« Belle » de Mamoru Hosoda : nouvelle bande-annonce et infos !

Après l’annonce fait en décembre par le studio Chizu, le nouveau long-métrage de Mamoru Hosoda, Belle, se dévoile de plus en plus, tout comme les différents artistes ayant intervenu dans la production, mais aussi un nouveau résumé traduit ci-dessous :

Suzu est une lycéenne de 17 ans qui vit dans la campagne de la préfecture de Kochi avec son père. Elle aimait plus que tout chanter avec sa mère, mais à la suite de la mort de celle-ci, elle n’est plus capable de chanter. Il n’a pas fallu longtemps pour que Suzu et son père s’éloignent l’un de l’autre et qu’elle ne ferme son cœur au reste du monde. Ayant l’impression qu’écrire de la musique reste désormais le seul but de sa vie, Suzu découvre l’immense monde virtuel connu sous le nom de « U », où elle prend l’avatar de Belle : Une autre elle, une autre réalité, où nul n’est limité à un seul monde. Suzu se rend vite compte que lorsqu’elle est dans la peau de son avatar, elle peut à nouveau chanter et commence à y publier sa propre musique et devient rapidement l’étoile montante de « U ». Néanmoins, cette surprise est de courte durée. Soudain, une mystérieuse créature en forme de dragon apparaît devant elle…

La dernière bande-annonce permet de voir la césure entre les deux mondes du film, entre la réalité de Suzu, très naturaliste et figée et la vibrance du monde virtuel de « U », qui ressemble superficiellement à celui de Summer Wars, avec bien moins d’évocation visuelle tirée de Takashi Murakami pour tirer vers des couleurs plus douces et pâles. Le studio Chizu a par ailleurs annoncé la collaboration à la production du concepteur de personnages Jin Kim (Ralph 2.0, Vaiana) et de l’artiste Eric Wong à la conception visuelle de « U », à qui on doit cette nouvelle patte graphique.

Autre agréable surprise, le studio irlandais Cartoon Saloon (Le peuple Loup) a collaboré avec Chizu pour concevoir une séquence faite par Almu Redondo, Maria Pareja et Alice Dieudonné sous la supervision de Tomm Moore et Ross Stewart, une attente de plus donc à ajouter à ce projet qui sortira au Japon en juillet 2021 si les étoiles sont alignées… mais peut-être aurons-nous droit à quelques petites surprises lors du prochain Festival international du film d’animation d’Annecy ?

Comme pour Mirai, ma petite sœur, c’est l’entreprise Charades qui possède les droits d’exploitations mondiaux. Aucun distributeur n’a pour le moment annoncé avoir acquis les droits pour l’exploitation française.

Source : Studio Chizu

 

Image par défaut
Nicolas
Éditorialiste et contributeur occasionnel. Amateur de toutes formes d’animations. Adore fureter sur l’internet avec sa lampe frontale pour dénicher des raretés animées. Écrit ses autres lubies et obsessions pop-culturelles sur Grawr.fr.
Publications: 741