Cartoon Movie 2021 – Ce qui est attendu, ce qui peut surprendre
Cartoon Movie 2021 – Ce qui est attendu, ce qui peut surprendre

Cartoon Movie 2021 – Ce qui est attendu, ce qui peut surprendre

Après plusieurs mois d’atermoiements, la direction de Cartoon Movie aura fait le bon choix en faisant du forum 2021 un événement uniquement en ligne vu la persistance de la crise sanitaire, et malgré des pitchs fait sous forme de vidéo (ce qui change de la performance live et demande d’autres compétences en termes de présentation), de nombreux projets sont à nouveau en lice, et pas des moindres !

Les projets les plus attendus

  • Métaphysique des tubes

Parmi mes plus grandes attentes de cette édition, il me tarde de voir l’évolution de l’adaptation animée de Métaphysique des tubes, réalisée par Liane Cho Han, coproduit par Maybe Movies et Ikki Films. Le projet, à propos duquel j’avais pu échanger avec le réalisateur, est porteur d’une modernité et d’une liberté au travers du point de vue de la jeune Amélie, dont les défis d’adaptation sont indéniables.

Aussi, My Grandfather’s Demons de Nuno Beato, coproduit entre Sardinha Em Lata, Caretos Films et Marmita Films, revient cette fois-ci en développement. Il sera intéressant de découvrir des scènes terminées de cette production autour du burn out, avec sa forme entre stop-motion argileuse et animation traditionnelle.

Je suivrai avec intérêt l’évolution de Maryam et Varto de Gorune Aprikian et Alexandre Heboyan (produit par Tchack, Araprod et Brights Lights films) sur un frère et une sœur arméniens sur leur migration vers la France durant la période du génocide arménien. Ce projet avait déjà suscité de la curiosité de par son message politique fort.

Les projets qui peuvent surprendre

  • Séraphine

L’étrange Collection, anthologie de courts fantastiques dirigée par Izù Troin (Féroce) et produite par Folimage et Les films du tambour de soie (Interdit aux chiens et aux Italiens), rassemble de nombreux de talents (Benoit Razy, Fabrice Luang-Vija, Jean-Loup Felicioli, Hefang Weï, Alain Gagnol, Izù Troin, Morten Riisberg Hansen) autour de récits d’horreur allant d’Edgar Allan Poe à Laura Kasischke en passant par les frères Grimm. En animation, l’anthologie est souvent associée au jeune public, mais cette démarche se rapproche plus des films à sketches de La Quatrième Dimension, des Contes de la Crypte ou plus récemment V/H/S. J’ai bien envie de goûter à cette frousse animée.  

Adapté de l’œuvre de Marie Desplechin, Séraphine, premier long-métrage réalisé par Sarah Van Den Boom (le court multi primé Raymonde ou l’évasion verticale) produit par Little Big Story, et co-produit par JPL Films et Tu Nous Za pas Vus, a piqué ma curiosité par la mise en scène et l’emploi d’une stop motion de qualité au service de cette héroïne en quête d’identité au milieu d’un contexte historique peu exploité. 

Après Funan, Denis Do présente son deuxième projet de long métrage avec Special Touch Studio : Sorya. On y suit Sorya, adolescente cambodgienne, qui veut s’extraire de l’industrie textile via le chant et le monde de la nuit, secouant ainsi son univers et ses amitiés. La vibrance des premières images sont extrêmement prometteuses pour l’évolution du projet.

Enfin, The Lost Queen, réalisé par Carol Freeman (Paper Panther Productions) sur une histoire d’elle-même et Kristina Yee. Freeman m’avait déjà ému avec le magnifique court métrage L’oiseau et la Baleine et cette présentation pour cette édition du Cartoon Movie de ce projet autour du deuil est une bonne nouvelle. Il est annoncé en stop motion, ce qui le rend à mes yeux d’autant plus attractif. 

Ces suggestions ne sont pas exhaustives, mais permettent d’avoir une idée des thématiques qui m’intéressent. Je me laisse l’opportunité d’autres surprises pendant la découverte des pitchs durant les trois prochains jours de ce Cartoon Movie 2021.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *