Pour cause de COVID-19, Annecy 2020, comme beaucoup d’autres festivals avant lui comme celui de Stuttgart ou Aubagne, passe en ligne pour éviter une absence totale. Entre les importants prix à dotations, les pitchs et aides au développement en jeu pour les artistes et producteurs, c’est tout de même une place vers les nominations aux Oscars que le cristal accorde. Dans ce contexte, compétition il y aura !  Ci-dessous, un mot de la part de l’organisation :

« Annecy 2020 ne sera pas… Place à Annecy 2020 Online ! Nous vous le confirmons : Annecy 2020 vous sera proposé en version numérique du 15 au 30 juin prochain.

Si une partie de la programmation du Festival est reportée en 2021 (60e anniversaire et hommage à l’animation du continent africain), la majorité de la sélection du meilleur de l’animation 2020 sera bien disponible sur la plateforme que nous développons actuellement.

D’autres contenus, inédits et exclusifs sont à l’étude, basés sur nos formats habituels qui font le succès du Festival, du Marché (Mifa) et de nos rencontres !

Développer un Annecy 2020 Online, est un challenge technique et humain, qui est apparu comme une évidence : notre événement joue un rôle indispensable pour tout le secteur du film d’animation, et a d’autant plus de raison d’être dans cette situation exceptionnelle.

Découvrir, visionner, s’informer, échanger, lancer de nouveaux projets, de nouveaux partenariats, repérer des talents et contenus… C’est ce que nous vous proposerons dans une expérience inédite en ligne de ce qui fait la richesse d’Annecy. »

Quoi de beau dans les sélections officielles ?

Guerre dans le petit écran

Dans la section Films de télévision en compétition, c’est la guerre : entre La submersion du Japon 2020 de Masaaki Yuasa et The Midnight Gospel de Pendleton Ward pour Netflix, c’est un lot de petites perles, depuis l’étrange Undone jusqu’à l’arlésienne de JG Quintel, Close Enough ou encore Robot Chicken, la toute nouvelle série L’amour a ses réseaux ce ne sont pas les concurrents qui manquent, surtout avec L’odyssée de Choum en embuscade ! Une sélection très représentative de cette période de Peak TV que nous traversons avec les affrontements entre plateformes de streaming.

RICHESSE DES FORMATS COURTS

Timballe pour Autour de Minuit, qui voit deux de ses productions et deux autres films qu’ils distribuent sélectionnés, respectivement Homeless Home d’Alberto Vázquez (Psiconautas, le futur long Unicorn Wars mais aussi Decorado et Sangre de unicornio, dévoilés à l’occasion de cette nouvelle), Empty Places de Geoffroy de Crécy, Purpleboy d’Alexandre Siqueira et No, I Don’t Want to Dance! d’Andrea Vinciguerra ! On retrouve des habitués de l’exercice comme Théodore Ushev avec l’excellent Physique de la tristesse, dont nous vous avons déjà parlé, mais aussi Moi, Barnabé de Jean-François Lévesque, aussi produit par l’ONF et présenté en première mondiale.

Attente toujours pour Kaspar Jancis, réalisateur de Capitaine Morten et la reine des araignées revenant à ses premiers amours avec Kosmonaut, et pour Ghosts de  Jee-youn Park, qui travaille au studio Now or Never (Ireesha, The Daughter of Elf-king, Satellite Girl and Milk Cow).

La section perspective offre son lot de diversité avec l’attendu Wade, court-métrage indien crowdfundé en 2016 ou encore Annah la Javanaise de Fatimah Tobing Rony, premier court indonésien jamais sélectionné !

Au niveau des courts-métrages Jeune public en compétition, nous sommes ravis d’y voir figurer Boriya de Sung-ah Min ou encore Archie d’Ainslie Henderson, remarqué en 2015 avec Stems, son court en stop motion déglinguée déjà sélectionne à Annecy à l’époque. Bien que forcément déçus de l’absence du Petit renard Gon, nous savons que choisir c’est forcement renoncer à d’autres beaux films, une tâche jamais très évidente pour le comité de sélection du festival composé de Marcel Jean, Laurent Million, Yves Nougarède, Sébastien Sperer ainsi que Peggy Zejgman-Lecarme, Marie-Pauline Mollaret, Clémence Bragard et Isabelle Vanini

Dans les films de fin d’étude, c’est À la mer poussière qui retient l’attention avec une esthétique tout sensible et un sujet difficile. Nous surveillerons ce film d’Héloïse Ferlay !

Coté films de commande, l’émission Short Cuts d’Arte donne toujours de très beaux segments et la version de Cris et chuchotements d’Ines Sedan vaut le détour, tout comme la bande-annonce de lancement du jeu vidéo My friend Pedro par le collectif CRCR.

Pour les longs métrages et autres surprises de cette version en ligne du Festival international du film d’animation d’Annecy 2020, il faudra attendre mi-mai et guetter le site officiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *