ma carrière et de répercussions juridiques, alors qu’il est déjà assez difficile d’être une musulmane racisée qui se fait entendre sur le lieu de travail. Heureusement, j’ai trouvé ce courage en voyant des personnes aux identités marginalisées raconter leurs expériences de racisme dans les entreprises où elles ont travaillé – ces mêmes entreprises qui tentent maintenant d’effacer leur complicité dans le racisme systémique via des actions performatives en faveur du mouvement Black Lives Matter.

Les meurtres de personnes racisées par la police dans la région de la Baie de San Francisco ne sont pas une nouveauté. Pixar est situé dans la ville d’Emeryville, adjacente à Berkeley et Oakland. Beaucoup de mes collègues, pour la plupart blancs, vivaient dans les quartiers d’Oakland, autrefois à prédominance noire, qui se sont embourgeoisés et où l’utilisation de la police pour criminaliser et assassiner des vies noires est très répandue et a fait l’objet d’une reconnaissance internationale. Il faut être délibérément ignorant pour ne pas être conscient de ces problèmes quand on vit et travaille dans cette région de la Baie.

Pixar avait un groupe de courrier électronique politique où les employés partageaient des opinions politiques allant des libéraux à la droite. Les collègues discutaient également de tout, y compris de la politique, à la table du déjeuner ou lors des happy hours organisés par les employés dans les bars du site. Les types de points de vue politiques qui se présentaient étaient souvent racistes, classistes, xénophobes et problématiques. J’étais naïve à l’époque et je pensais que si j’informais les libéraux que je percevais comme ignorants mais bien intentionnés sur le racisme systémique, l’oppression de classe, la brutalité policière, etc. ils commenceraient à comprendre et à s’intéresser à ces sujets.

Lorsque j’essayais de parler de la violence quotidienne de la police contre les noirs et de l’embourgeoisement qui provoquait le déplacement de la population noire, majoritairement pauvre et ouvrière, dans les quartiers où nous travaillions et vivions, du mouvement contre la brutalité policière après le meurtre d’Oscar Grant par l’officier de police Johannes Mehserle, et de ses conséquences jusqu’aux émeutes d’Oakland, des luttes pour les droits fonciers des peuples indigènes, y compris le Shellmound Emeryville Memorial, site funéraire sacré du peuple Ohlone, mais j’étais naïve.

Les réponses que j’obtenais de mes collègues, pour la plupart blancs, allaient de “Eh bien, nous n’aurions pas toutes les bonnes choses que vous voyez autour de vous si ça ne s’était pas passé comme ça” à “Je m’inquiète pour la valeur foncière de mon terrain” à “Je ne vois pas de problème, les choses fonctionnent très bien pour moi” (oui, il s’agit d’authentiques réponses de mes collègues). En outre, mes collègues n’étaient généralement pas favorables aux manifestations contre la brutalité policière et au mouvement Occupy Oakland, auxquels j’ai participé et dont j’avais espoir que mes collègues privilégiés, pour la plupart blancs,  comprendraient et soutiendraient les enjeux.

Quand Alan Blueford, un autre jeune homme noir, a été assassiné par l’OPD, et que j’ai partagé mes réflexions à ce sujet dans le groupe mail politique, la réponse d’un collègue masculin blanc a été de défendre le racisme de la police et certainement pas de soutenir les personnes noires. Personne ne l’a contredit. Mes collègues de Pixar, qui jouissent d’un immense privilège de classe et de race, n’étaient pas prêts à accepter qu’il y ait des problèmes majeurs de racisme et d’oppression systémiques tout autour de nous, dans les quartiers où nous vivions et dans ceux qui se gentrifiaient à cause de nous. Plus j’essayais de partager sur ces problèmes systémiques, plus je m’isolais. Et finalement, je suis devenu une cible, j’ai été mis sur un PIP (Plan d’amélioration des performances) et j’ai été viré.

Vous trouverez ci-dessous les incidents liés au racisme et au sexisme qui se sont produits pendant mon séjour chez Pixar.

Un jour, à la table du déjeuner, une femme blanche occupant un poste technique supérieur a fait devant moi des commentaires racistes en disant que les Asiatiques étaient avares et aimaient faire des réserves. C’est peut-être mon air choqué qui l’a fait réfléchir, puis elle a ajouté : “Ne vous avisez pas de dire que je suis raciste, je suis mariée à un Asiatique, alors je peux dire ce que je veux à ce sujet”. J’ai répondu que c’était quand même raciste de le dire. Après cela, elle m’a ignoré totalement. J’étais une junior, elle était une senior qui était là depuis des années, et je savais que j’allais en prendre pour mon grade pour ce que je venais de faire. Alors, après quelques temps, je me suis arrêté à son bureau et j’ai essayé de me racheter, mais elle m’a ignoré et a refusé de me parler. Bien sûr, elle n’allait jamais reconnaître que ses commentaires étaient effectivement racistes.

Pixar disposait d’un groupe de diffusion par mail pour le covoiturage. Un jour, j’ai envoyé un e-mail pour demander qu’on me ramène chez moi. M., qui était un ingénieur senior, s’est arrêté à mon bureau pour me dire qu’il était disponible pour me ramener. J’ai accepté, sa maison n’étant qu’à 10 minutes de chez moi. Après avoir garé sa voiture devant ma résidence, il a tendu la main et a commencé à me tripoter la cuisse, j’étais horrifiée. J’ai détaché ma ceinture de sécurité, pris mes affaires et déverrouillé la portière de la voiture aussi vite que possible. J’ai attendu des mois avant de trouver le courage de demander à nouveau à faire un tour sur le groupe mail de covoiturage.

Dès que j’ai envoyé mon mail, M s’est à nouveau arrêté à mon bureau et m’a dit que je pouvais toujours lui demander de me déposer et que je n’avais pas besoin de le faire sur le groupe. Il insistait également pour que je me confie à lui si jamais j’étais “stressé”, c’est-à-dire pendant la période où mon manager me traitait mal. Je me sentais humiliée, vulnérable et incapable de lui dire d’aller se faire foutre. Je voulais le dénoncer aux RH mais je savais que je ne serais pas soutenue. Des années plus tard, mes hypothèses sur la culture de l’entreprise et les RH ont été validées lorsque la culture de harcèlement sexuel qui sévissait chez Pixar a été rendue publique.

Lors des déjeuners d’équipe, un hipster blanc qui travaillait aussi dans le domaine de la technologie, objectivait les femmes, discutait de leur apparence et de ses rencontres sexuelles avec des femmes, tout cela me mettait vraiment mal à l’aise. Alors un jour, j’ai dit qu’il était sexiste. Il m’a fait entrer dans son bureau et m’a averti de ne plus jamais dire cela. Je me suis sentie effrayée et incapable de me défendre, et j’ai subi des pressions pour m’excuser contre ma volonté.

À une autre occasion, un homme blanc qui était un cadre supérieur de mon équipe, s’est assuré de me faire savoir qu’il avait un problème avec les musulmans parce que, selon lui, lorsque des actes de terrorisme se produisaient, les musulmans gardaient le silence et ne condamnaient pas assez ces actions. Je me demande s’il condamne le meurtre de vies noires par la police à chaque fois que cela se produit. Il est fort probable que non.

Lorsque le criminel de guerre Sergent Bales a assassiné 16 civils afghans de la manière la plus horrible qui soit, le directeur de Disney a immédiatement envoyé un mail à tous les employés, y compris à Pixar, pour leur dire à quel point ils soutenaient les troupes et les vétérans. Il n’y a eu aucune mention ou condamnation de cet acte horrible qui a fait l’actualité du monde entier.

Je ne mettrais pas en doute le fait que ces PDG et dirigeants ont envoyé des mails à Blue Lives Matter immédiatement après le meurtre d’êtres humains noirs par la police, s’ils pouvaient s’en tirer. Le traumatisme de tout cela est trop important pour que je puisse même en parler. Je me suis effondré et j’ai pleuré à mon bureau. La responsable de mon manager a semblé empathique en m’écoutant m’effondrer, mais elle m’a ensuite dit “peut-être que cet endroit n’est pas pour toi”.

MISE À JOUR : Je me suis abstenue de publier les images de nos morts et mutilés. Mais certains d’entre vous ne comprennent pas, vos PDG et vos cadres n’ont plus le droit de faire la fête sur nos cadavres !
racisme à Pixar

Bien qu’il y ait eu des femmes à des postes de direction chez Pixar, elles étaient majoritairement blanches. Bien que la Région de la baie de San Francisco soit un endroit très diversifié, la majorité des employés de Pixar sur le campus étaient également majoritairement blancs, la majorité des personnes travaillant dans le domaine de la technologie étaient également majoritairement blanches, et tous les membres de mon équipe immédiate étaient des hommes ou des blancs. Les quelques personnes noires que je voyais sur le campus travaillaient à la cafétéria, à l’expédition du courrier ou à la sécurité. Sur 1200 employés à l’époque, seule une poignée était noire. Il y avait quelques autres Asiatiques du Sud et de l’Est.

Lorsqu’un poste s’est ouvert pour une assistante de direction pour D, une femme blanche qui est une productrice reconnue à Hollywood, j’ai immédiatement envoyé l’offre d’emploi à une amie qui est une femme noire hautement qualifiée. Nous sommes allées à l’école de cinéma ensemble, et elle avait des années d’expérience de travail avec de grandes stars à Hollywood. Pixar semblait ravi de mon amie et l’a engagée. Je ne savais pas que je l’avais recommandé pour un poste où elle serait soumise à des abus quotidiens, à des micro-agressions et au racisme. Au cours de séances où D. a réprimandé et humilié mon amie, elle lui a dit qu’elle n’était “pas assez soumise”. Le fait que D s’attende à ce que les femmes noires soient “serviles” et dise cela est RACISTE et inacceptable ! Parmi les autres micro-agressions de D, il y a eu le fait de dire à mon amie noire qu’elle était “trop confiante” et “égalitaire”. D a renvoyé mon amie après 6 mois de travail.

Mon amie et moi avons dû signer des indemnités de licenciement non divulguées, soit deux mois de salaire, ce dont nous avions tous deux désespérément besoin à l’époque. C’est pourquoi il m’a fallu des années pour trouver le courage et la force de m’exprimer enfin. Si Pixar et son équipe juridique me poursuivent, je m’assurerai de publier un article à ce sujet également. Je regrette de ne pas avoir eu la force ou le pouvoir de défendre mon amie noire et d’appeler D à l’époque.

Et maintenant, je vais partager l’histoire de mon PIP.

Je suis tombée enceinte vers la fin du mouvement Occupy Oakland. À peu près à cette époque, mon directeur m’a fait entrer dans son bureau et m’a fait part de certaines inquiétudes concernant ma “productivité” et mes interactions avec mes collègues. Ma crainte d’être ciblée pour m’être exprimée était devenue une réalité. Je me sentais vulnérable, alors je lui ai dit que j’étais enceinte et que j’essaierais de faire mieux.

Après ça, mon manager et mes coéquipiers m’excluaient des réunions et lorsque je demandais pourquoi, ils s’excusaient en disant que puisque j’allais être en congé pendant une longue période, ils ne pensaient pas qu’il était nécessaire de m’inviter. J’ai trouvé cela troublant parce que, contrairement à la pratique courante qui consiste à prendre 6 mois ou plus de congé, adoptée par nombre de mes collègues plus privilégiés qui sont devenus parents chez Pixar, je savais que je n’avais pas le luxe de prendre plus de temps de congé que le montant payé de 2 à 3 mois.

J’ai repris le travail dès la fin de mon congé de maternité. Mon manager m’a mis sous PIP peu de temps après. À l’époque, je n’avais aucune idée de ce que cela signifiait vraiment. Ma santé était en déclin, j’étais épuisée d’être une nouvelle maman avec un bébé de 3 mois, et au lieu d’e bénéficier de facilitées à reprendre le travail comme beaucoup de mes autres collègues, j’avais maintenant des exigences, des pressions et des objectifs supplémentaires à atteindre au-delà de ce dont j’étais capable à l’époque. En revanche, une collègue blanche qui est devenue mère à la même époque et dont le mari travaillait également dans cette entreprise a été réintégrée plus facilement grâce à des horaires à temps partiel.

Ma santé déclinait rapidement, je souffrais constamment de douleurs chroniques car je restais debout tard, je manquais de sommeil et j’essayais d’apprendre de nouvelles choses tout en allaitant mon enfant. Comme c’est souvent le cas des cadres qui utilisent les PIP pour se débarrasser des employés qu’ils n’aiment pas, chaque mesure que j’ai prise pour améliorer ma situation a été utilisée contre moi. Lorsque j’ai essayé d’apprendre de nouveaux systèmes ou de nouvelles technologies et que j’ai posé des questions à d’autres collègues plus compétents, il s’est servi de cela contre moi.

Il m’a averti de ne pas demander l’aide d’autres collègues. L’une des exigences du PIP était de s’inscrire à un cours pour apprendre une nouvelle compétence. Je me suis donc inscrit à un cours de programmation, et j’échouais parce que je n’avais vraiment pas la capacité de bien faire à ce moment-là. Je n’ai pas eu d’autre choix que d’abandonner. Lorsque j’en ai informé mon manager, il était furieux. Il me disait que les gens venaient le voir et se plaignaient de moi, mais quand je demandais qu’il soit plus transparent pour pouvoir comprendre mes erreurs et m’améliorer, il refusait de partager le contenu des plaintes. Cela m’a rendu encore plus anxieuse et stressée et incapable de bien fonctionner.

Pendant cette période, une femme ingénieure blanche m’a soutenu et m’a aidé à apprendre de nouvelles techniques de codage. Elle me prêtait ses livres et m’aidait lorsque je restais bloquée sur un problème. Elle soulignait mes points forts, m’encourageait et me disait qu’elle avait confiance en moi et que je pouvais y arriver. Elle me disait que ce qu’ils me faisaient était mal et injuste. Je tiens à la remercier d’être une bonne amie et une alliée.

En raison de tout le stress et de la fatigue, j’avais aussi du mal à maintenir ma réserve de lait. Comme chaque geste que je faisais était surveillé par mon responsable, je craignais le temps accru qu’il me fallait pour produire assez de lait pour mon bébé lorsque j’allais dans la salle des mères pour tirer le lait. C’est encore très difficile pour moi d’écrire à ce sujet. J’ai ressenti de la honte et de l’humiliation à chaque étape du processus.

Finalement, j’ai été vue par un psychiatre et un rhumatologue, qui m’ont diagnostiqué une dépression post-partum et une fibromyalgie, entre autres choses. Ils ont demandé que je sois mis en invalidité pendant 8 semaines pour me rétablir et ensuite retourner au travail. Après cinq semaines de participation au PIP, j’ai donc été en invalidité pendant huit semaines. J’ai également été mise sous IRSN. Les médicaments ont réduit les symptômes de la fibromyalgie, et je n’avais presque plus de douleurs. Après une journée passée à la maison, ma réserve de lait était également revenue immédiatement. J’ai pu nourrir mon enfant qui refusait de prendre le biberon, ce dont je lui suis immensément reconnaissante.

J’ai dû reprendre le travail à la fin des 8 semaines d’invalidité. Dès mon retour, mon responsable m’a fait savoir que les 3 semaines restantes du PIP reprenaient. J’ai dû me surpasser à un moment où j’avais besoin de la compréhension et de la compassion de mon supérieur, tout en sachant que, quels que soient mes efforts, j’étais vouée à l’échec – tout cela a provoqué un nouveau déclin de ma santé. Mes douleurs fibromyalgiques sont revenues, mon médecin a donc augmenté ma dose de médicaments, et j’ai commencé à ressentir des effets secondaires négatifs tels que le saignement de mes gencives dû à une sécheresse sévère de la peau et de la bouche. Au moment où mon manager m’a invité à la fin du PIP pour me virer, j’étais plus que prête à quitter Pixar. J’en avais assez des traitements inhumains et de l’humiliation quotidienne. J’avais besoin d’espace pour respirer, récupérer et guérir. Travailler chez Pixar tout en étant une jeune maman et une femme de couleur était tellement toxique que cela me rendait littéralement malade.

Après avoir perdu mon emploi chez Pixar, j’ai également perdu mon assurance maladie à un moment où j’en avais le plus besoin. Il m’a fallu couper mon traitement IRSN, et des mois pour me remettre des lésions cérébrales et de la dépression sévère qui ont suivies. Ma vie a été bouleversée, il m’a fallu des années pour me remettre sur pied, moi et ma carrière.

Mes douleurs fibro, mon post-partum, mon stress et mon anxiété, etc. augmentent à mesure que je revis le traumatisme en écrivant tout ceci, j’essaie de ne pas m’effondrer et de ne pas pleurer, cette merde se déclenche même après 8 ans. C’est ainsi qu’un système d’oppression suprématiste, capitaliste, hétéro-patriarcal et capacitif inflige une violence quotidienne à notre santé mentale et physique. Je ne veux pas me sentir comme ça, mais je dois partager ma vérité pour que les autres femmes, surtout les femmes de couleur, sachent qu’elles ne sont pas seules. Nous méritons que notre humanité et notre dignité soient préservées. Surtout sur le lieu de travail.

Depuis, j’en ai appris assez sur les PIP dans des articles et des témoignages personnels partagés dans les groupes de femmes travaillant dans la technologie pour savoir que c’est un outil utilisé pour se venger, punir et écarter les employés aux identités marginalisées, et que l’utilisation des PIP pour écarter les nouvelles mères qui retournent au travail est également assez courante.

Je n’ai aucun doute sur le fait qu’être une femme musulmane racisée qui s’est exprimée avec force sur le racisme systémique, la brutalité policière, l’embourgeoisement, lorsque ses collègues ont exprimé leurs opinions racistes, sexistes et de classe – je suis une militante qui est passée dans les médias nationaux pour avoir documenté la nuit où une force de police hautement militarisée a fait une descente dans le camp d’Occupy Oakland, déployant des gaz lacrymogènes sur les manifestants – et le fait que je sois une musulmane afghane qui a remis en question les motivations de la direction de Disney qui a envoyé un courriel militaire proaméricain à toute l’entreprise immédiatement après un horrible crime de guerre – tous ces éléments ont joué un rôle dans le fait que mon travail était visé.

Malgré la vague actuelle de soutien à Black Lives Matter sur les lieux de travail, je crains à nouveau d’être ciblée si je m’exprime trop sur le racisme ou l’abolition de la police, si je dis trop de choses en faveur des soulèvements en réponse au meurtre de George Floyd par la police, ou si je défends trop mes collègues de travail. Malheureusement, comme de nombreux militants, je dois faire très attention à ne pas dévoiler mon travail politique et à le séparer de mon travail et de mes collègues.

Des PIP existent dans d’autres entreprises où j’ai travaillé et ont été utilisés contre des femmes ingénieures racisées pour les punir et les licencier. En fait, ce qui m’a finalement donné le courage et le chemin à suivre pour écrire sur mes expériences chez Pixar, c’est le fait que plusieurs femmes de couleur ont publié leurs histoires de racisme et de sexisme systémiques sur Medium. La vérité est que nous devons démanteler l’oppression systémique sur le lieu de travail tout autant qu’en dehors de celui-ci. Alors que les travailleurs sont montés les uns contre les autres dans un système capitaliste, qui fonctionne avec le racisme, le sexisme et d’autres formes d’oppression systémique, nous devons réaliser que notre pouvoir réside dans notre capacité à nous organiser et à être solidaires les uns des autres.

Rejointe par d’autres ex-collègues qui ont validé ses dires et par un nombre incalculables d’artistes racisées qui se sont reconnues dans ce texte, “muslim brown woman” a depuis un peu modifié pour éviter que le tout venant ne reconnaisse certaines initiale et parmi elles une certaine “D”, une productrice toutefois déjà reconnue pour sa dureté avant même que ce billet ne mette en valeur son racisme, et qui a quitté Pixar en 2018 après avoir gagné l’oscar du meilleur film d’animation pour Coco

Les commentaire en dessous de l’article sont également édifiants et mettent en exergue d’autres actes de “D”, dont le fait d’avoir éjecté de la production de Toy Story 2 une autre productrice racisée. Si “D” est aujourd’hui hors du studio, on peut légitimement se demander quelle est la situation actuelle à Pixar pour ses employés racisés, alors que Disney est en pleine opération de communication sur Soul, dont le personnage principal est afro-américain et dont la production a promu tardivement le co-scénariste noir Kemp Powers au poste de co-réalisateur aux côtés de Pete Docter, tandis que dans le même laps de temps tout est fait pour mettre en avant les artistes racisé.e.s du studio… Est-on encore en pleine opération de communication ?

Rappelons qu’à l’heure actuelle, la seule artiste racisée à avoir un projet de long-métrage chez Pixar reste Domee Shi, la réalisatrice du court-métrage Bao.

One Comment

  1. Pingback: "Raya et le Dernier Dragon" : Disney dévoile son long-métrage de mars 2021 | Little Big Animation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *